31 mars 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

27 octobre 1999

Assassinat du premier ministre arménien Vazgen Sargsian

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Vazgen Sargsian

Un commando armé de six hommes fait irruption à l'intérieur du Parlement arménien et ouvre le feu sur les hommes politiques présents. Parmi les victimes, on compte le premier ministre Vazgen Sargsian et le président de l'assemblée, Karen Demirdjian.

L'Arménie a proclamé son indépendance en septembre 1991. L'ex-ministre de la Défense Vazgen Sargsian en devient le premier ministre à la suite de la victoire de l'alliance Unité lors des élections législatives du 30 mai 1999. Il n'est en fonction que depuis quelques mois lorsqu'un commando armé investit le Parlement, le 27 octobre 1999, et fait feu sur des membres du gouvernement qui y sont réunis. L'assaut fait huit morts et cinq blessés. Le premier ministre Sargsian, le président de l'assemblée Demirdjian, un ministre et trois députés figurent parmi les victimes du commando dont les membres se disent inquiets pour l'avenir de l'Arménie. Toutefois, aucun soulèvement populaire n'accompagne leur action. Le Parlement est cerné et, le lendemain de l'attaque, les rebelles se rendent avec leurs 40 otages. Le 3 novembre, le président Robert Kotcharian nommera Aram Sargsian, le frère du premier ministre décédé, pour lui succéder.

Dans les médias...


Piotr Smolar, « Le pouvoir arménien décapité »

«...Du coup, le président Kotcharian se retrouve bien seul au sommet du pouvoir, comme n'ont pas manqué de le relever tous les commentateurs. Au-delà des incohérences et des approximations du commando, difficile de ne pas établir un lien avec la question fondamentale qui traverse et déchire la politique arménienne : celle du destin du Nagorny-Karabakh, enclave arménienne en Azerbaïdjan. Une heure avant l'incursion de la bande armée dans le Parlement, le secrétaire d'Etat adjoint américain Strobe Talbott quittait le sol arménien. Sa visite avait bien entendu pour cadre les négociations sur le statut du Nagorny-Karabakh. Près de 35 000 personnes sont mortes au cours de la guerre ayant opposé l'Arménie à l'Azerbaïdjan, entre 1988 et 1994. Depuis le cessez-le-feu conclu en 1994, les discussions entre les deux pays sur le statut du Karabakh semblaient bloquées. Un peu comme dans le cas de la Tchétchénie, la fin de la guerre n'a pas pour autant permis de résoudre le statut du territoire. De part et d'autre, des courants radicaux se refusaient à la moindre concession. »

Le Figaro (France), 29 octobre 1999, p. 5.

Charles Urjewicz, cité par Hélène Despic-Popovic dans « Le chercheur Charles Urjewicz analyse les suites de la crise »

«...La crise intervient à un moment où la vie politique arménienne semblait, malgré tout, trouver un peu de sérénité. Les dernières élections avaient calmé le jeu, car ceux qui ont été élus ont une réelle légitimité. Ces derniers événements renvoient l'Arménie à un passé de soubresauts, de crimes politiques. Ils la renvoient à l'instabilité marquée par la démission de Ter-Petrossian (l'ancien président, ndlr), les pressions de la rue et puis, toujours, planant au-dessus de la vie politique, la question du Karabakh. Il existait en effet un certain nombre de tensions entre le président et sa majorité, entre les Arméniens du Karabakh et les autres. On a cependant l'impression que ce qui s'est passé hier n'est pas le résultat d'un complot, bien que les auteurs de l'attentat puissent avoir été manipulés, mais qu'au-delà de la folie de quelques-uns, ce drame est le révélateur d'une violence très profonde à l'intérieur de la société arménienne. »

Libération (France), 29 octobre 1999, p. 8-9.

Étienne Dubuis, « Un profond mystère plane sur la prise sanglante du parlement arménien »

«...Le malaise s'avère aujourd'hui d'autant plus profond que le coup de force demeure incompréhensible. S'est-il agi d'une tentative de coup d'Etat, comme l'avait déclaré mercredi le chef du commando, l'ultranationaliste Naïri Ounanian? Cela paraissait jeudi peu probable puisque, dans un tel cas, l'assaut du parlement se serait accompagné d'autres opérations à travers le pays. Or, apparemment, personne ailleurs n'a bougé. Et puis l'identité des terroristes, qui sont tous des cousins (au sens large), colle mal avec une conjuration à large échelle. (...) Les conséquences immédiates du massacre de mercredi sont plus claires que ses causes. Le pouvoir arménien se retrouve laminé et pourrait s'affaiblir encore, le ministre de la Défense ayant demandé jeudi la démission de ses homologues de la Sécurité et de l'Intérieur (qui l'a donnée dans la soirée). Cela signifie que le président Robert Kotcharian reste quasiment seul à la tête de l'Etat et qu'il risque de passer davantage de temps, ces prochains mois, à rétablir les institutions qu'à régler le conflit du Haut-Karabakh. Décidément, quel gâchis! »

Le Temps (Suisse), 29 octobre 1999.

Gouvernance et gouvernement [ 27 octobre 1999 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Arménie
IntermédiaireRobert KocharyanRobert Kocharyan

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1989 - 2009



septembre
1991
Proclamation officielle d'indépendance de l'Arménie

mars
1992
Admission à l'Organisation des Nations unies (ONU)

septembre
1996
Réélection de Levon Ter-Petrossian en Arménie

février
1998
Démission du président arménien Levon Ter-Petrossian

mars
1998
[Résultats] Élection présidentielle

octobre
1999
Assassinat du premier ministre arménien Vazgen Sargsian

février
2003
[Résultats] Élection présidentielle

mai
2003
[Résultats] Élections législatives

mai
2007
[Résultats] Élections législatives

février
2008
[Résultats] Élection présidentielle


Dans l'actualité


avril
2019
L'Arménie sur la corde raide

février
2018
Serzh Sargsyan : de chef d'État à futur premier ministre?

novembre
2016
Crise démographique : un avenir incertain pour l'Arménie

mars
2013
Une campagne présidentielle jouée à l'avance en Arménie?

octobre
2009
De la théorie à la pratique : un chemin sinueux pour l'accord turco-arménien


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019