Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

21 septembre 2017

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

7 décembre 2003

Élection du parti Russie unie en Russie

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Vladimir Poutine

En obtenant 36,8% des votes et en arrivant en tête des formations représentées à la Douma, le Parti Russie unie confirme la position de force du président Vladimir Poutine à l'approche de l'élection présidentielle qui aura lieu en 2004.

Le grand perdant des élections, le Parti communiste russe de Guennady Ziouganov, termine loin derrière le Parti Russie unie (PRU) avec un peu moins de 13% des votes. Il s'agit d'une baisse importante par rapport aux législatives précédentes. Dans les intentions de vote, les communistes sont même talonnés par le Parti libéral démocratique de Russie de Vladimir Jirinovski qui obtient l'appui d'environ 12% de l'électorat. Des alliances formées avec d'autres partis donneront une majorité au PRU à la Douma. Elle consolide la position du président Poutine que plusieurs accusent cependant d'avoir utilisé l'appareil étatique afin de favoriser le PRU. La question de la Tchétchénie figure parmi les dossiers les plus préoccupants pour le gouvernement. Des attentats terroristes qui y sont liés surviennent la veille et le lendemain du scrutin. La lutte contre les oligarchies qui se sont développées sous la présidence de Boris Eltsine s'annonce aussi comme un des enjeux importants du prochain mandat. Le président Poutine en fera d'ailleurs un des thèmes de l'élection présidentielle de 2004.

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Laure Mandeville, «Les risques d'une dérive impériale»

«...La Douma qui vient de sortir des urnes n'est en effet qu'un des éléments de l'étrange processus de reconstruction d'un pouvoir prédateur, en cours en Russie depuis l'arrivée aux affaires de Vladimir Poutine. Cette reconstruction s'est faite au nom des meilleures intentions - rendre son rang à la Russie, assainir l'État des influences mafieuses, redistribuer la richesse- mais elle a débouché pour l'instant sur un verrouillage tous azimuts. Tchétchénie, justice, régions, Parlement, presse... La peur se réinstalle, de même que les réflexes courtisans. Rédacteurs en chef, gouverneurs, magistrats, tous se remettent à courber l'échine sur un champ politique si nettoyé qu'il donne le vertige. Bien sûr, la reconstruction du communisme soviétique n'est pas à l'ordre du jour. Le système de pouvoir russe s'est même plutôt bien converti au capitalisme de prédation, parrainé par l'État. Mais le retour aux méthodes coercitives du passé soviétique est évident dans une société si désemparée et paupérisée qu'elle considère toujours Staline, Lénine ou Dzerjinski comme des héros positifs.»

Le Figaro (France), 9 décembre 2003.

Alain Guillemoles, «La Russie a voté pour les nationalistes»

«...La Russie a donc fait hier un virage vers une droite patriote, revancharde et populiste, qui a capitalisé sur la colère contre les nouveaux riches accusés d'avoir pillé le pays. En conséquence, les réformateurs qui étaient apparus dans la foulée de l'arrivée au pouvoir de Boris Eltsine ont payé le prix fort. Les deux partis réformateurs, SPS et Iabloko, ont été incapables d'atteindre la barre des 5 %. Aucune des grandes figures libérales et centristes qui siégeaient au Parlement ne retrouvera son fauteuil : Boris Nemtsov, l'ancien vice-premier ministre, devrait quitter la tête du SPS. L'avenir des sociaux-démocrates de Iabloko est incertain. Toute une génération politique de réformateurs pro-occidentaux disparaît de la scène publique. Les derniers réformateurs qui demeurent en Russie sont désormais au Kremlin, où ils se livrent à une guerre d'influence avec la force montante des silovikis, les partisans d'un régime plus autoritaire.»

La Croix (France), 9 décembre 2003, p. 12.

Natalie Nougayrède, «Les élections russes renforcent le pouvoir de Vladimir Poutine»

«...Comment expliquer le recul des communistes et des libéraux ? Selon les observateurs, les premiers ont notamment souffert de l'usage fait par Vladimir Poutine des symboles de l'Etat-puissance soviétique, que ce soit l'hymne national ou les « spartakiades », cérémonies remises au goût du jour par un pouvoir qui a décidé de faire du sport un thème pour mobiliser les foules. Les libéraux ont, de leur côté, pâti de leur querelles intestines, et aussi des répercussions de l'affaire Ioukos, la société pétrolière de l'oligarque emprisonné, Mikhaïl Khodorkovski, qui leur apportait un soutien financier. Jouant sur la croissance économique, des promesses de réduire la pauvreté et de doubler le produit intérieur brut, ainsi que sur son image de dirigeant jeune défendant les «intérêts nationaux», Vladimir Poutine continue, en tout cas, d'emporter l'adhésion des Russes, même si une majorité d'entre eux déclare ne pas ressentir d'amélioration dans la vie quotidienne.»

