17 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

3 décembre 2006

Réélection de Hugo Chavez à la présidence du Venezuela

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Hugo Chavez, Fidel Castro

Le président sortant, Hugo Chavez, est réélu dans ses fonctions avec plus de 60% des voix. Il devance nettement son adversaire le plus sérieux, Manuel Rosales, qui obtient environ 37% des votes.

Le premier mandat de Chavez a été pour le moins mouvementé. En avril 2002, il est renversé temporairement par un coup d'État qui s'estompe au bout de quelques jours. Puis, en août 2004, il remporte un référendum mettant fin aux espoirs de ses opposants de le faire révoquer de son poste. Personnage charismatique et controversé, le président Chavez crée également des remous sur la scène internationale. Les revenus générés par les ressources pétrolières du pays lui permettent de profiter de plusieurs tribunes. Il s'en sert pour exercer une influence grandissante sur le continent et à l'extérieur, ainsi que pour dénoncer l'administration américaine qui est sa cible préférée. La popularité du président auprès des masses ne se dément pas lors de la campagne électorale de 2006. Presque tous les sondages le donnent gagnant par une forte majorité. De fait, Chavez remporte plus de 60% des voix, devançant nettement son seul véritable adversaire, le gouverneur de l'État de Zulia, Manuel Rosales. À la tête de la coalition «Une nouvelle ère», celui-ci récolte environ 37% des intentions de votes. La dizaine d'autres candidats sur les rangs joue un rôle marginal. Ils ne reçoivent collectivement que le support de quelques dizaines de milliers des 11 millions de Vénézuéliens qui se rendent aux urnes. Chavez s'engage à poursuivre l'élan entrepris pendant son premier mandat, notamment en ce qui a trait aux programmes sociaux. Il manifeste également le désir de tenir une consultation populaire qui permettrait de modifier la Constitution afin que le président puisse exercer plus de deux mandats. Selon la Constitution en vigueur, le deuxième mandat de Chavez, qui se termine en 2012, devrait être son dernier. voir : Le président américain est un diable

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Christine Renaudat, « Hugo Chavez s'offre six ans de plus d'un pouvoir sans partage »

«...Sa réélection permettra à Hugo Chavez de poursuivre les réformes engagées dans le pays. Et l'arrivée de gouvernants de gauche sur le continent, comme le chef d'État équatorien Rafael Correa, renforce le camp antiaméricain dont Chavez a pris la tête. Mais au Venezuela, le président, qui espère réformer la Constitution pour pouvoir exercer autant de mandats que les urnes le lui permettront, devra peut-être affronter de nouvelles critiques. La corruption ronge le régime et son entourage est tenu pour responsable du « gaspillage » de millions de dollars. Hugo Chavez, pour l'instant hors d'atteinte, devra peut-être faire le nettoyage autour de lui. « C'est le principal défi de ces prochaines années. Il faudra aussi qu'il prenne en compte la minorité qui veut son départ. Elle représente toujours 40 % de la population », estime (la psychologue sociale) Mireya Lozada. »

La Croix (France), 5 décembre 2006, p. 9.

Lamia Oualalou, « Réélu, Chavez a les mains libres au Venezuela »

«...Marginalisés des institutions politiques, les adversaires de Chavez sont aujourd'hui dans une situation délicate. (...) Le Venezuela n'est pourtant pas devenu un pays monolithique où Hugo Chavez pourrait agir à sa guise. L'opposition contrôle la quasi-totalité des médias, une grande partie de l'économie, des institutions puissantes telles l'Université, et jouit de la sympathie de l'Église. Le président tempête contre la Maison-Blanche, mais les États-Unis restent le principal partenaire commercial du Venezuela. Il s'attaque aux contrats des multinationales pétrolières, mais le fait prudemment, conscient des besoins en termes de technologie et de capitaux de son pays. Les contradictions sont très vives au sein de son propre camp. Ceux qui voudraient s'attaquer à la propriété privée et aller vers le socialisme butent sur les partisans d'une nouvelle bourgeoisie productive et une partie des militaires. Et quand les partis politiques pro-Chavez tentent de mettre en place des mécanismes bureaucratiques de contrôle du pouvoir, ils doivent affronter dans la rue des mouvements sociaux qui revendiquent bruyamment une démocratie participative. »

Le Figaro (France), 5 décembre 2006, p. 3.

