15 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

20 septembre 2019

Manifestations mondiales en faveur de la lutte aux changements climatiques

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

L’année 2019 est marquée par une série de manifestations d'envergure pour inciter les gouvernements à accentuer la lutte aux changements climatiques. Deux des plus importantes ont lieu les 20 et 27 septembre, alors que des millions de personnes prennent les rues d’assaut dans les jours entourant le Sommet Action des Nations unies sur ce sujet.

En décembre 2015, 195 pays s’entendent à Paris pour tenter de limiter à entre 1,5 et 2 degrés l’augmentation de la température par rapport à l’ère pré-industrielle. Des rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), dont un publié en août 2019, continuent toutefois à faire un portrait inquiétant de la situation. Une forte mobilisation s’organise à l’échelle mondiale afin d’inciter les gouvernements à agir davantage. Une de ses figures de proue est la jeune activiste Greta Thunberg, une Suédoise de 16 ans qui tient des discours passionnés contre l’inaction des dirigeants. Des marches importantes ont lieu en mars et mai 2019. Mais elles sont supplantées en envergure par celles du 20 et du 27 septembre 2019. La première aurait rassemblé 4 millions de personnes à travers le monde, dont 1,4 million en Allemagne, 300 000 en Australie et 250 000 à New York. Une autre vague de manifestations déferle le 27 septembre, notamment en Italie, avec près de 1 million de personnes, et au Canada qui est à ce moment en campagne électorale. Selon plusieurs sources, il s’agirait des plus importantes démonstrations populaires de ce genre depuis l’intervention étrangère en Irak, en 2003. Elles servent à accentuer la pression sur les représentants des pays qui sont rassemblés à New York du 21 au 23 septembre 2019 afin de prendre part à un Sommet Action sur le climat. Celui-ci met de l’avant des initiatives dans différents domaines afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre, considérées comme responsables du réchauffement climatique, et d'atténuer les conséquences de ce phénomène sur les populations. Un des moments forts de ce sommet est le discours passionné, même provocateur, que livre Greta Thunberg devant l’Assemblée générale et dans lequel elle défie les leaders politiques de passer à l’action.

Dans les médias...


Aude Massiot, « Climat : pourquoi Greta Thunberg jette un froid »

«...À 16 ans, Greta Thunberg en paraît trois de moins. Sa bouille juvénile lui a valu d'être traitée de gamine ignorante qui ferait mieux d'aller à l'école plutôt que passer ses vendredis dans la rue à se plaindre, et à encourager ses camarades à faire de même. L'aurait-on davantage prise au sérieux si elle avait été un garçon ? En même temps, sa jeunesse et le contraste avec la teneur de ses discours, appelant à écouter la science et à agir, constituent une grande partie de sa force. Il faut le reconnaître, elle ne raconte rien de nouveau. Beaucoup, avant elle, ont tenté d'alerter sur la trajectoire dangereuse prise par l'humanité sur le climat. Pourtant, Greta Thunberg, elle, captive les foules. Et aime jouer de sa jeunesse, au coeur de ses discours si poignants. Lundi, elle lançait : «Je ne devrais pas être ici. Je devrais être de retour à l'école, de l'autre côté de l'océan. [...] Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos mots vides.» Elle fait de son jeune âge un attribut de son innocence et de celle de sa génération, face à l'irresponsabilité de celles qui l'ont précédée. Une position facile à tenir. Si elle était née vingt ans plus tôt, n'aurait-elle pas fait comme tous les gens ayant son niveau de vie, continuant à profiter du confort donné par la modernité ? Mais voilà, Greta Thunberg n'est pas née il y a vingt ans. »

Libération (France), 25 septembre 2019, p. 2.

Gaultier Bès, « Greta Thunberg, comme Cassandre, dit ce que nous, adultes, aimerions oublier »

«...En réalité, s'acharner sur le catastrophisme d'une Greta Thunberg quand la catastrophe est partout a quelque chose de pathétique. Quel ressort, quelle peur cela cache-t-il ? Le déni est une bien mauvaise médecine. [...] Les lycéens qui manifestent pour le climat ne combattent pas des moulins à vent : ils combattent les politiques du pire, celles qui, par cupidité, transforment notre maison commune en décharge, désertique et hostile. « À quoi bon étudier pour un avenir incertain, quand personne ne fait rien pour le préserver ? », interrogeait Greta Thunberg à Davos en janvier dernier. On ne joue pas avec l'avenir de l'humanité, et de la biosphère, comme on joue au casino : cette dette-là est insolvable. Il n'y a plus de fête, plus de festin, dans un monde ravagé. Face à la catastrophe écologique qui s'accélère, toute voix qui s'élève pour résister, prôner la sobriété, exiger un changement de modèle, devrait être reçue avec gratitude. Aucune aide n'est de trop. Au coeur de la fournaise, ami ou inconnu, étranger ou voisin, peu importe qui vous passe le seau. Vous lui dites merci et vous vous retroussez les manches. »

Le Figaro (France), 24 septembre 2019, p. 18.