Le Monde (France), 9 décembre 2003, p. 2.

Serge Truffaut, «La fraude du Kremlin»

«...De tous les constats que proposent les élections législatives tenues en Russie dimanche, le plus éclatant est sans nul doute le penchant prononcé des citoyens pour le nationalisme. La victoire du parti présidentiel, Russie unie, et de ses satellites confirme la persistance des sentiments xénophobes ou chauvins qui agitent la société russe depuis le milieu de la décennie antérieure. Les formations qui ont aiguisé la nostalgie pour la grandeur passée du pays ainsi que le rejet de l'étranger ont profité de l'effondrement combiné du Parti communiste et des démocrates pour s'installer à demeure à la Douma (la chambre basse) où Vladimir Poutine dispose désormais de la majorité absolue. Cette inflation nationaliste laisse entrevoir la poursuite de la politique tout en muscles que Poutine a choisie pour mettre à sa botte la Tchétchénie ainsi qu'une détérioration accélérée des relations que son pays entretient avec l'Ukraine et avec d'ex-républiques soviétiques qui, aux yeux du Kremlin, déroulent le tapis rouge aux États-Unis avec trop d'empressement.»

Le Devoir (Québec, Canada), 9 décembre 2003, p. A6.

Steven Lee Meyers, «Russia's Voting for Parliament Bolsters Putin»

«...Although only about half the country's eligible voters cast ballots and the exact composition of the new Parliament might not be known for several days, the results handed Mr. Putin a strong mandate. What he and United Russia plan to do with that mandate remains unclear, however, because the party outlined its vision for the country in only the broadest terms. While many here and abroad have raised alarms over a steady erosion of democratic freedoms, from the strangulation of independent media to the increasing influence of the security services, voters clearly embraced the political stability and economic development that Mr. Putin and United Russia promised to nurture. «Russia does not need to be cured,» Boris V. Gryzlov, the interior minister under Mr. Putin and United Russia's leader, said on state television. «Russia just needs to be woken up.» United Russia, with a coalition that includes smaller parties and independent lawmakers, already controls a slight parliamentary majority. If the early pattern holds, the party and its partners will control well more than half the seats, giving Mr. Putin almost unchallenged power to push through legislation.»

New York Times (États-Unis), 8 décembre 2003.

Gouvernance et gouvernement [ 7 décembre 2003 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Russie
IntermédiaireVladimir PoutineMikhail Mikhaylovich Kasyanov

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1998 - 2016



décembre
1999
Annonce de la démission du président russe Boris Eltsine

décembre
1999
[Résultats] Élections législatives

mars
2000
[Résultats] Élection présidentielle

décembre
2003
Élection du parti Russie unie en Russie

décembre
2003
[Résultats] Élections législatives

mars
2004
Élection de Vladimir Poutine à la présidence de la Russie

mars
2004
[Résultats] Élection présidentielle

septembre
2004
Dénouement d'une prise d'otages dans une école de Beslan, en Russie

décembre
2007
Élection en Russie du parti Russie unie de Vladimir Poutine

décembre
2007
[Résultats] Élections législatives

mars
2008
Élection de Dmitri Medvedev à la présidence de la Russie

mars
2008
[Résultats] Élection présidentielle

décembre
2011
Réélection du parti Russie unie en Russie

décembre
2011
[Résultats] Élections législatives

mars
2012
Élection de Vladimir Poutine à la présidence de la Russie

mars
2012
[Résultats] Élection présidentielle

février
2014
Ouverture des Jeux olympiques d'hiver à Sotchi, en Russie

mars
2014
Tenue d'un référendum en Crimée

juillet
2014
Écrasement d'un avion de la Malaysia Airline au-dessus du territoire ukrainien

janvier
2015
Chute importante du prix du baril de pétrole

octobre
2015
Attentat contre un avion de la compagnie russe Metrojet

septembre
2016
Réélection en Russie du parti Russie unie

septembre
2016
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


mars
2017
La réticence russe face à la COP 21

février
2017
Quand les traditions conservatrices l'emportent en Russie

octobre
2016
La guerre du Donbass et l'escalade des tensions OTAN-Russie

octobre
2016
La mer Baltique agitée par des discordes politiques

octobre
2016
La Russie à Rio 2016 : le bouc émissaire du dopage sportif

mars
2016
25 ans plus tard : un retour sur l'héritage de Gorbatchev

septembre
2015
La Russie fête le 70e anniversaire de sa victoire contre l'Allemagne nazie

avril
2015
L'énergie et l'arsenal nucléaire : une importance capitale pour la Russie

décembre
2014
Le gaz naturel au coeur du bras de fer Russie-Europe

février
2014
Le drame circassien dans l'ombre des olympiques


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016