17 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

28 septembre 2018

Tremblement de terre et tsunami en Indonésie

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

L’île indonésienne de Célèbes, située à environ 300 km à l’est de Bornéo, est frappée par plusieurs secousses le 28 septembre 2018. Leur effet, combiné à un tsunami qui déferle notamment sur Palu, une ville de 270 000 habitants, fait près de 2000 morts et des milliers d’autres disparus.

L’Indonésie est située dans une région particulièrement propice aux catastrophes naturelles, comme le tsunami de 2004 qui aurait fait plus de 170 000 disparus dans ce pays seulement. De violentes secousses frappent le 28 septembre 2018. Puis, un tsunami déferle, des vagues de plusieurs mètres faisant des ravages sur l’île Célèbes. Les télécommunications sont perturbées, les infrastructures endommagées (ponts, routes, ports, etc.) et plusieurs bâtiments s’effondrent. Palu, la capitale du Sulawesi central, une province située dans le nord de Célèbes, est durement atteinte. Après quelques jours, on estime le nombre de morts à près de 2000 et celui des disparus et des déplacés à plusieurs autres milliers. Selon un bureau des Nations unies, près de 200 000 personnes seraient dans une situation exigeant une aide d’urgence. C’est le pire désastre naturel dans ce secteur depuis 2009. Des critiques sont faites au président Joko Widodo pour les hésitations du gouvernement qui a attendu quelques jours avant d’accepter l’offre d’une aide internationale. On observe plusieurs scènes de vandalisme pendant cette période, ce qui attise le mécontentement de la population. D’autre part, les Indonésiens expriment également leur insatisfaction à l’endroit du système d’alarme dont le fonctionnement s’est avéré inefficace. À cet égard, l’annulation prématurée d’une alerte lancée peu de temps avant le tsunami suscite la colère ainsi que plusieurs interrogations.

Dans les médias...


Édouard de Bélizal, « Palu, une zone à risque méconnue »

«...le manque d'intérêt pour cette zone s'explique par la moindre présence d'enjeux stratégiques exposés, puisque l'on se trouve dans une périphérie de l'Indonésie, à l'écart de l'influence du fort centralisme javanais. Le tsunami de Palu rappelle que la quasi-totalité des littoraux océaniques de l'Indonésie sont en contexte de marge active et donc potentiellement exposés aux aléas géodynamiques, pouvant causer des catastrophes dans des territoires encore très mal préparés. Toutes ces régions de l'Indonésie périphérique, regroupant les arcs externes orientaux (Moluques, petites îles de la Sonde orientales) et septentrionaux (Célèbes), sont pourtant des territoires où les facteurs de vulnérabilité sont nombreux et complexes (accessibilité, conflits ethniques et religieux, corruption...), produisant des risques qui mériteraient d'être plus systématiquement évalués. Les aides financières et matérielles débloquées par l'Union européenne, les Etats-Unis et les pays de l'Asean, l'intervention de l'ONU et des ONG mais aussi la diffusion mondiale des vidéos du séisme et des vagues permettront sans nul doute de donner une visibilité mondiale à cette partie de l'Indonésie éloignée des métropoles javanaises et des plages balinaises. »

Libération (France), 4 octobre 2018, p. 7.

Antoine Peillon, « L’Indonésie en première ligne des catastrophes naturelles »

«...Au-delà de cette puissance dévastatrice des tsunamis, les scientifiques s'inquiètent de leur fréquence redoublée. [...] Comme si cette menace tectonique ne suffisait pas, les experts estiment désormais que l'Indonésie sera le pays le plus affecté par les inondations provoquées par le changement climatique. En mai 2016, une étude réalisée sur la base des travaux du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), publiée par l'ONG Christian Aid, avertissait que 824 millions de personnes à l'horizon 2030, et 1,2 milliard d'ici à 2060, seront menacées par la montée des eaux. Et, plus précisément, que l'Indonésie fait partie des cinq premiers pays les plus exposés à cette catastrophe annoncée, avec la Chine, l'Inde, le Bangladesh et le Vietnam. En juillet 2017, un rapport réalisé avec la Banque asiatique de développement (1) confirmait l'alarme: avant l'an 2050, 42 millions de maisons indonésiennes seront envahies par les eaux et 2 000 îles seront submergées par la montée du niveau de l'océan. Ce processus catastrophique a, en fait, commencé et force déjà de nombreux habitants de l'archipel indonésien à prendre les voies de l'exil. »

La Croix (France), 1er octobre 2018, p. 2-3.

Gwendal Lavina, « Indonésie : le système d’alerte au tsunami a-t-il été défaillant? »

«...Après le tsunami qui avait touché la région en 2004 et fait plus de 230.000 morts, dont 170.000 en Indonésie, le pays s'était doté d'un système d'alerte en amont d'un tel phénomène. [...] Toutefois, beaucoup de ces installations ont été vandalisées depuis leur installation. En décembre 2017, quelques jours après un tremblement de terre de magnitude 6,9 qui avait touché l'île de Java, le porte-parole de l'Agence indonésienne de gestion des risques naturels, la BNPB, avait ainsi déclaré que «depuis cinq ans, les bouées d'alerte au tsunami ne fonctionnent plus». Sutopo Purwo Nugroho expliquait alors que ces défaillances étaient dues à une maintenance irrégulière de ces instruments de mesure et à l'usage de ces bouées comme ancres par les pêcheurs locaux. [...] Vendredi, de nombreux témoins ont rapporté que contrairement à ce qui était prévu dans les plans d'urgence des autorités, les sirènes ne se sont pas déclenchées et les SMS d'alerte n'ont jamais été reçus. Selon plusieurs médias indonésiens, les sirènes n'ont pas pu être activées car elles n'étaient plus sous tension en raison du tremblement de terre qui avait causé des coupures de courant. De même, si le ministère des Communications affirme avoir envoyé des SMS d'alerte aux habitants, l'effondrement des antennes de transmission lors du tremblement de terre a empêché les messages d'être correctement transmis aux habitants de la zone. »

Le Figaro (France), 1er octobre 2018.

Gouvernance et gouvernement [ 28 septembre 2018 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Indonésie
ÉlevéJoko WidodoInformation non-pertinente

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2008 - 2016



avril
2009
[Résultats] Élections législatives

juillet
2009
[Résultats] Élection présidentielle

avril
2014
[Résultats] Élections législatives

juillet
2014
[Résultats] Élection présidentielle


Dans l'actualité


février
2019
Indonésie : élections présidentielle et législatives d'une démocratie fragile

janvier
2019
Rassemblement international à Bali pour sauver les océans

septembre
2018
La justice indonésienne progresse dans sa lutte à la corruption

avril
2018
Le coût du séparatisme en Indonésie

janvier
2017
Les Indonésiens dans la rue pour la condamnation d'Ahok

octobre
2016
Remaniement ministériel en Indonésie : l'économie au coeur du changement

novembre
2014
Déforestation en Indonésie : un pilier économique, mais un désastre écologique

octobre
2014
Une élection indonésienne marquante

février
2014
Élection présidentielle à saveur populiste en Indonésie

mars
2013
L'Indonésie : un essor économique impressionnant


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019