20 septembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

21 avril 2019

Élection de Volodymyr Zelensky à la présidence de l’Ukraine

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Quelques mois à peine après son entrée en politique, Volodymyr Zelensky, une vedette de la télévision, est élu président de l’Ukraine le 21 avril 2019 avec l’appui écrasant de 73,2 % des électeurs. Il devance largement le président sortant, Petro Porochenko, qui ne récolte pour sa part que 24,5 % des suffrages.

Lorsque Petro Porochenko a été élu, en mai 2014, son pays était au cœur de tensions avec la Russie : annexion de la Crimée, guerre du Donbass. Le nouveau président entreprend des initiatives diplomatiques et rapproche son pays de l’Europe de l’Ouest. Les problèmes de l’économie ukrainienne avivent toutefois le mécontentement à son endroit. Dès 2016, Porochenko est devancé dans les sondages par l’ex-première ministre Ioulia Tymochenko. À l’approche de la présidentielle, le 31 décembre 2018, un nouveau venu en politique vient brouiller les cartes. Il s’agit de Volodymyr Zelensky. Cet acteur et propriétaire d’une firme de production télévisée portera les couleurs du parti Serviteur du peuple, nom d’une série dans laquelle il a incarné un professeur d’histoire qui, contre toute attente, se retrouvait à la tête de l’Ukraine. Ce néophyte en politique s’envole dans les sondages. Certaines de ses idées – légalisation du cannabis médical, droit à l’avortement, légalisation du jeu et de la prostitution, etc. – ainsi que son jeune âge (41 ans), contribuent à sa popularité face à Porochenko et Tymchenko qui sont en politique depuis longtemps. Lors du premier tour, le 31 mars, il obtient d’ailleurs de très forts appuis auprès des jeunes apolitiques et issus de milieux urbains. Zelensky (30,2 %) devance facilement Porochenko (16 %) et Tymochenko (13,4 %). Malgré d’importants appuis financiers, un débat public et l’aveu d’erreurs au cours de son mandat, Porochenko ne peut fermer la marge qui s’accentue au deuxième tour, Zelensky obtenant 73,2 % des voix. Plusieurs observateurs s’interrogent sur l’orientation que prendra le nouveau président. Même s’il a promis un cessez-le-feu dans le Donbass et un référendum sur une possible adhésion à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord, son attitude face à la Russie demeure imprévisible. Des questions portent également sur ses liens avec l’influent oligarque ukrainien Ihor Kolomoïsky.

Dans les médias...


Christian Makarian, « Zelensky-Poutine : l’apprenti et l’aguerri »

«...Dans la phase actuelle, le problème principal de Zelensky est de s'entourer d'une équipe compétente, susceptible de compenser son absence criante de culture politique. Car la composition de sa garde rapprochée soulève une interrogation essentielle : Zelensky sera-t-il un acteur à part entière ou restera-t-il tributaire des personnalités influentes qui l'ont aidé à prendre le pouvoir? Dans le premier cas, il devra s'imposer frontalement comme il vient de s'y essayer, en répondant du tac au tac à Vladimir Poutine, ce qui ne marque pas de vraie rupture tactique avec son prédécesseur, Petro Porochenko; dans le second, il devra privilégier ce qui est bon pour l'économie, pour le niveau de vie de la population, et tenter de sortir de la phase dure du conflit avec Moscou en négociant. Pour l'heure, les soutiens dont il dispose sont très hétéroclites; on trouve parmi eux des businessmen pro-occidentaux, des politiciens plutôt favorables à un rapprochement avec la Russie, des entrepreneurs qui ont réussi dans les médias ou dans la publicité, des juristes ou des avocats et le fameux oligarque israélo-chyprio-ukrainien Igor Kolomoïsky, doté d'un réseau de relations d'affaires qui a été décisif pour remporter l'élection présidentielle. »

L’Express (France), 3 mai 2019

Stéphane Siohan, « Victoire à la présidentielle ukrainienne »

«...Dans ce pays aux pesanteurs écrasantes héritées de l’époque post-soviétique, Volodymyr Zelensky, 41 ans, un jeune entrepreneur de spectacles talentueux et habile, volant en escadrille avec des associés croisés sur les bancs du lycée, est devenu le sixième président de l’histoire moderne de l’Ukraine. Zelensky, avec 73 % des suffrages exprimés, est tout simplement le président le mieux élu depuis l’indépendance en 1991. L’affaire est suffisamment sérieuse et l’exploit remarquable pour que l’on laisse de côté durant un temps l’étiquette caricaturale de comique troupier qui colle au front de Zelensky, et qui ne parvient pas à retranscrire fidèlement une aventure politique hors norme, alors que le personnage lui-même est en train de muter pour devenir président. [...] «Je ne suis pas encore président, je peux m’adresser comme citoyen à tous les pays de l’ex-URSS et leur dire: tout est possible!», a lancé Volodymyr Zelensky juste après l’annonce des résultats, donnant pour la première fois de la hauteur historique et de l’épaisseur à son pari, ainsi qu’une certaine conscience du rôle d’aiguillon démocratique régional, alors que les débats de Kiev étaient retransmis dans les bars de Minsk et sur plusieurs télévisions russes. Un peu à l’arrière, Svyatoslav Iourach jubile. Ce jeune révolutionnaire de Maïdan fait partie des déçus de l’ère Porochenko. «Nous avons assisté clairement à un vote de défiance envers les élites politiques qui ont dirigé le pays sans interruption durant 28 ans d’indépendance, dit-il. »

Le Figaro (France), 22 avril 2019.

