19 août 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

26 mai 1996

Tenue d'élections législatives en Albanie

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Les élections législatives en Albanie sont remportées par le Parti démocratique albanais (PDA) du président Sali Berisha qui rafle une majorité de 122 sièges sur les 140 du Parlement. Cependant, le premier tour est marqué par de graves irrégularités qui entraînent le boycott des six principaux partis d'opposition.

Pays le plus pauvre d'Europe, l'Albanie a vécu durement la chute du régime communiste au début des années 1990. Elle laisse l'État avec de lourdes difficultés liées à la faiblesse de l'économie. L'Albanie connaît deux élections législatives en 1991 et 1992. Elles sont remportées par le PDA de Sali Berisha avec plus de 65 % des voix. En 1996, peu avant la tenue de nouvelles élections, Berisha est accusé de corruption et d'autoritarisme par les partis d'opposition. Le 26 mai 1996, jour du scrutin, de lourdes irrégularités sont signalées par les partis d'opposition, notamment le Parti socialiste albanais (PSA) (ex-Parti communiste) de l'ex-premier ministre Fatos Nano qui arrive au deuxième rang avec 20% des votes. Ces irrégularités, confirmées par des observateurs étrangers, incitent les formations d'opposition à se retirer du processus électoral. Cette décision laisse la voie libre au PDA du président Belisha qui est réélu, encore une fois, avec la grande majorité des sièges et près des deux tiers du vote populaire. Les opposants au PDA demanderont l'annulation du scrutin à la commission électorale et l'organisation de nouvelles élections transparentes, ce qui leur sera refusé. Le Conseil de l'Europe dénoncera à son tour le vote et menacera l'Albanie de suspendre toute coopération avec elle. Afin de répondre à ces demandes, de nouvelles élections seront effectuées le 16 juin suivant dans 17 districts. Toutefois, l'opposition n'y prendra pas part. Le cabinet de l'ex-premier ministre Alexandre Meksi, qui est reporté dans ses fonctions, sera presque monopolisé par des membres du PDA.

Dans les médias...


Marc Semo, « Berisha, rempart contre les rouges »

«...le président Sali Berisha a sillonné le pays comme un simple candidat, la voix enrouée de marteler le même message, fier de son bilan et d'avoir, pour l'essentiel, respecté son engagement de « ramener l'Albanie vers l'Europe ». L'orateur charismatique des manifestations de 1991 qui renversèrent la plus féroce dictature communiste de l'Est se veut, aujourd'hui comme alors, investi d'une mission. « Pour nous, le marxisme n'a pas été une abstraction mais la pire des tragédies de notre histoire », rappelle le leader du Parti démocratique qui, à l'instar de Boris Elstine, brandit la menace d'un retour des ex-communistes pour faire accepter aux capitales européennes les dérives autoritaires de son pouvoir. Le scrutin de dimanche représentait pour lui un quitte ou double après sa défaite de novembre 1994, lors du référendum sur un projet de Constitution largement présidentialiste. Sali Berisha est convaincu d'être le meilleur garant de la démocratie et d'incarner la renaissance nationale. Même parmi ses adversaires, nul ne met en doute la sincérité de ses convictions, ni son honnêteté personnelle alors que le parti au pouvoir est éclaboussé par de nombreuses affaires de corruption. Mais son autoritarisme préoccupe jusqu'à ses plus fervents soutiens. »

Libération (France), 28 mai 1996, p. 9.

Jean-François Bouthors, « Dans le grand bazar albanais »

«...Il est vrai que l'homme qui mène personnellement la campagne électorale du Parti démocratique (Berisha), ne fait pas dans la dentelle. La police bloque parfois les routes pour empêcher les socialistes de tenir ses meetings, quand elle n'intervient pas de manière musclée. Les circonscriptions ont été retaillées sur mesure. La télévision albanaise est à son service. De nombreux candidats de l'opposition se sont trouvés invalidés par la commission électorale au titre de deux lois épuratrices. L'une, sur le « génocide », empêche les hauts responsables politiques de la période communiste de se présenter. (...) Mais le régime de Berisha s'expose à un retour de bâton. Le cas de Fatos Nano, premier ministre du gouvernement de transition, est exemplaire. Condamné pour détournement de fonds dans un procès contestable, il fait figure aujourd'hui de martyr. La route de la démocratie a des ornières en Albanie, comme le souligne sévèrement un rapport de l'organisation humanitaire American Rights Watch. L'écrivain Betim Muço voit là les traces de la mentalité communiste, vivace aussi bien à droite qu'à gauche. Le cardiologue Berisha ne fut-il pas quinze ans secrétaire du parti à l'université ? Il faudra sans doute davantage de temps pour effacer cette mentalité qu'il n'en faut aux façades des immeubles socialistes pour se décrépir. »

La Croix (France), 24 mai 1996, p. 3.

Gouvernance et gouvernement [ 26 mai 1996 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Albanie
LimitéSali BerishaAleksander Meksi

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1986 - 2006



novembre
1990
Vote sur la démocratisation du régime en Albanie

mars
1992
Tenue d'élections législatives en Albanie

mai
1996
Tenue d'élections législatives en Albanie

juillet
1997
Démission du président albanais Sali Berisha

juin
2001
[Résultats] Élections législatives

juillet
2005
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


mars
2018
Criminalité en Albanie : l'hégémonie de la mafia en déclin

octobre
2017
Exil de masse de la population albanaise vers l'Europe

février
2014
L'après-Berisha: la fin d'un règne politique controversé

novembre
2013
L'Albanie : peut-être un pas vers l'Union européenne

septembre
2011
Albanie : des élections locales paralysent le pays


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019