24 mai 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

6 mai 2007

Élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République française

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Affiche électorale de Nicolas Sarkozy

Le candidat de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), Nicolas Sarkozy, remporte l'élection présidentielle française. Il obtient 18 983 138 votes (53,1 %), ce qui lui permet de devancer Ségolène Royal du Parti socialiste qui obtient pour sa part l'appui de 16 790 440 (46,9 %) électeurs.

Le premier (22 avril 2007) et le deuxième tour de cette élection présidentielle suscitent un fort engouement auprès des Français. Plus de 83 % d'entre eux se prévalent de leur droit de vote à chaque occasion, un résultat qui contraste avec la baisse de participation observée lors des dernières présidentielles. La présence d'une femme, la socialiste Ségolène Royal, ainsi que la forte personnalité du candidat de la droite, l'ex-ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, expliquent en partie cet intérêt. La campagne est également marquée par la poussée du candidat de l'Union pour la démocratie française (UDF), le centriste François Bayrou, ainsi que la chute du Front national de Jean-Marie Le Pen qui ne récoltera que 10,4 % des voix, contre 16,9 % en 2002. Certains sondages indiquent même que Bayrou pourrait causer une surprise et prendre part au deuxième tour. Mais le 22 avril, Sarkozy (31,2 %) et Royal (25,9 %) arrivent en tête, pavant la voie à une confrontation classique entre la droite et la gauche. Conformément aux prévisions, c'est finalement Nicolas Sarkozy qui obtient la victoire avec 53,1 % des voix. Reprenant les thèmes qu'il a défendus au cours des derniers mois (revalorisation du travail, respect de l'autorité, etc.), le président élu s'engage à agir rapidement. Dans le sillage de sa victoire, l'UMP connaît également du succès en obtenant une majorité des sièges lors des législatives de juin 2007. Voir : Fondation de l'UMP (Union pour un mouvement populaire)

Pour en savoir plus: Discours d'investiture du président de la République française

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Joëlle Meskens, « L'homme providentiel de la France exaspérée »

«...Mai 2007 est le contraire de mai 1981. Avec Mitterrand, la France rêvait de changer la vie. Avec Sarkozy, la voilà qui veut remonter le temps. Avec le premier venait l'alternance. Avec le second s'ouvre une époque qui ne rompt pas avec la droite mais cherche seulement à la « décomplexer ». En entamant sa campagne, Nicolas Sarkozy martelait : « J'ai changé ». Mais changé en quoi ? Il est si mal connu..... Quel président sera-t-il ? Le briseur de tabous ? Le pragmatique que l'on a vu à l'oeuvre durant ces cinq ans de gouvernement ? Ou ce héraut d'une droite dure qui s'est révélé pendant ces longs mois de campagne ? Mitterrand avait une vision historique de la France. Chirac, un lien charnel avec elle. Mais Sarkozy ? L'amour qu'il porte à la France est avant tout..... politique. Avec toute la part de mystère que révéleront les circonstances. « Vous serez surpris », promet l'une de ses proches, Valérie Pécresse. « Nicolas Sarkozy sera l'homme de l'ouverture. » Et si c'était vrai ? »

Le Soir (Belgique), 7 mai 2007, p. 2.

Sylvain Besson, «Le sacre de Sarkozy traduit le désir de changement des Français»

«...pour le dernier jour de sa campagne, Ségolène Royal avait lancé un appel presque désespéré pour « ouvrir les yeux » des Français: « Dressez-vous pour la lumière », avait-elle imploré. Le sursaut espéré n'a pas eu lieu. Pour la gauche, la victoire de Nicolas Sarkozy semble au contraire annoncer un âge sombre. Et pourtant... Il y a quelques mois, cette élection avait l'air gagnée d'avance pour la gauche. Tout jouait en sa faveur: la situation sociale dégradée, le bilan médiocre du gouvernement, les divisions au sein de la droite. Comment celle-ci a-t-elle pu vaincre quand même, après douze ans de présidence Chirac? Comment Nicolas Sarkozy a-t-il pu l'emporter malgré sa nervosité et la radicalité de son discours? Comment, alors qu'il était encore ministre en mars, n'a-t-il pas été jugé responsable de l'état dans lequel se trouve la France aujourd'hui? Toutes ces questions, et bien d'autres, vont être posées très vite au sein du Parti socialiste, qui ne devrait pas échapper à une période de turbulences et de règlement de comptes. Pour le vainqueur, l'avenir s'annonce plus radieux mais très chargé (...) Durant cette campagne, il a promis beaucoup. Les Français, désormais, attendent des résultats. Nicolas Sarkozy sait que, par-dessus tout, c'est pour les obtenir qu'il a été élu. »

Le Temps (Suisse), 7 mai 2007.