Sébastien Gobert, « Ukraine : l’humoriste Zelensky bientôt seul en scène? »

«...Au-delà de son charisme et de l'efficacité d'une campagne hautement médiatique concoctée par ses amis du Kvartal 95, Zelensky bénéficie d'un puissant phénomène de «dégagisme» : 41 % de ses électeurs déclarés au second tour affirment ne vouloir voter pour Porochenko sous aucun prétexte. Bien que crédité de quelques réformes structurelles, le président sortant est très critiqué pour ses manquements en matière de réforme judiciaire et soupçonné d'entretenir des circuits de corruption et de népotisme. Avec deux fois plus de votes que Porochenko au premier tour, Zelensky, sûr de sa victoire, n'a pas jugé nécessaire de se dévoiler davantage. A coups de défis vidéo, d'appels à des examens médicaux et une controverse sans fin sur l'organisation d'un débat, qui a eu lieu vendredi soir [...], il a continué à tourner en dérision la politique de l'Ukraine post-soviétique. Désemparé, Porochenko s'est retrouvé inaudible, réduit à multiplier des promesses inconsidérées. Ses quelques tentatives de reprendre la main et de présenter son adversaire comme un lâche incompétent n'ont fait qu'exacerber le ressentiment des partisans de la stabilité assurée par le chef de l'État. Malgré son indéniable popularité, la candidature de Zelensky inquiète une partie du pays. On craint une nouvelle crise économique, une dévaluation de la monnaie nationale et le retour de l'Ukraine dans le giron russe. «Si certains en attendent un miracle, d'autres sont convaincus qu'une présidence Zelensky se traduira par une catastrophe, avance le politologue Serhiy Taran. C'est un saut dans l'inconnu.» »

Libération (France), 20 avril 2019, p. 14.

Agnès Gruda, « Le saut dans le vide »

«...Comment expliquer le succès inattendu de ce néophyte qui a devancé le président sortant par une marge historique de 49 points au second tour de dimanche dernier ? En partie par son charisme. Mais aussi par le rejet viscéral de la classe politique qui est aux commandes de l'Ukraine depuis deux décennies. Les mêmes têtes dirigent l'Ukraine depuis 20 ans, souligne Serhiy Kudelia [politologue] : « C'est aujourd'hui le pays le plus pauvre en Europe, accablé par une guerre non résolue. » Pour Dominique Arel [politologue], le tableau des réalisations de cette classe politique n'est pas complètement noir. À preuve : ces élections démocratiques qui viennent de se dérouler pratiquement sans anicroche. Le problème, selon lui, c'est que le système politique ukrainien reste verrouillé par une oligarchie qui échappe totalement à la justice. Les Ukrainiens viennent de dire à leurs dirigeants qu'ils en ont marre de ce « système d'impunité », qu'ils aspirent à un véritable État de droit, explique Dominique Arel. Volodymyr Zelensky aura-t-il le courage et la capacité de faire vraiment le ménage dans ce système ? Saura-t-il vraiment pacifier l'est du pays ? »

La Presse (Québec, Canada), 27 avril 2019, p. 20.

Michael Marder, « Ukraine’s landslide election report provides a new twist on this era of populism »

«...Volodymyr Zelensky's landslide victory in the Ukrainian presidential elections is part of a global tide that has swept populist leaders with little or no political experience to power. Although he has refrained from making electoral promises, the image Zelensky has carefully crafted and presented before voters is that of someone eager to fight corruption and genuinely concerned with finding ways to raise the standards of living for the common folk. He has been so successful that his public persona has practically merged with this fight and this concern. The case of Zelensky is unique among a group of populist leaders, which now includes Donald Trump in the US, Jaír Bolsonaro in Brazil, and Viktor Orban in Hungary. It would be, perhaps, fair to compare him to Beppe Grillo, a comedian who co-founded the Five Star Movement in Italy. Zelensky is, like Grillo, a comic actor and, also like Grillo, not a proponent of right-wing populism, though he hardly falls on the left either. If anything, he is a centrist who aims to find a common ground between his country's restive east and west, or between medium-to-small businesses and the impoverished beneficiaries of woefully underfunded social programmes. But even then the comparison reaches its limit. »

The Independent (Royaume-Uni), 23 avril 2019, p. 26.

Gouvernance et gouvernement [ 21 avril 2019 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Ukraine
LimitéPetro PorochenkoVolodymyr Groysman

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2009 - 2016



janvier
2010
[Résultats] Élection présidentielle

février
2010
Élection de Viktor Ianoukovytch à la présidence de l'Ukraine

octobre
2012
[Résultats] Élections législatives

février
2014
Renversement du président ukrainien Viktor Ianoukovytch

mai
2014
[Résultats] Élection présidentielle


Dans l'actualité


avril
2018
Le désastre démographique ukrainien

mars
2017
L'extrême droite en Ukraine : gains et recul

novembre
2015
Écrasement du vol MH17 : la guerre de l'information continue

juin
2015
Toujours le même refrain : guerre larvée dans l'est, luttes entre oligarques, endettement colossal, révisionnisme idéologique et, en prime, un raton-laveur venu de Géorgie

mars
2015
La Voïvodine, nouvelle cible de désintégration des Balkans

février
2015
Accords de Minsk II : en attendant la reprise des combats

septembre
2014
Vent de changement en Ukraine lors de la présidentielle

février
2014
Une Ukraine en éruption

février
2014
Des manifestations majeures en Ukraine divisent le pays entre deux camps

novembre
2012
Élections en Ukraine : une démocratie à la dérive


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019