20 novembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

10 novembre 1987

Décès du président nigérien Senyi Kountché

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Après avoir pris le pouvoir par la force le 15 avril 1974, le lieutenant-colonel Senyi Kountché restera à la tête du Niger pendant plus de 13 ans. Son décès, le 10 novembre 1987, est suivi par l’accession au pouvoir d’Ali Saibou, un de ses proches qui accélère le processus de démocratisation du régime.

Après son accession à l’indépendance, en 1960, le Niger est dirigé par le président Hamani Diori et un parti unique, le Parti progressiste nigérien. La « grande sécheresse » sahélienne, qui débute en 1968, et des accusations de détournement d’aide alimentaire à l'endroit de ministres accentuent le mécontentement contre eux. Le 14 avril 1974, un coup d’État porte au pouvoir le lieutenant-colonel Senyi Kountché, un militaire de carrière qui est chef de l’état-major. Diori est incarcéré, alors que la Constitution est suspendue et l’Assemblée nationale dissoute. Un Conseil militaire suprême (CMS) présidé par Kountché se donne comme objectifs la lutte à la corruption et une meilleure distribution des denrées. Quelques ouvertures démocratiques sont faites au fil des ans, dont la restauration du poste de premier ministre en janvier 1983, mais les pouvoirs restent fortement concentrés entre les mains du président. Celui-ci est la cible de quelques coups d’État qui avortent. Malgré l’aide étrangère, notamment de la France et des États-Unis, la situation du pays demeure difficile. Au cours des années 1980, on assiste à des tensions avec le voisin libyen, à la fermeture de la frontière avec le Nigeria (1984-1986) ainsi qu’à la baisse du prix de l’uranium, une ressource fondamentale à l’économie nigérienne. De plus, la sécheresse s’amorçant en janvier 1984 met à mal l’ambition du président de réaliser l’autosuffisance alimentaire du Niger. Victime d’une tumeur au cerveau, Kountché décède le 10 novembre 1987 dans un hôpital de Paris. Un deuil national d’un mois est décrété. Un de ses cousins, le chef de l’état-major Ali Saibou, lui succède. Son arrivée marque le début d’une ère de démocratisation, amorcée avec la libération de prisonniers politiques – dont Diori, encore en liberté surveillée – , des avancées relativement à la liberté d’expression et une nouvelle Constitution adoptée en 1989.

Dans les médias...


S.A., « Transition délicate au Niger »

«...La mort sans dauphin du président nigérien Seyni Kountché ouvre une ère incertaine en Afrique sahélienne. Sous le règne austère du chef de l’État défunt, le Niger vécut, malgré quelques rébellions vite déjouées et une pauvreté persistante, treize années d’une paix relative propice à un réel effort de développement. En dépit du mal incurable qui le rongeait depuis près d’un an, Seyni Kountché n’avait pas jugé utile de désigner un successeur parmi ses pairs du conseil militaire suprême au pouvoir depuis 1974. Cet « oubli » rend plus vulnérable un pays aux équilibres déjà fragiles. L’attitude des anciens « compagnons de putsch » de Senyi Kountché laisse toutefois pour l’instant bien augurer de la transition. Préparée de longue date à l’échéance fatale, ils ont « sagement » anticipé le vide constitutionnel en choisissant pour succéder à leur chef, quelques heures avant sa disparition, le colonel Ali Saibou. Officier probe et efficace, appartenant à la même ethnie que son prédécesseur et formé dans les mêmes écoles militaires, le nouveau leader nigérien est le mieux placé pour assumer l’héritage dans la continuité. Ce pays devrait ainsi faire l’économie d’une désastreuse guerre de succession. »

Le Monde (France), 12 novembre 1987, p. 1.

Siradiou Diallo, « Niger : Qui est le nouveau président? »

«...bloqué sur le plan économique [par la baisse du prix de l’uranium], le président du CMS (Conseil militaire suprême) avait tenté de redorer son blason sur le plan politique, en accélérant le programme de la mise en place de la « société nationale de développement ». Mode original de participation populaire à la gestion des affaires du pays. Kountché était parfaitement conscient des critiques émanant des jeunes, des étudiants et des cadres intellectuels réclamant davantage de liberté et de démocratie au sein du régime. Mais, militaire dans l’âme, il se méfiait de tout esprit de contestation et ne pouvait se résoudre à accepter la mise en cause publique de sa politique. Aussi ne pouvait-il s’empêcher de faire surveiller par sa « Coordination » (Bureau de liaison et de coordination, service de sécurité) les éléments dits « subversifs », d’autant plus qu’il craignait à tort ou à raison que ceux-ci soient un jour ou l’autre pris en charge et manipulés par Kaddafi [le président libyen], sa bête noire. Malgré tout, il finit par admettre la nécessité de civiliser « progressivement » son régime. C’est ainsi qu’au moment de sa disparition, il n’y avait plus que trois militaires dans son gouvernement. »

Jeune Afrique (France), 25 novembre 1987, p. 19.

Gouvernance et gouvernement [ 10 novembre 1987 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Niger
FaibleAli SaïbouAhmid Algabid

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1977 - 1997



novembre
1987
Décès du président nigérien Senyi Kountché

mars
1993
Élection de Mahamane Ousmane à la présidence du Niger

janvier
1996
Renversement du président Mahamane Ousmane au Niger


Dans l'actualité


septembre
2019
Niger : une base de drones américains dévoilée

septembre
2019
Le Niger : carrefour migratoire vers le nord

février
2018
Macron au Niger : assurer le support militaire français au Sahel

septembre
2017
Niger : entre croissance démographique et pauvreté

janvier
2016
Une première vraie transition démocratique pour le Niger ?

novembre
2015
Afrique : le roi de la jungle menacé

mars
2015
Niger : le taux de fécondité élevé compromet le niveau de vie de la population

octobre
2010
Le Niger a faim !

septembre
2009
Un référendum à saveur de coup d'État au Niger

septembre
2009
Enlèvement de diplomates canadiens au Niger : une succursale d'Al-Qaïda tenue responsable


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019