Jean-Marc Salvet, « Le pari Sarkozy »

«...La victoire de Nicolas Sarkozy est convaincante. Elle lui donne les coudées franches pour engager les réformes promises pendant la passionnante bagarre présidentielle qui l'a opposé à Ségolène Royal - réformes dont la France a impérativement besoin. Mais le nouveau président français ne pourra engager les changements que s'il ouvre sincèrement le gouvernement qu'il formera à des personnalités du centre et de la gauche. Pourquoi ? Parce que Nicolas Sarkozy est son pire ennemi. Il devra se méfier de lui-même s'il entend réduire, et non pas radicaliser, les fractures françaises. Il devra veiller à ce que son goût immodéré pour l'action rapide ne le conduise pas à braquer tous ses adversaires, ce qui l'empêcherait d'honorer le contrat qu'une majorité de Français viennent de signer avec lui. On ne suscite que des blocages en fonçant tête baissée. (...) M. Sarkozy n'est pas le néo-libéral parfois dépeint dans certains milieux. En le diabolisant, la gauche a surtout réussi à mobiliser l'électorat de droite. N'empêche que pour réussir au cours des prochaines années, le nouveau président devra s'inspirer de Mme Royal - qui a consolidé avec brio son leadership au Parti socialiste. Il devra apprendre que l'écoute et le dialogue ne sont pas des tares. »

Le Soleil (Québec, Canada), 7 mai 2007, p. 18.

Éditorial

«...For most voters, the compelling issues were domestic, especially the challenge of invigorating an economy weighed down by decades of slow growth, high unemployment and suburban decay. Mr. Sarkozy's call for tax cuts, smaller government, longer working hours and tougher labor policies won out over his Socialist rival's contention that she could administer the needed economic jolts while preserving the security and comfort of the social status quo. Mr. Sarkozy's ability to carry out those changes will depend on how well his right-wing allies fare in next month's parliamentary election and his ability to rally a wider political coalition for what will be painful and dislocating changes. Mr. Sarkozy will especially have to overcome the distrust of young urban immigrants, whom he has demeaned with insulting stereotypes and frightened with simplistic law-and-order prescriptions. If Mr. Sarkozy means what he now says about being « president of all the French, » he needs to recognize that there are many equally legitimate ways of being French. And that the problems of poverty and unemployment require much broader solutions than simple law and order. »

New York Times (États-Unis), 8 mai 2007.

Gouvernance et gouvernement [ 6 mai 2007 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

France
ÉlevéJacques ChiracDominique de Villepin

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2002 - 2016



avril
2002
[Résultats] Élection présidentielle

mai
2002
Réélection de Jacques Chirac à la présidence de la République française

juin
2002
Tenue d'élections législatives en France

juin
2002
[Résultats] Élections législatives

août
2003
Canicule meurtrière en France

mai
2005
Tenue d'un référendum en France sur le projet de Constitution européenne

octobre
2005
Éclosion de violence dans les banlieues parisiennes

février
2007
Dépôt d'un important rapport du GIEC sur les changements climatiques

avril
2007
[Résultats] Élection présidentielle

mai
2007
Élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République française

juin
2007
[Résultats] Élections législatives

mai
2011
Arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New York

avril
2012
[Résultats] Élection présidentielle

mai
2012
Élection de François Hollande à la présidence de la République française

juin
2012
Élection d'une majorité de gauche aux législatives en France

juin
2012
[Résultats] Élections législatives

mai
2014
Début des élections législatives au Parlement européen

janvier
2015
Manifestations d'envergure en France à la suite d'attentats terroristes

novembre
2015
Attentats terroristes en France

décembre
2015
Fin de la Conférence de Paris sur le changement climatique


Dans l'actualité


mars
2019
Perquisition de l'opposition en France : Jean-Luc Mélenchon dénonce furieusement un abus de pouvoir

février
2019
Un climat politique orageux en France

octobre
2018
Donner du sang, oui, mais pas pour toute la France...

septembre
2018
Le président français devant le Congrès américain : séduction ou critique ?

janvier
2018
Le populisme sous la loupe du Forum mondial de la démocratie de Strasbourg

octobre
2017
Des élections désastreuses pour le Parti socialiste en France

juillet
2017
Nostalgie ou changement sans dérangement

février
2017
Présidentielle française: entre espoir et dépit

février
2017
Des États-Unis à la France, Donald Trump ne laisse personne indifférent

février
2017
Benoît Hamon : une victoire inattendue aux primaires de la gauche


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016