16 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

17 avril 1955

Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Conférence de Bandoeng

Environ 2 000 délégués et observateurs provenant de 29 pays d'Asie et d'Afrique sont réunis à Bandoeng, en Indonésie, afin de participer à une conférence où ils discuteront de leurs problèmes communs et de la menace qui pèse sur la paix mondiale.

Des figures prestigieuses comme le premier ministre indien Jawaharlal Nehru, le premier ministre chinois Zhou Enlai et l'Égyptien Gamal Abdel Nasser participent à cette conférence qui se déroule après une année 1954 fertile en rebondissements (accords de Genève, insurrection algérienne, etc.). Sept thèmes principaux sont abordés : la coopération économique, la coopération culturelle, l'autodétermination et les droits de l'homme, l'usage pacifique de l'énergie nucléaire, la paix mondiale et la coopération, l'usage des armes nucléaires et les problèmes des personnes dépendantes. Dans son discours d'ouverture, le président indonésien Ahmed Sukarno dénonce le colonialisme. Le sujet est abondamment discuté au cours de la conférence au terme de laquelle on adopte une résolution condamnant le colonialisme « sous quelque forme que ce soit », et pas seulement celui des occidentaux. Un communiqué final est émis et les délégués présents, qui représentent des pays dont la population totalise 1,4 milliards d'habitants, expriment le désir de se rencontrer lors d'une autre conférence. Voir : Conférence afro-asiatique de Bandoeng

Pour en savoir plus: Conférence afro-asiatique de Bandoeng

Dans les médias...


Jean Rous, « Bandoeng, répétition pour l'histoire »

«...le mérite de la conférence de Bandoeng est moins dans ses conclusions que dans son existence, qui a permis à tout un continent, encore colonisé il y a dix ans, de prendre conscience de sa personnalité et d'une certaine communauté d'aspiration, malgré la profonde contradiction des idéologies et des intérêts nationaux (...) Bien que la conférence fût afro-asiatique, on remarque que l'Afrique, dans sa majorité, n'y était pas représentée, surtout l'Afrique Noire, sauf la Gold Coast et le Liberia. Cependant, l'appel à la coopération avec l'Afrique, l'unité d'action proposée par le continent à peine libéré au continent encore colonisé aux trois quarts aura une répercussion à longue portée. Si l'Europe s'obstine à demeurer dans l'ornière colonialiste et à ne concevoir l'Eurafrique que sous la forme de l'exploitation, l'Asie prendra en mains le sort de l'Afrique. L'attraction de l'exemple et de la ferveur nationaliste afro-asienne connaîtra dans les ans qui viennent une force accrue.»

Esprit (France), juillet 1955, pp. 1234-1235.

S.A., « L'offre chinoise à Washington »

«...Au cours de la conférence de Bandoeng, qui s'est achevée dimanche, les faiblesses de ce rassemblement n'ont pas été difficiles à découvrir. Il est peu probable que le compromis final sur le « colonialisme communiste » fasse oublier les divergences profondes entre les prosoviétiques, les antisovétiques et les neutralistes d'Asie ou d'Afrique. On a aussi pu remarquer que la conférence n'a pas donné lieu à une « mobilisation générale contre l'homme blanc » que bien des observateurs redoutaient. Les nécessités tactiques ont même contraint les adversaires les plus résolus de « l'impérialisme occidental » à renoncer à une condamnation catégorique et immédiate de toute espèce de tutelle étrangère sur les peuples asiatiques ou africains. Il est d'autre part trop tôt pour mesurer quels seront sur le plan purement asiatique les effets de la rencontre de Bandoeng.»

Le Monde (France), 26 avril 1955, p. 1.

André L., « Après Bandoeng »

«...La réunion de Bandoeng laisse une impression un peu confuse. Aucun groupe n'est parvenu à l'unifier vraiment. L'influence de Nehru s'exerçait surtout dans la coulisse; elle a été pacificatrice, malgré de sévères paroles à l'adresse des impérialistes. Cette opposition est d'ailleurs tout ce que les nations réunies à Bandoeng possédaient en commun. Mais elles ne l'entendent pas dans le même sens. C'est pourquoi le sous-comité chargé de dénoncer le colonialisme a mis tant de temps à parvenir à une formule capable de satisfaire tout le monde (...) Le colonialisme sous toutes ses formes, déclarent-elles, est un mal auquel il faudra bientôt mettre fin. Mais de quel colonialisme s'agit-il ? La colonisation économique et militaire pratiquée par les États-Unis sur tout le monde non-communiste se trouve-t-elle rejointe par la dénonciation ? Oui, agressivement oui, il s'agit de l'interprétation chinoise; oui, certainement oui, dans le cas de l'Inde et des États qui subissent son influence; non pour le Pakistan et plusieurs États arabes.»

Le Devoir (Québec, Canada), 26 avril 1955, p. 4.

S.A., « China's Move »

«...It is plain from what has happened that Mr. Chou En-lai came to Bandung with one single purpose - to convince all those whom he met that the People's Republic is a peace-loving Power who wished nothing more than to live in amity with all her neighbours, and indeed with the rest of the world. It was he, rather than Mr. Nehru, who became the focal point of the conference, even before his dramatic offer "to sit down and enter into negotiations with the United States to discuss the question of relaxing tensions in the Taiwan area" had given the assembled delegates the pleasant feeling that they were assisting at a decisive juncture of world affairs. His assurances to Thailand, his guarantee of non-interference in Laos, his liberal agreement with Indonesia over the future position of Chinese settlers, his friendliness to Japan... (...) - all these made a profound impression even upon the representatives of countries which have the most cause to fear the advance of Communism. Upon the "neutrals" and the uncommitted the effect has been still more marked.»

The Times (Royaume-Uni), 25 avril 1955, p. 13.

Gouvernance et gouvernement [ 17 avril 1955 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Indonésie
LimitéAhmed SukarnoAli Sastromidjojo

Afghanistan
FaibleMohammad Zahir ShahSardar Mohammad Daud Khan

Arabie Saoudite
FaibleSa`ud ibn `Abd al-`Aziz Al Faysal Al Sa`udFaysal ibn `Abd al-`Aziz Al Faysal Al Sa`ud

Myanmar
IntermédiaireBa UNu

Cambodge
TransitionNorodom SuramaritLeng Ngeth

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1945 - 1965



août
1945
Proclamation de l'indépendance de l'Indonésie

décembre
1949
Création des États-Unis d'Indonésie

septembre
1950
Admission à l'Organisation des Nations unies (ONU)

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

septembre
1965
Tentative de coup d'État en Indonésie


Dans l'actualité


février
2019
Indonésie : élections présidentielle et législatives d'une démocratie fragile

janvier
2019
Rassemblement international à Bali pour sauver les océans

septembre
2018
La justice indonésienne progresse dans sa lutte à la corruption

avril
2018
Le coût du séparatisme en Indonésie

janvier
2017
Les Indonésiens dans la rue pour la condamnation d'Ahok

octobre
2016
Remaniement ministériel en Indonésie : l'économie au coeur du changement

novembre
2014
Déforestation en Indonésie : un pilier économique, mais un désastre écologique

octobre
2014
Une élection indonésienne marquante

février
2014
Élection présidentielle à saveur populiste en Indonésie

mars
2013
L'Indonésie : un essor économique impressionnant


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016