Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

23 novembre 2017

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

12 décembre 1993

Tenue d'élections législatives et d'un référendum en Russie

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Boris Eltsine

Après une année 1993 tumultueuse, le président russe Boris Eltsine déclenche des élections législatives et tient un référendum au cours duquel 57,4% des électeurs se prononcent en faveur d'un nouveau projet constitutionnel.

Lors du référendum du 25 avril 1993, le président Eltsine a obtenu la confiance de 58,7% des électeurs. Il a également vu ses politiques économiques et sociales approuvées à 53%. Malgré cet appui, un bras de fer continue de l'opposer au Soviet suprême, plus conservateur, qui repousse son projet de constitution. L'annonce de la dissolution du Parlement et de la tenue d'élections se heurte à la résistance des députés qui font assermenter l'ex-vice président Alexandre Routskoi à la présidence. Fort du support de l'armée, Eltsine fait assiéger le Parlement où Routskoi est barricadé avec un autre opposant, le président du Soviet suprême, Rouslan Khasboulatov. L'attaque, qui fait plusieurs morts, permet à Eltsine de consolider sa position de force. Le 12 décembre 1993, 57,4% des électeurs approuvent par référendum un projet constitutionnel qui renforce les pouvoirs du président. Mais des élections législatives, tenues la même journée, se soldent par des résultats mitigés. Une force d'opposition émerge avec le Parti libéral démocratique de Vladimir Jirinovski qui obtient plus de 20% des voix et fait élire 64 députés. Celui-ci s'annonce comme un adversaire redoutable en prévision de la présidentielle de 1996. Malgré un contexte économique difficile et la guerre en Tchétchénie, Boris Eltsine sera cependant réélu à cette occasion.

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Renata Fritsch-Bournazel, « Moscou n'est pas Weimar »

«...(Jirinovski) a choisi, pour son action et sa campagne, de se faire porter par la vague de frustration que ressentent tant de Russes devant leur assiette vide, leur sécurité et leur gagne-pain menacés, leur avenir inquiétant, comme devant la déchéance de leur pays sur le plan international, matérialisée par le sort fait aux « minorités russes » dans divers pays voisins. Et le dirigeant du parti, faussement dénommé « libéral-démocrate », n'y est pas allé de main-morte, développant de façon extrême des thèmes qui, s'ils ont attiré une part appréciable de l'électorat, ont frappé les observateurs étrangers par leur caractère chauvin et agressif; tandis qu'une erreur tactique d'Eltsine et de ses partisans leur fit voir la principale menace du côté d'autres partis, dont l'ex-communiste, et sous-estimer largement le danger que représentait Jirinovski et les siens, ce dont ceux-ci surent profiter. »

Études (France), mars 1994, p.

K.S. Karol, « Douche froide pour Boris Eltsine »

«...Grâce à la nouvelle Constitution, Eltsine peut maintenir le gouvernement animé par Egor Gaïdar en attendant le miracle à l'allemande que celui-ci lui promet. Mais un homme politique qui vient de perdre, en l'espace de six mois, quelque 14 millions de suffrages serait bien léger s'il s'obstinait à poursuivre sur la même voie. Ayant brûlé les ponts avec les communistes, il aura du mal à se tourner vers eux, même si Gaïdar parle déjà d'une vaste coalition antifasciste pour empêcher le scénario allemand de 1933. Il est plus probable qu'Eltsine tentera un dialogue avec Jirinovski au nom de la « Grande Russie ». Mais, dans ce cas, il perdrait sa base sociale de nouveaux riches et le soutien de l'Occident. Le vieil axiome de Pierre Mendès France « Gouverner, c'est choisir » est plus que jamais valable dans la Russie d'aujourd'hui. Mais le président russe est totalement imprévisible, et la seule chose qu'on puisse espérer, c'est que son choix n'aboutisse pas à une guerre civile. »

Le Nouvel Observateur (France), 16 au 22 décembre 1993, p. 36.

Agnès Gruda, « Boris sur un fil de fer »

«...Pour l'instant, Jironivski n'est pas au pouvoir. Et Eltsine a remporté une victoire importante, en faisant adopter sa nouvelle constitution. Celle-ci lui octroie la responsabilité de nommer les membres du futur cabinet. Elle lui accorde aussi un droit de veto sur les décisions du Parlement, qui ne peut être renversé que par un vote des deux tiers des deux Chambres. Et enfin, elle l'autorise, dans certaines circonstances, à dissoudre le Parlement. Bref, Eltsine tient encore bien le Kremlin. Dans l'ensemble, les réformistes ont obtenu 30 p. cent des votes, contre 40 p. cent contre les « passéistes ». La présidence russe peut encore miser sur le jeu des alliances pour établir une majorité susceptible de rendre le pays à peu près gouvernable. À plus long terme, les perspectives sont nettement moins réjouissantes. Car le résultat du scrutin montre la minceur du fil sur lequel avance le président Eltsine. Et surtout, il porte en lui les termes d'une potentielle dégradation sociale et politique, aux retombées imprévisibles. »

La Presse (Québec, Canada), 15 décembre 1993, p. B2.

Éditorial

«...While the new constitution gives Mr. Yeltsin more power than the previous one, it doesn't allow him to ride roughshod over the parliament. If, six months from now, he is back to ruling by decree and threatening parliament with dissolution, he will not have advanced his cause - or democracy's. The new parliament, after all, has been chosen in a free election and will have a legitimacy far beyond anything ever earned by its predecessor, chosen under Soviet rules. The big vote for the far right and the Communists was clearly driven by a widespread sense of loss - loss of status, loss of security, loss of empire - that translates into resentment of reform and the reformers. Peoples sometimes talk as though change were an option that Russia could accept and reject. In fact, if the economy were healthy and had not stopped growing perhaps 15 years ago, the Soviet Union would never have collapsed. If a powerful reactionary political movement now begins blocking the essential remedies, the frustration and decline can only deepen. »

The Washington Post (États-Unis), 14 décembre 1993.

Gouvernance et gouvernement [ 12 décembre 1993 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Russie
LimitéBoris EltsineViktor Stepanovich Chernomyrdin

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1988 - 1998



juillet
1990
Ouverture du 28e et dernier Congrès du Parti communiste de l'Union soviétique

juin
1991
[Résultats] Élection présidentielle

août
1991
Proclamation d'indépendance de l'Ukraine

décembre
1991
Création de la Communauté des États indépendants

décembre
1993
Tenue d'élections législatives et d'un référendum en Russie

décembre
1993
[Résultats] Élections législatives

décembre
1995
[Résultats] Élections législatives

juin
1996
[Résultats] Élection présidentielle

août
1996
Signature d'un accord de cessez-le-feu entre la Russie et la Tchétchénie


Dans l'actualité


septembre
2017
L'Europe à la rencontre des Russes

mars
2017
La réticence russe face à la COP 21

février
2017
Quand les traditions conservatrices l'emportent en Russie

octobre
2016
La guerre du Donbass et l'escalade des tensions OTAN-Russie

octobre
2016
La mer Baltique agitée par des discordes politiques

octobre
2016
La Russie à Rio 2016 : le bouc émissaire du dopage sportif

mars
2016
25 ans plus tard : un retour sur l'héritage de Gorbatchev

septembre
2015
La Russie fête le 70e anniversaire de sa victoire contre l'Allemagne nazie

avril
2015
L'énergie et l'arsenal nucléaire : une importance capitale pour la Russie

décembre
2014
Le gaz naturel au coeur du bras de fer Russie-Europe


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016