18 août 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

27 octobre 2005

Éclosion de violence dans les banlieues parisiennes

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Émeutes des banlieues

La mort par électrocution de deux adolescents de Clichy-sous-Bois qui fuyaient des policiers est à l'origine d'une flambée de violences dans les banlieues parisiennes qui aura des répercussions dans plusieurs villes françaises. La dégradation de la situation entraînera l'instauration de l'état d'urgence dans le pays.

Poursuivis par des policiers, les deux adolescents, Zyed Benna, d'origine tunisienne, et Bouna Traoré, d'origine malienne, se réfugient dans un transformateur électrique, une décision qui s'avérera funeste. La situation dégénère rapidement à Clichy-sous-Bois, une ville située à une quinzaine de kilomètres de Paris. La colère s'exprime avec éclat : des bâtiments publics, ainsi que des voitures, sont incendiés. Des altercations avec les forces de l'ordre se multiplient également. Au cours de certaines d'entre elles, des coups de fusils sont même tirés. Attisées par le tir d'une grenade à gaz lacrymogène près d'une mosquée de Clichy-sous-Bois, ainsi que par l'attitude du ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, les tensions s'expriment aussi dans d'autres banlieues de la capitale et plusieurs villes du pays. Le gouvernement tente de rétablir l'ordre en décrétant l'état d'urgence. Le président Jacques Chirac s'adresse à ses compatriotes le 14 novembre, déclarant que : «Ce qui est en jeu c'est le respect de la loi mais aussi la réussite de notre politique d'intégration.» Cette question de l'intégration est d'ailleurs au coeur des nombreux débats suscités par ces débordements dont on cherche à cerner les causes profondes et les remèdes possibles. Tout en rappelant l'importance de rétablir le droit, l'échec de certaines approches et politiques en matière d'immigration est souligné à maintes reprises. La crise, qui s'apaisera vers le 17 novembre, profitera à court terme au ministre Sarkozy, futur candidat à la présidentielle de 2007, qui verra la popularité de son action confirmée par les sondages.

Pour en savoir plus: Discours du président de la République sur les émeutes dans les banlieues

Dans les médias...


Ludovic Blecher, Olivier Bertrand, Thomas Calinon, Jacky Durand, Thomas Lebegue, Renaud Lecadre, « Une colère qui court au-delà de Clichy »

«...Ce diagnostic d'une crise profonde, dont le fait divers de Clichy-sous-Bois aurait été seulement le déclencheur, est partagé par Hugues Lagrange, membre de l'Observatoire sociologique du changement de Mantes-la-Jolie : « Quel que soit le résultat de l'enquête sur les deux jeunes électrocutés, la dynamique des affrontements révèle le lourd contentieux avec la police. » Pour lui, la déshérence économique explique « que la rumeur puisse prendre en si peu de temps et se déplacer de ville en ville. Le traitement du chômage est en panne, les missions locales ne savent plus ce qu'elles doivent faire, les jeunes au pied des tours ne savent plus à qui s'adresser...» André Decroix, président de l'association Europe-Afrique, implantée dans le quartier des Pyramides à Evry (Essonne), estime lui aussi que ces violences « sont des signaux d'alarme sur le climat général dans les banlieues, qui est antérieur à ce qui s'est passé à Clichy-sous-Bois ».

Libération (France), 3 novembre 2005, p. 6-8.

Joëlle Meskens, « Chirac monte au front des banlieues »

«...Les grands maux justifiaient les grands remèdes. Car si la situation s'est relativement apaisée à Clichy-sous-Bois, les incidents s'étendent désormais à d'autres banlieues. Dans la nuit de mardi à mercredi, la police a compté quelque deux cents voitures brûlées en Seine-Saint-Denis, non loin de Clichy-sous-Bois, mais aussi dans le Val d'Oise et dans les Yvelines. Et si l'on ne parle plus d'« émeutes », on fait état de scènes de « harcèlement » difficiles à contenir. Comment ramener le calme ? Les seuls renforts policiers ne font pas l'unanimité. La méthode Sarkozy est désormais ouvertement contestée, y compris au sein même de la majorité. Que la gauche dise pis que pendre de la politique du ministre de l'Intérieur, quoi d'étonnant ? Le sarkozysme, ça ne marche pas, résume Dominique Strauss-Kahn. Mais qu'au sein même du gouvernement des voix osent s'élever pour mettre en cause le « premier flic de France » voilà qui est politiquement beaucoup plus explosif. »

Le Soir (Belgique), 3 novembre 2005.

