22 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

1 mars 2004

Ouverture du « procès du siècle » (affaire Dutroux) en Belgique

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Marc Dutroux

Au terme d'un procès qui secoue la Belgique et fait le tour du monde, le pédophile Marc Dutroux est condamné à perpétuité pour l'enlèvement, la séquestration, le viol et le meurtre d'enfants et d'adolescentes. L'affaire Dutroux provoque une médiatisation de la pédocriminalité et une remise en question du système judiciaire et policier belge.

Le procès du pédophile Marc Dutroux s'ouvre dans la ville francophone d'Arlon, située à 185 kilomètres au sud-est de Bruxelles. Près d'une centaine de journalistes assistent aux audiences. L'affaire a pour point de départ l'arrestation de Marc Dutroux à l'été 1996 dans un contexte où les services de police, les médias et l'opinion publique sont à la recherche d'enfants disparus : Sabine Dardenne, depuis mai, et Laëtitia Delhez, depuis quelques jours. Avec les aveux de Dutroux, le 15 août 1996, tout un réseau de malfaiteurs est découvert. Lors du procès, après sept années d'enquête, Sabine Dardenne, alors âgée de vingt ans, dira : « Je veux regarder Dutroux dans les yeux [...] Lui montrer que je ne suis pas devenue folle, malgré ce qu'il m'a fait subir ». Julie Lejeune, Mélissa Russo, An Marchal et Eefje Lambrecks sont les victimes les plus connues de l'agresseur. Au terme du procès, qui a lieu en 2004, l'accusé est reconnu coupable et condamné à perpétuité. Sont également condamnés à des peines rigoureuses sa femme et des complices. L'affaire Dutroux a eu des conséquences bien avant son dénouement judiciaire. En octobre 1996, une manifestation, appelée la «Marche blanche», rassemble plus de 300 000 personnes dans les rues de Bruxelles afin de dénoncer les lacunes des services policiers et sociaux dans leur lutte contre la pédophilie et la pédocriminalité. On réclame des peines plus rigoureuses et un suivi plus efficace des cas soumis aux autorités. En 1998, on crée le Centre européen pour enfants disparus et sexuellement exploités, Child Focus. La reine de Belgique, Paola, assume la présidence d'honneur de l'organisation depuis 2002.

Dans les médias...


Alain Franco, Yves Cornu, « Procès Dutroux : le rendez-vous manqué »

«...Il aura fallu une force intérieure certaine aux six femmes et aux six hommes qui forment le jury pour ingurgiter trois mois durant pareille dose quotidienne d'abjection. Et faire face à celui qui l'incarne, derrière la vitre blindée de son box ; tour à tour procédurier et absent jusqu'à s'endormir sur sa chaise, toujours soucieux de se dédouaner et enclin à pleurer sur son propre sort. Décrit par son fils comme « un malade », rejeté par le reste de sa famille, qualifié de psychopathe et de pervers narcissique par les experts, Marc Dutroux encourt la prison à vie pour avoir enlevé, séquestré et violé six jeunes filles, avoir tué deux d'entre elles (...), laissé mourir deux autres (...) et assassiné un complice (...). Un mélange de force brute, d'imperméabilité apparente à toute considération morale et de perversité qui le poussera à convaincre ses deux dernières victimes qu'il ne cherche qu'à les soustraire à la colère d'un « méchant chef ». Non sans succès : les policiers venus délivrer Sabine et Laetitia, à l'époque âgées de 12 et 14 ans, auront la surprise de les voir embrasser ce tortionnaire en qui elles avaient fini par voir un protecteur...»

Le Point (France), 17 juin 2004, p. 48.

