20 mai 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

26 novembre 2000

Élection de Jean-Bertrand Aristide à la présidence de Haïti

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Jean-Bertrand Aristide

Du 11 janvier 1999 au 26 novembre 2000, une impasse législative précède une victoire électorale importante pour la formation Famille Lavalas et son candidat à la présidence : Jean-Bertrand Aristide.

En février 1996, René Préval succède au président Jean-Bertrand Aristide, en poste depuis 1994. Il s'agit de la première transition démocratique entre deux gouvernements civils haïtiens. À l'été 1997, les parlementaires et Préval ne peuvent s'entendre sur un successeur au premier ministre démissionnaire Rosny Smarth, critiqué pour son programme d'austérité. Lorsque le mandat des deux tiers des parlementaires expire, en janvier 1999, aucune élection n'est organisée car le poste de premier ministre est demeuré vacant. Un projet de loi étendant le mandat des députés est rejeté par Préval qui gouverne par décrets et nomme Jacques-Édouard Alexis premier ministre. Mais l'exécutif ne peut gouverner seul, car les prêts internationaux (86% de l'économie), doivent être ratifiés par le Parlement. Reportées à plusieurs reprises, les élections législatives et municipales ont finalement lieu le 21 mai 2000. Le parti Famille Lavalas (FL), dont Préval est membre, remporte une victoire décisive, avec 72 des 82 sièges à la Chambre des députés. Des tensions persistent. Depuis mars, une dizaine de personnes ont péri à la suite d'actes de violence reliés aux élections. Et quatre jours avant le vote, une bombe éclate devant les bureaux du Conseil électoral provisoire. Alors que le Conseil électoral dénonce des irrégularités majeures, Préval avalise les résultats du vote. Le président du Conseil électoral, Léon Manus, fuit le pays le 16 juin après avoir refusé d'approuver le décompte final. Le 26 novembre 2000, Jean-Bertrand Aristide remporte la présidentielle avec 92% des voix. Mais une majorité des partis d'opposition boycotte le vote, critiquant la partialité du Conseil électoral.

Dans les médias...


Véronique Kiesel, « Héros d'hier, Aristide a brouillé son image »

«...Aristide n'est pas Mandela : il n'a pas cette capacité rare de transformer en énergie positive le mal qui lui a été fait, ni celle de faire passer l'intérêt de son pays avant le sien. Pendant les cinq années de mandat de René Préval, la famille Lavalas, le parti d'Aristide, avait la possibilité de faire avancer l'ambitieux programme de réformes qu'elle avait présenté. Or ces cinq années ont été marquées par l'immobilisme complet : paralysie politique, suspension de l'aide étrangère faute d'un gouvernement compétent. Seule la pauvreté a continué à croître..... Et Aristide ? Même s'il garde une certaine popularité dans la population haïtienne, l'heure est au désenchantement. Défroqué puis marié avec une Américano-Haïtienne, il inspire désormais la crainte. (...) Revanche d'un homme à qui la majeure partie de son mandat précédent avait été volé ? Aristide version 2000 semble en tout cas animé par un goût du pouvoir à tout prix : les élections législatives de mai, gagnées par son parti, ont été entachées de fraude, au point que la communauté internationale a refusé de superviser et de financer celles qui se sont tenues dimanche, tandis que l'opposition refusait d'y participer. »

Le Soir (Belgique), 28 novembre 2000.

Jean-Michel Caroit, « Les Haïtiens ont boudé l'élection présidentielle »

«...Un peu partout, les opérations de vote ont été marquées par une grande désorganisation et de multiples irrégularités. Aucun observateur, haïtien ou étranger, n'était visible. Seuls les délégués du parti Lavalas orientaient les électeurs et supervisaient les opérations. Un reporter de Radio Ibo, une station de la capitale, a interviewé un enfant de treize ans qui a pu voter sans encombre. Alors que le porte-parole du conseil électoral annonçait dans l'après-midi « une participation massive », les journalistes haïtiens n'hésitaient pas à le démentir sur les ondes en décrivant des bureaux déserts. Peu après avoir voté, le premier ministre, Jacques-Edouard Alexis, reconnaissait que la participation était timide dans la capitale, non sans ajouter qu'elle était « massive » en province. Là encore, les reportages des correspondants des radios s'inscrivaient en faux contre cette affirmation. »

Le Monde (France), 28 novembre 2000, p. 3.

Éditorial

«...It is a measure of Haiti's weakness that the (US) administration envoys promised Mr. Aristide nothing in exchange for commitments - only the possibility that the Bush administration, Congress and other nations might take notice and give him and his country another chance. Many in Washington will no doubt be loath to do that - they see Mr. Aristide as a populist demagogue well on his way to creating a one-party state. But Mr. Aristide, who has dominated Haitian politics while in and out of office for a decade, remains the country's only genuinely popular leader and perhaps the only one who, if he chose to, could implement the economic and political reforms the country desperately needs. The failure of his government would likely result in another massive wave of refugees setting out for Florida - like the one that prompted the Clinton administration to intervene in Haiti in the first place. Whether Mr. Aristide will carry out his pledges to Mr. Clinton is certainly questionable. But the Bush administration should encourage him to do so - and be prepared to respond positively if he does. »

The Washington Post (États-Unis), 29 novembre 2000.

Gouvernance et gouvernement [ 26 novembre 2000 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Haïti
FaibleRené Garcia PrévalJacques-Édouard Alexis

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1995 - 2005



novembre
2000
Élection de Jean-Bertrand Aristide à la présidence de Haïti

février
2004
Démission du président haïtien Jean-Bertrand Aristide


Dans l'actualité


octobre
2018
L'immigration haïtienne au Québec : une histoire d'amour vacillante?

octobre
2016
Échec de l'aide humanitaire : le cas haïtien

avril
2015
La présidence de Michel Martelly : les Haïtiens désenchantés

octobre
2014
Trois ans de présidence Martelly : l'omniprésence du séisme

septembre
2014
Mandat d'arrestation contre Aristide : la continuité d'un parcours controversé

janvier
2014
La dérive de l'immigration haïtienne

décembre
2013
Haïti : manifestations importantes pour demander la démission du président Martelly

octobre
2012
Haiti : polémique sur une Constitution modifiée

février
2012
Haïti : Michel Martelly à la recherche de partenaires

septembre
2011
Michel Martelly : « Sweet Mickey » et l'avenir incertain d'Haïti


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016