Mario Roy, « Le président révolutionnaire »

«...Astucieux, le président vénézuélien a aussi littéralement créé une nouvelle classe dominante, qu'on appelle là-bas les « bolibourgeois » et qui lui doit tout. Elle est faite des cadres militaires, des employés de l'État (leur nombre a doublé en huit ans pour atteindre deux millions) et d'une partie des milieux d'affaires qui, contrairement à ce qu'on pourrait croire, ne le répudient point. C'est ainsi que Hugo Chavez peut se permettre de poursuivre son oeuvre missionnaire en Amérique latine. En distribuant du pétrole à bon marché. En jouant la carte de l'antiaméricanisme pour séduire des populations hostiles à George W. Bush et déçues du libéralisme des années 90, qui n'a pas donné les résultats escomptés. À ce jour, le président révolutionnaire s'est largement cantonné à la rhétorique sur la scène internationale, se montrant plus prudent en tout autre domaine. Cependant, dans la nouvelle situation que la mort de Castro annonce, on verra si Hugo Chavez saura jusqu'où il peut aller trop loin. »

La Presse (Québec, Canada), 6 décembre 2006, p. A30.

Éditorial

«...A strong opposition will be needed. Mr. Chavez has announced plans to follow his re-election by removing the constitutional barrier that would limit his tenure to six more years. He has also threatened to shut down private television stations sympathetic to the opposition, and his congressional followers say they plan to give him far-reaching decree power, so that he can personally order the seizure of private property. For those who trust that political pluralism will remain intact, Mr. Chavez had a message. « There is no room in Venezuela for any project other than the Bolivarian revolution, » he declared last week. I fact, Mr. Chavez's rule contains the seeds of its own destruction. His wild use of oil revenue - government spending has grown eightfold during his eight years in office - has gone mainly for consumption or foolish foreign adventures. Investment in the economy, and even in the oil industry itself, is paltry, and most experts believe Venezuela's petroleum production has declined. Crime and corruption are soaring : Murders are up 67 percent during the Chavez era. If oil prices continue to drop, Mr. Chavez's revolution eventually will be revealed for what it is : a populist fraud. »

The Washington Times (États-Unis), 8 décembre 2006.

Gouvernance et gouvernement [ 3 décembre 2006 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Venezuela
IntermédiaireHugo Chávez

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2001 - 2016



avril
2002
Tentative de coup d'État contre Hugo Chavez au Venezuela

décembre
2005
[Résultats] Élections législatives

décembre
2006
Réélection de Hugo Chavez à la présidence du Venezuela

décembre
2006
[Résultats] Élection présidentielle

février
2009
Tenue d'un référendum au Venezuela

septembre
2010
[Résultats] Élections législatives

octobre
2012
Réélection de Hugo Chavez à la présidence du Venezuela

octobre
2012
[Résultats] Élection présidentielle

mars
2013
Décès du président vénézuélien Hugo Chavez

avril
2013
[Résultats] Élection présidentielle

décembre
2015
Victoire de l'opposition aux législatives vénézuéliennes

décembre
2015
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


octobre
2018
Pauvreté et criminalité : le cocktail explosif de Caracas

octobre
2018
L'élection présidentielle au Venezuela : des résultats contestés

janvier
2018
Le leader de l'opposition Antonio Ledezma fuit le Venezuela

octobre
2017
Une Assemblée constituante sème l'inquiétude au Venezuela

novembre
2016
Impasse institutionnelle au Venezuela : suspension du référendum révocatoire

février
2016
L'économie du Venezuela: au fond du baril

octobre
2015
Une victoire progressive pour Leopoldo López au Venezuela

février
2015
Venezuela : après Chavez, la crise

novembre
2014
Le Venezuela de Nicolas Maduro: l'essoufflement d'une révolution

février
2014
Manifestations à Caracas : la ville divisée entre les rouges et les blancs


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019