Propos de Joël Kotek, dans l'article de Pascale Nivelle, « Quand tout sera terminé, le pays aura la gueule de bois »

«...Avant Dutroux, il y avait l'idée d'une Belgique enchantée bien qu'en crise. Cette affaire a signé la fin de l'innocence. Les réactions massives, la « marche blanche » et la commission parlementaire qui a suivi ont révélé le dysfonctionnement profond de l'Etat et entraîné un formidable sursaut, avec en toile de fond une angoisse nationale sur le délitement, la fin de la Belgique ! Dutroux a cristallisé ces peurs et a permis de les exprimer. Il a tué des francophones, Julie et Mélissa, et des Flamandes, An et Eefje. Le pays, toujours divisé entre les deux communautés, s'est retrouvé uni dans la douleur, et toutes ces années-là, les divisions historiques se sont atténuées. En même temps, bien que choqué de donner à l'extérieur l'image de la pédophilie, le pays s'est piqué de révéler au monde cette criminalité plus ou moins occultée. Une véritable mission vertueuse ! Après Dutroux, beaucoup d'affaires de pédophilie sont sorties, il y a eu des statistiques et des procès. C'est un progrès, même s'il y a pu y avoir des dérapages par la suite, comme à Outreau. Cet espoir d'une reprise en main de la politique par les citoyens s'est fracassé. Rien n'a véritablement changé dans le pays. Mais l'affaire Dutroux a joué ce rôle fédérateur. »

Libération (France), 18 juin 2004, p. 2.

Pierre Mertens, « Belgique, mère blafarde ? »

«...Les derniers rebondissements du procès Dutroux qui, à ce stade, est un peu devenu l'affaire Nihoul, se sont in fine, enlisés dans un marais de procédure sophistiquée. On pouvait s'y attendre : il serait plus aisé de juger un grand pervers, un grand psychopathe, qu'un personnage glauque (Nihoul) mais que des preuves incertaines n'accablaient que relativement. Même si les présomptions conservent toute leur valeur probatoire, comment ne pas être tiraillé par le bénéfice du doute, et sacrifier le principe sacro-saint de la présomption d'innocence ? (...) Au moment même où j'écris ces lignes, les douze valeureux jurés d'Arlon - douze, comme les apôtres - en sont encore, les magistrats professionnels s'étant, une première fois, au côté des « amateurs », prononcés sur la non-culpabilité du coauteur Nihoul, à se déterminer sur son éventuelle « complicité ». Et puis non : la nouvelle vient de tomber. Il passe par le chas de l'aiguille. La Justice est un art et non une science exacte. A titre personnel, je persiste à penser que le doute doit profiter à l'accusé. Et que le jury d'assises - comme les magistrats - ont bien travaillé. (...) Demain, on discutera des peines. Mais la messe est dite. En un moment où il est si bien porté de médire du pouvoir judiciaire - comme, en d'autres circonstances, du politique - on ne sera pas tombé dans tous les pièges du poujadisme. C'est une mince mais sérieuse consolation. Il faudra du temps pour décanter cette terrible histoire. Mais la démocratie n'en est pas sortie - au surplus - mutilée. »

Le Soir (Belgique), 21 juin 2004.

Gouvernance et gouvernement [ 1 mars 2004 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Belgique
ÉlevéAlbert IIGuy Verhofstadt

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1999 - 2016



juin
1999
[Résultats] Élections législatives

mai
2003
[Résultats] Élections législatives

mars
2004
Ouverture du « procès du siècle » (affaire Dutroux) en Belgique

juin
2007
[Résultats] Élections législatives

juin
2010
[Résultats] Élections législatives

décembre
2011
Fin d'une crise politique sans précédent en Belgique

mai
2014
[Résultats] Élections législatives

mars
2016
Attentats terroristes à Bruxelles


Dans l'actualité


novembre
2018
La Belgique : dissidences à l'intérieur du gouvernement

mars
2018
Belgique : le fléau de la pollution

novembre
2016
La réticence de la Belgique face au CETA ne passe pas inaperçue

février
2014
Élections belges : le Parti socialiste en difficulté

septembre
2013
Abdication du roi Albert II: moment historique pour les Belges

février
2011
La jeunesse belge se mobilise elle aussi par Facebook

octobre
2009
Jacques Rogge réélu sans opposition à la tête du CIO

septembre
2009
L'Europe aux urnes, les électeurs évitent le rendez-vous

mars
2009
L'UE se prépare au prochain sommet du G20

septembre
2008
Crise politique en Belgique : Le roi Albert II refuse la démission de Leterme


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019