Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

23 novembre 2017

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

30 août 1996

Signature d'un accord de cessez-le-feu entre la Russie et la Tchétchénie

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Alexandre Lebed

Le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Alexandre Lebed, et le général Aslan Maskhadov, représentant des troupes sécessionnistes de Tchétchénie, apposent leur nom sur un accord de cessez-le-feu qui met un terme à un conflit entrepris en décembre 1994.

Après la dissolution de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), en 1991, la Tchétchénie, une république autonome à forte majorité musulmane, membre de la Fédération de Russie, proclame son indépendance. Cette décision n'est pas reconnue par Moscou. Après un blocus économique et un ultimatum aux sécessionnistes, le président russe Boris Eltsine décide d'intervenir militairement en décembre 1994. Après trois mois de combats et de bombardements, la capitale Grozny tombe aux mains des Russes. Mais cette offensive n'a pas l'appui du Parlement russe et d'une partie de la population qui s'inquiète. L'assassinat du leader tchétchène Djokar Doudaïev, en avril 1996, et l'arrivée du général Alexandre Lebed au poste de secrétaire du Conseil de sécurité russe facilitent un rapprochement qui permet la signature d'un accord de cessez-le-feu le 27 mai 1996. Une entente signée le 31 août 1996 prévoit le retrait des troupes russes. Elle laisse toutefois en suspens la question tchétchène, les sécessionnistes acceptant de repousser pour cinq ans leur demande d'indépendance.

Dans les médias...


Didier François, « La paix en Tchétchénie suspendue à Eltsine »

«...La formulation reste volontairement vague. Le texte se garde bien d'aborder les délicats problèmes du statut de la Tchétchénie, que les deux parties s'accordent à régler « d'ici au 31 décembre 2001 ». Moscou peut donc présenter ce moratoire comme une mise entre parenthèses de l'indépendance tchétchène pour les cinq prochaines années, quand le vice-président séparatiste, Saïd-Hassan Aboumouslimov, souligne en revanche que « rien ne dit, dans le document, que la Tchétchénie fait partie de la fédération de Russie. Dès lors, pour nous, rien n'est changé: la Tchétchénie reste indépendante ». Les rebelles se soucient d'ailleurs fort peu de ces arguments circonstanciels, ayant de longue date choisi comme priorité le retrait des troupes fédérales. Car, une fois le corps expéditionnaire hors des frontières de la République, le principal obstacle sur la route de l'indépendance sera levé. Cette méthode de résolution du conflit, suggérée par Aslan Maskhadov, endossée par Alexandre Lebed, doit néanmoins recevoir l'imprimatur de Boris Eltsine. De son accord dépend désormais l'avenir du processus de paix. »

Libération (France), 2 septembre 1996, p. 9.

Maxime Ioussine, « Le général Lebed signe la paix en Tchétchénie »

«...Lebed a tenu sa promesse électorale de restaurer la paix en Tchétchénie. Rien d'étonnant que sa popularité n'ait jamais été aussi grande qu'aujourd'hui. Mais le général risque de perdre tous ses atouts en cas de reprise des hostilités. En Russie aussi bien qu'en Tchétchénie, les faucons sont nombreux. Des gens qui avaient gagné des milliards de roubles grâce au trafic illégal d'armes dans le Caucase, feront tout pour torpiller le processus de paix. Malgré les efforts de Lebed et de Maskhadov, le cessez-le-feu reste fragile. Les militaires russes accusent les combattants tchétchènes de violer l'accord, refusant de se retirer de Grozny. Les deux parties n'ont pas non plus respecté leurs engagements concernant la libération des prisonniers de guerre. Mais au moins, on ne tire plus. Dimanche, en Tchétchénie, personne n'a été tué ni même blessé pour la première fois depuis plusieurs mois. »

La Croix (France), 3 septembre 1996, p. 7.

Vicken Cheterian, « Réaction en chaîne dans le Caucase »

«...Non seulement l'accord entre le général Alexandre Lebed et M. Aslan Maskhadov, le chef des indépendantistes, ne dissipe pas l'incertitude sur l'avenir de la Tchétchénie, mais il accroît celle qui règne sur le Caucase dans son ensemble. Si l'intervention russe, en décembre 1994, a transformé le Caucase du Nord en champ de bataille, elle a toutefois gelé les conflits en Transcaucasie. Quelles leçons la Russie tirera-t-elle de ces deux années de guerre ? Que l'on ne peut venir à bout des revendications nationalistes par la force militaire ? Au contraire, ses revers la pousseront-elle à une attitude plus agressive, à une domination plus étroite sur le Caucase ? Enfin, l'attrait des nouvelles élites pour les pétrodollars deviendra-t-il facteur de paix, ou ces richesses serviront-elles à financer de nouvelles guerres, comme dans le golfe arabo-persique voisin ? »

Le Monde diplomatique (France), octobre 1996, p. 16-17.

Éditorial

«...War or peace ? That is the stark question facing President Boris Yeltsin, who once again has disappeared from public view. Gen. Alexander Lebed, the president's envoy to Chechnya, has crafted a cease-fire, which appears to be holding, and the outline of a peace agreement, which contains probably the best terms Russia could get. But instead of jubilation and encouragement, Mr. Yeltsin remains silent and distant. Instead, the word trickles out that Gen. Lebed's plan « needs work. » But that assessment isn't meant as constructive criticism. In Chechnya, Gen. Lebed saw what should have been apparent to all : Russia had lost the war militarily. Despite the fact that Russian troops of civilians had razed the capital and killed thousands of civilians, the Russian military had not subdued the Chechen rebels - as the Chechen assault timed to coincide with Mr. Yeltsin's inauguration so vividly illustrated. As Gen. Lebed witnessed, the Russian soldiers, not the rebels, were ill-trained, ill-equipped, ill-motivated and ill-served by their leaders. »

St-Louis Post Dispatch (États-Unis), 30 août 1996.

Gouvernance et gouvernement [ 30 août 1996 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Russie
LimitéBoris EltsineViktor Stepanovich Chernomyrdin

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1991 - 2001



juin
1991
[Résultats] Élection présidentielle

août
1991
Proclamation d'indépendance de l'Ukraine

décembre
1991
Création de la Communauté des États indépendants

décembre
1993
Tenue d'élections législatives et d'un référendum en Russie

décembre
1993
[Résultats] Élections législatives

décembre
1995
[Résultats] Élections législatives

juin
1996
[Résultats] Élection présidentielle

août
1996
Signature d'un accord de cessez-le-feu entre la Russie et la Tchétchénie

décembre
1999
Annonce de la démission du président russe Boris Eltsine

décembre
1999
[Résultats] Élections législatives

mars
2000
[Résultats] Élection présidentielle


Dans l'actualité


septembre
2017
L'Europe à la rencontre des Russes

mars
2017
La réticence russe face à la COP 21

février
2017
Quand les traditions conservatrices l'emportent en Russie

octobre
2016
La guerre du Donbass et l'escalade des tensions OTAN-Russie

octobre
2016
La mer Baltique agitée par des discordes politiques

octobre
2016
La Russie à Rio 2016 : le bouc émissaire du dopage sportif

mars
2016
25 ans plus tard : un retour sur l'héritage de Gorbatchev

septembre
2015
La Russie fête le 70e anniversaire de sa victoire contre l'Allemagne nazie

avril
2015
L'énergie et l'arsenal nucléaire : une importance capitale pour la Russie

décembre
2014
Le gaz naturel au coeur du bras de fer Russie-Europe


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016