17 septembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

9 décembre 1987

Début d'un soulèvement dans la bande de Gaza et en Cisjordanie

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Yasser Arafat

Des habitants de la bande de Gaza et de la Cisjordanie expriment leur mécontentement à l'endroit de l'occupant israélien par des gestes de désobéissance civile ainsi que par des actes de violence dont les images font le tour du monde.

La lenteur du règlement de la question palestinienne nourrit la frustration des habitants des territoires occupés. Leur colère est avivée par un accident routier survenu le 8 décembre 1987 au cours duquel un chauffeur d'origine israélienne est responsable de la mort de quatre arabes. Un soulèvement populaire, l'Intifada, éclate le lendemain dans la bande de Gaza, puis en Cisjordanie. Aux gestes de désobéissance civile - manifestations, arrêts de travail - s'ajoutent des actes de violence - tirs de pierres, de bouteilles, etc. - , souvent posés par des jeunes à l'endroit des soldats et des colons juifs. L'intervention musclée des troupes chargées de rétablir l'ordre envenime le conflit dont l'écho se fait entendre sur la scène internationale, ternissant l'image d'Israël. Au cours de la première année de l'Intifada, on compte par centaines les civils palestiniens blessés ou tués et on évalue à plusieurs milliers le nombre d'internés dans des camps de détention.

Dans les médias...


Hédi Dhoukar, « Palestine : les jeunes se révoltent »

«...S'ils se reconnaissent et se retrouvent autour de l'OLP (Organisation de libération de la Palestine) et du drapeau palestinien, les manifestants ne sont pas des fedayin entraînés dans les camps, mais des jeunes nés après 1967, ayant grandi à l'ombre de l'occupation et élevés dans la frustration la plus totale. Ils ne disposent pas de filières pour recevoir des armements, ni d'un financement extérieur et ne sont encadrés par aucun parti. Les troubles s'expliquent par « l'absence de solution politique », souligne Abba Eban, personnalité travailliste modérée et ancien chef de la diplomatie israélienne. « Il n'y a pas de lumière au bout du tunnel pour une population qui est, en fait, une nation séparée. Elle est bloquée dans une sorte de cohabitation forcée. » Aux yeux d'Ezer Weizman, l'ancien ministre de la Défense qui est favorable à une concertation poussée avec l'Égypte pour résoudre le problème palestinien, on assiste au « résultat d'un échec dans la recherche d'une solution politique et de l'absence de volonté d'en trouver une ». Ceux qui s'imaginent qu'il s'agit d'une situation passagère « commettent une erreur grave », souligne-t-il à l'intention des Shamir, Sharon et autres Eytan, « faucons » de la droite sioniste. »

Jeune Afrique (France), 6 janvier 1988, p. 23.

Jean-Claude Leclerc, « Soulèvement en Palestine »

«...Toute une génération, on le réalise, n'aura vécu que sous le joug israélien; elle est en train de perdre l'espoir de s'arracher à la misère et à l'oppression. Pauvreté et surpopulation, dépossession nationale et brutalité militaire, tous les ingrédients sont réunis désormais pour provoquer d'autres explosions, plus sanglantes encore. Ce n'est pas sans raison qu'on a, ces jours-ci, comparé Gaza à Soweto. Dans ce morceau de Palestine, un des plus surpeuplés au monde, la grande majorité n'a pas 20 ans. La plupart n'auront connu que des camps sans eau potable ni service sanitaire. On leur offre de devenir manoeuvres en Israël cependant que des colons juifs - une poignée accapare déjà 28% des terres domaniales - viendraient d'Union soviétique et des États-Unis leur prendre ce qu'il leur reste de patrie. Cette dépossession, pire que la violence militaire des derniers jours, est un crime qu'on commence à voir en Israël et ailleurs, mais bien tard. Toute une population aura été ainsi poussée au désespoir, à la haine et à la révolte. La dégradation de la situation des territoires occupés a pris un tour plus dramatique ces dernières années. Pour y dénoncer l'oeuvre de « terroristes » et s'entêter à y imposer « l'ordre », il faut un singulier aveuglement. »

Le Devoir (Québec, Canada), 16 décembre 1987, p. 8.

Éditorial

«...To Israelis and others, the question has now arisen whether the familiar occupation practices will still do. Or has there been so great a change in the readiness of West Bankers and Gazans to challenge the soldiers and settlers that Israel, to hang on, may have to abandon the pretense of a light hand and openly apply a heavy one ? The defense minister, who runs the West Bank, declares that Israel is prepared to use « massive force » if necessary. There is no reason to doubt Israelis will do whatever they think they must for their security, despite - sometimes because of - foreign rebukes. Palestinians, by conducting terrorist operations and by failing to field a leadership competent to negotiate a West Bank settlement, lend a rationale and, in many Israeli minds, an inevitability to the hard line. Its basic flaw, however, remains. It is that an occupation, no matter how it is run, builds hate and that it must be terminated - and not by annexation, which some Israelis favor, but by agreement with representative Palestinians, who in term must live in peace with Israel. »

The Washington Post (États-Unis), 31 décembre 1987.

Gouvernance et gouvernement [ 9 décembre 1987 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Israël
IntermédiaireChaim HerzogYitzhak Shamir

null
Non disponible

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1982 - 1992



juillet
1984
[Résultats] Élections législatives

septembre
1984
Formation en Israël d'un gouvernement d'union nationale dirigé par Shimon Peres

décembre
1987
Début d'un soulèvement dans la bande de Gaza et en Cisjordanie

novembre
1988
[Résultats] Élections législatives

juin
1992
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


mars
2018
Israël : quand la gauche chute à droite

janvier
2018
Israël : un pays de contrastes socio-économiques

janvier
2018
Avi Gabbay : rejoindre des votes de centre-droit avec un parti de gauche

octobre
2017
Conflit syrien : rencontre entre la Russie et Israël

octobre
2017
Crise identitaire à l'UNESCO

janvier
2017
Shimon Pérès : un bilan ambigu

septembre
2016
Réconciliation à intérêts partagés entre Israël et la Turquie

février
2015
Le Foyer juif brouillera-t-il les cartes aux élections israéliennes ?

février
2015
La place de l'or bleu dans le conflit israélo-palestinien

octobre
2014
Cessez-le-feu entre Israël et la Palestine : du déjà-vu...


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019