Dominique Vidal, « Casser l'apartheid à la française »

«...Jamais les événements de Clichy-sous-Bois n'auraient eu de telles répercussions si les quartiers dits sensibles ne s'étaient trouvés au carrefour de trois crises exacerbées : une crise sociale, une crise postcoloniale et une crise de représentation politique. Lesquelles appellent désormais des solutions globales, rompant avec la logique néolibérale mise en oeuvre par la droite après l'avoir été par une bonne partie de la gauche... Voilà sans doute pourquoi la classe politique, ralliée dans son immense majorité au slogan gouvernemental « Ordre et justice », s'est montrée beaucoup plus prolixe sur le premier terme que sur le second. Cette tendance à faire l'impasse sur la question, pourtant décisive, de l'issue pourra-t-elle perdurer, une fois le calme - provisoirement - revenu ? L'avenir des banlieues mérite en tout cas réflexion, débat et action. »

Le Monde diplomatique (France), décembre 2005, p. 20.

S.A., « Les limites d'une politique »

«...Derrière le ton volontariste de M. Sarkozy apparaissent les limites de la politique engagée depuis mai 2002. Le ministre de l'intérieur croit dans l'existence d'une nette séparation entre « eux » et « nous ». Eux, ce sont les délinquants, les voyous, la racaille; par « nous », il faut comprendre les citoyens honnêtes. Bourreaux contre victimes, mauvaise graine contre braves gens : vision sans nuance, passant sous silence le fait que les trafics font vivre des familles entières, que les chaînes de responsabilité sont souvent longues, qu'on peut passer d'un état à l'autre, voire même connaître les deux en même temps. Dans l'esprit de M. Sarkozy, il suffirait de concentrer les efforts sur la répression des seconds pour que les premiers retrouvent la paix. Ainsi se profilent les conditions d'un affrontement entre les policiers - auxquels on tient un discours quasi militaire de reconquête de territoires - et les « jeunes », dont beaucoup se réunissent par solidarité de quartier. Est-ce un hasard ? »

Le Monde (France), 1e novembre 2005, p. 14.

Éditorial

«...As shocking as the riots that have swept through the depressed outskirts of Paris and other French cities over the past two weeks has been the flailing response of President Jacques Chirac and his ministers. They appear to have no idea what to do and to whom to talk. Their floundering illustrates the deeper problems that underlie the current unrest : a failed approach to absorbing immigrants into society, an out-of-touch political elite and ministers more interested in a presidential election that's still nearly two years away than in coming up with answers for today's literally burning problems. (...) This wave of criminal violence is likely to reinforce prejudices against France's five millions to six millions Muslims. It has already brought out shameful name-calling demagogy from Interior Minister Nicolas Sarkozy, a leading presidential candidate. This is a particular shame because he's been one of the few French politicians willing to acknowledge that the republic's centuries-old ideal of integration, which ignores the ethnic and religious communities' existence and special problems, hasn't worked for years. »

The New York Times (États-Unis), 8 novembre 2005.

Gouvernance et gouvernement [ 27 octobre 2005 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

France
ÉlevéJacques ChiracDominique de Villepin

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2000 - 2016



avril
2002
[Résultats] Élection présidentielle

mai
2002
Réélection de Jacques Chirac à la présidence de la République française

juin
2002
Tenue d'élections législatives en France

juin
2002
[Résultats] Élections législatives

août
2003
Canicule meurtrière en France

mai
2005
Tenue d'un référendum en France sur le projet de Constitution européenne

octobre
2005
Éclosion de violence dans les banlieues parisiennes

février
2007
Dépôt d'un important rapport du GIEC sur les changements climatiques

avril
2007
[Résultats] Élection présidentielle

mai
2007
Élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République française

juin
2007
[Résultats] Élections législatives

mai
2011
Arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New York

avril
2012
[Résultats] Élection présidentielle

mai
2012
Élection de François Hollande à la présidence de la République française

juin
2012
Élection d'une majorité de gauche aux législatives en France

juin
2012
[Résultats] Élections législatives

mai
2014
Début des élections législatives au Parlement européen

janvier
2015
Manifestations d'envergure en France à la suite d'attentats terroristes

novembre
2015
Attentats terroristes en France

décembre
2015
Fin de la Conférence de Paris sur le changement climatique


Dans l'actualité


mars
2019
Perquisition de l'opposition en France : Jean-Luc Mélenchon dénonce furieusement un abus de pouvoir

février
2019
Un climat politique orageux en France

octobre
2018
Donner du sang, oui, mais pas pour toute la France...

septembre
2018
Le président français devant le Congrès américain : séduction ou critique ?

janvier
2018
Le populisme sous la loupe du Forum mondial de la démocratie de Strasbourg

octobre
2017
Des élections désastreuses pour le Parti socialiste en France

juillet
2017
Nostalgie ou changement sans dérangement

février
2017
Présidentielle française: entre espoir et dépit

février
2017
Des États-Unis à la France, Donald Trump ne laisse personne indifférent

février
2017
Benoît Hamon : une victoire inattendue aux primaires de la gauche


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019