25 août 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

1 février 1979

Retour d'exil de l'ayatollah Rouhollah Khomeiny

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Ruhollah Khomeiny

Une foule immense envahit les rues de Téhéran afin de célébrer le retour d'exil de l'ayatollah Rouhollah Khomeiny. Cet événement fait suite au départ du shah Mohammad Reza Pahlavi, qui régnait sur l'Iran depuis 1941.

Après une année 1978 marquée par une grande instabilité politique, la contestation a finalement raison du shah Mohammad Reza Pahlavi qui part en exil en janvier 1979. Cette décision est suivie par le retour en Iran d'une des figures de proue du mouvement d'opposition au souverain, l'ayatollah Rouhollah Khomeiny. Âgé de 77 ans, ce chef religieux était en exil depuis 1964. Khomeiny est accueilli par une foule en liesse dans la capitale, Téhéran, le 1e février 1979. Un bras de fer entre ses partisans et le gouvernement se solde par le départ du premier ministre Shapour Bakhtiar à qui succède Mehdi Bazaragan. L'opposition au régime, notamment au Conseil révolutionnaire que dominent les chefs religieux, est brutalement réprimée alors que Khomeyni devient le leader politique de l'Iran. Par référendum, la population se prononce par une forte majorité les 30 et 31 mars afin que le pays devienne une République islamique. La révolution iranienne prendra une nouvelle dimension en novembre 1979 avec l'occupation de l'ambassade américaine par un groupe d'étudiants.

Dans les médias...


Pierre Blanchet, «L'imam et la communauté»

«...Uni sous la bannière de la religion, fortement soudé par une expression unique, la langue du prophète -c'était la condition nécessaire de sa force contre le Shah- le mouvement iranien a puisé à plusieurs sources. L'homogénéité du mouvement, qui s'est fondu en une volonté collective simple et unique jusqu'au départ du roi, laisse aujourd'hui apparaître une diversité, des différences, des divergences et des intérêts contradictoires. Ces différences seront-elles respectées ? Ou l'Islam triomphant rejettera-t-il tout ce qui n'est pas conforme ? C'est l'enjeu actuel de la révolution iranienne. Les intellectuels de l'association des droits de l'homme, les nationalistes héritiers de Mossadegh, les guérilleros marxistes, les Kurdes ont chacun oeuvré au renversement de la dictature. Quelle sera leur place dans la future république islamique ? Quelle sera même la place de celles qui ont repris le voile dans un symbole de protestation mais qui ne sont pas forcément d'accord sur la suppression de quelques lois qui protégeaient la femme iranienne ? (...) La balle est aujourd'hui dans la camp de l'islam. Acceptera-t-il l'expression des différentes identités iraniennes ou se repliera-t-il sur un panislamisme fait d'excommunication et d'exclusion ? Le jeu n'est pas encore joué.»

Esprit (France), avril 1979, p. 106.

Pierre Doublet, «Iran : l'heure de vérité»

«...Il n'y a pas un militaire, pas un policier sur les trottoirs. Mais une double chaîne de cinquante mille civils se tenant par la main, mobilisés par le clergé chi'ite pour contenir le plus grand déferlement populaire que l'Iran ait encore vu. Et y parvenant mal. Sa toute-puissance, Khomeiny a pu, dès ses premiers pas, l'embrasser de son regard perçant. Il ne sourit pas. Il ne sourit jamais. C'est pourtant l'heure du triomphe le plus absolu qu'un homme ait jamais remporté sur un régime. En un an, cet homme de 78 ans qui s'était juré, dans son exil forcé, d'abattre la dynastie «usurpatrice» des Pahlavi, a soulevé les masses, paralysé l'Iran, ébranlé son armée, fait trembler le monde occidental en fermant les robinets du pétrole, et contraint l'Empereur au départ. En usant de moyens en apparence dérisoires : le téléphone, et la minicassette multipliée à l'infini, portant dans tous les foyers de l'Iran ses appels à la révolte, qui, dans ce pays voué à l'injustice par un progrès matériel effréné, avaient un effet de dynamite.»

L'Express (France), 10 février 1979, p. 52.

Gilbert Grand, «Retour à Téhéran»

«...Certes, l'industrialisation à outrance, imposée par le chah et qui allait de pair avec une corruption scandaleuse, n'a pas tenu compte des besoins virtuels et des traditions religieuses de la grande majorité de la population. Mais on ne peut que s'interroger sur le réalisme économique de Khomeiny quand il clame qu'il «démolira» le système mis en place par le chah et qu'il mettra fin à la «main-mise étrangère» sur l'Iran. L'opposition a pu garder ses rangs unis dans sa lutte contre le chah mais on voit mal comment elle évitera les scissions dans la lutte à finir qui s'engage (...) Loin en exil, l'ayatollah Khomeiny avait pris pour les Iraniens toutes les dimensions d'un mythe. Arrivé en sauveur, il risque de retrouver rapidement sa dimension réelle, c'est-à-dire d'homme faillible et dépassé par les événements qu'il a contribué à déclencher.»

Le Devoir (Québec, Canada), 2 février 1979, p. 4.

Éditorial

«...If Iran stands at a crucial point in terms of its immediate future, it is also on the verge of a highly important attempt to merge Islamic tradition and law with modern industrial society. It is an attempt that will be widely watched throughout the Moslem world, where similar, though less spectacular, struggles are taking place from Pakistan to Turkey and Egypt. It is a struggle which too often has been expressed in terms of whether women are seen in the streets with or without veils -an issue that may divide Moslems but is of less than transcendental importance. The struggle will come more over the way in which political decisions are made in a society that is both heavily rural and highly modern. Iran has, because of its oil developments, a relatively large technocratic middle class that may be in a position to insist on active participation in the government being assembled by Khomeini. The test of Khomeini's success may come on the acceptance by this group of his proposals. It is a test that, unlike the speed with which revolution took hold, will take months and years to judge.»

The Boston Globe (États-Unis), 13 février 1979.

Gouvernance et gouvernement [ 1 février 1979 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Iran
TransitionMohammad Reza PahlaviShapour Bakhtiar

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1974 - 1984



février
1979
Retour d'exil de l'ayatollah Rouhollah Khomeiny

mars
1979
Début du deuxième « choc pétrolier »

novembre
1979
Occupation de l'ambassade des États-Unis à Téhéran

septembre
1980
Début de la guerre Iran-Irak

août
1981
Assassinat du président et du premier ministre de l’Iran


Dans l'actualité


septembre
2017
Réélection de Rouhani en Iran : vers l'ouverture et la modération

septembre
2017
Téhéran frappé par le groupe État islamique

février
2017
L'accord nucléaire iranien remis en question

mars
2016
Iran - Arabie Saoudite : des décennies de relations abruptes

février
2016
L'Iran entre réforme et tradition

décembre
2015
L'Iran : une population qui sombre dans la drogue

janvier
2014
Signature d'un accord historique sur le nucléaire iranien

décembre
2013
Nucléaire iranien : un accord historique réjouit la communauté internationale

octobre
2013
Élection de Rohani : naissance d'un espoir international

mai
2012
Enjeux géostratégiques autour de l'or noir : l'Iran lance un combat à tout prix


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019