Alexandre del Valle, « L’imposture Greta Thunberg ou l’écologisme apocalyptique et anti-national »

«...Au-delà de ses injonctions à géométrie variable, le discours de la jeune activiste se caractérise aussi par son aspect mortifère et apocalyptique, rhétorique, dont est également féru Yves Cochet, l'ancien ministre de l'Écologie sous le gouvernement Lionel Jospin. Selon ce dernier, un chaos serait « possible dès 2020, probable en 2025, certain vers 2030 ». L'ancien ministre imagine en effet un monde marqué pas des guerres civiles, des affrontements et une humanité ne comptant plus que 3 millions d'habitants. Rassurons-nous toutefois : la crédibilité de ces prévisions - comme celles de Greta - est à relativiser, puisque Monsieur Cochet avait annoncé la disparition du pétrole en 2010... Certains, comme les radicaux du Mouvement pour l'extinction volontaire de l'humanité, ou VHEMT -Voluntary Human Extinction Movement -, assez proches des thèses de Thunberg, vont encore plus loin en proposant comme solution la stérilisation de l'espèce humaine afin de laisser place à une nature qui deviendrait saine et se libèrerait de la menace de l'homme (surtout occidental). L'argument de la fin du monde qu'il soit basé sur des faits scientifiques ou - plus souvent - sur des cris du coeur de jeunes activistes, comme la jeune suédoise, est rhétoriquement redoutable puisque le critiquer reviendrait donc à s'opposer à la vie elle-même. »

Valeurs actuelles (France), 30 septembre 2019.

Al Gore, « It’s not too late »

«...Now we need to ask ourselves: Are we really helpless and unwilling to respond to the gravest threat faced by civilization? Is it time, as some have begun to counsel, to despair, surrender and focus on "adapting" to the progressive loss of the conditions that have supported the flourishing of humanity? Are we really moral cowards, easily manipulated into lethargic complacency by the huge continuing effort to deceive us into ignoring what we see with our own eyes? More damage and losses are inevitable, no matter what we do, because carbon dioxide remains for so long in the atmosphere. So we will have to do our best to adapt to unwelcome changes. But we still retain the ability to avoid truly catastrophic, civilization-ending consequences if we act quickly. This is our generation's life-or-death challenge. It is Thermopylae, Agincourt, Trafalgar, Lexington and Concord, Dunkirk, Pearl Harbor, the Battle of the Bulge, Midway and Sept. 11. At moments of such crisis, the United States and the world have to be mobilized, and before we can be mobilized, we have to be inspired to believe the battle can be won. Is it really too much to ask now that politicians summon the courage to do what most all of them already know is necessary? »

The New York Times (États-Unis), 22 septembre 2019, p. SR1.

Gouvernance et gouvernement [ 20 septembre 2019 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Allemagne
ÉlevéFrank-Walter SteinmeierAngela Merkel

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2014 - 2016



septembre
2015
Adoption d'un plan par l'Union européenne afin de répartir 120 000 demandeurs d'asile

décembre
2015
Fin d’une année record pour l’immigration en Allemagne


Dans l'actualité


octobre
2019
Légalisation de la prostitution en Allemagne : une loi à revoir?

février
2019
L'Allemagne ouvre la porte au cannabis

octobre
2018
Allemagne : puissance économique n'est pas synonyme de puissance militaire

avril
2018
L'Allemagne de Merkel : Wir Schaffen Das

mars
2018
Grève historique en Allemagne

février
2018
Fin des négociations pour une coalition : le nouveau gouvernement allemand enfin formé

janvier
2018
Nord Stream 2 : une véritable saga autour d'un projet de pipeline en Europe

janvier
2018
Vers une étrange répétition de l'histoire ?

décembre
2017
Le plan Merkel : gage de prospérité pour l'Afrique?

novembre
2017
Le vieillissement démographique en Allemagne : une réalité alarmante


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019