26 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

20 octobre 1999

Élection d'Abdurrahman Wahid à la présidence de l'Indonésie

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Abdurrahman Wahid

L'élection à la présidence d'Abdurrahman Wahid par un collège électoral de 700 membres marque une nouvelle étape dans le processus de démocratisation de la vie politique en Indonésie.

Bien que réélu sans opposition en mars 1998, le président Suharto, qui règne en maître sur l'Indonésie depuis 1967, fait l'objet d'une contestation croissante. L'état de l'économie et la crise financière asiatique fouettent ses détracteurs, notamment dans les milieux étudiants. Suharto démissionne finalement le 21 mai après avoir occupé la présidence pendant plus de 30 ans. Pressé d'agir, son successeur Jusuf Habibie propose des réformes démocratiques : multipartisme (en respectant les principes de l'État), tenue d'élections en 1999 et limitation des mandats présidentiels à deux. Les législatives du 7 juin 1999, les premières démocratiques depuis 1955, sont remportées par le Parti indonésien en lutte (PDI) que dirige Megawati Sukarnoputri, la fille de l'ex-président Sukarno. Le climat est paisible et le taux de participation s'élève à 96%. Mais le contexte demeure explosif. La crise économique sévit, un scandale financier mine la crédibilité de Habibie et des tensions religieuses et ethniques divisent le pays qui est également menacé par des mouvements sécessionnistes. Le 30 août, les citoyens du Timor-Oriental rejettent d'ailleurs le plan d'autonomie des Indonésiens et réclament l'indépendance. Leurs opposants et l'armée indonésienne se livrent alors à une sévère répression. Le 20 octobre, un collège électoral surprend en élisant Abdurrahman Wahid à la présidence devant Sukarnoputri. Les partisans de cette dernière manifestent violemment leur colère, incitant le nouveau chef d'État à faire d'elle sa vice-présidente. Le gouvernement s'engagera à reconnaître l'indépendance du Timor-Oriental, ainsi qu'à enquêter sur les abus des militaires et de l'ex-président Suharto. L'Indonésie restera néanmoins minée par une instabilité persistante.

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Françoise Cayrac-Blanchard, « Un nouveau départ »

«...Le dossiers sont lourds : économie au point mort, vie politique à réformer, chômage, pauvreté, corruption, rébellions indépendantistes - notamment à Atjeh - , affrontements ethniques et sociaux prêts à flamber ici et là. Consacrant la fin de plus de trente ans de régime Suharto et l'ouverture d'une nouvelle phase où le rôle de l'armée sera sans doute amoindri, l'élection du quatrième président indonésien ne s'est pas faite sans mal. Megawati partait favorite, car son mouvement, le Parti démocrate indonésien de combat (PDI-P), chef de file de la résistance à Suharto, était arrivé premier en juin 1999 avec 34% des voix, et elle-même, malgré ses silences politiques souvent déconcertants, est extrêmement populaire. Elle a échoué près du but pour n'avoir pas su négocier à temps des alliances avec d'autres formations alors qu'elle avait suscité l'opposition des partis musulmans. »

Le Nouvel Afrique-Asie (France), décembre 1999, p. 49.

Marie-Pierre Verot, « Indonésie : les défis du nouveau président indonésien »

«...C'est un pays mis à genoux par la crise économique, boudé des investisseurs pour sa corruption galopante, endetté pour plusieurs générations, en proie à des violences qui menacent son unité, doté d'une armée clouée au pilori pour ses exactions massives au Timor-Oriental et en froid avec un grand voisin, l'Australie, que s'apprête à diriger le premier président indonésien démocratiquement élu hier : Abdurrahman Wahid, 59 ans, un musulman modéré à la santé chancelante. (...) Les défis que le nouveau président aura à relever sont énormes, mais le départ du président Habibie lève l'hypothèque la plus lourde et devrait ramener la confiance des marchés et des bailleurs de fonds. Le Fonds monétaire international, la Banque mondiale, les pays donateurs ne faisaient plus confiance à son administration corrompue et avaient suspendu leurs versements. Une aide vitale pour un pays qui ne peut boucler seul ses fins de mois et qui devrait reprendre si la rue reste tranquille. »

La Croix (France), 21 octobre 1999, p. 4.

Stéphane Dupont, « Indonésie : l'élection du président Wahid ne lève pas l'hypothèque politique »

«...L'arrivée d'Abdurrhaman Wahid à la magistrature suprême ne devrait pas mettre un terme à la crise politique que traverse l'Indonésie depuis plus d'un an et demi. Bien au contraire. Surtout si le général Wiranto, l'actuel ministre de la Défense, est élu aujourd'hui vice-président, comme l'a suggéré hier le porte-parole de l'armée, le général Sudrajat. Une longue période de tractations politiques s'ouvre pour la formation du futur gouvernement. Et « Gus Dur » devra ménager, durant ses cinq années de mandat, les nombreuses composantes de la coalition hétéroclite qui l'a porté au pouvoir. Un vrai travail d'équilibriste, qui l'empêchera, sans doute, de prendre des décisions trop tranchées. Ce qui n'est pas pour lui déplaire. Le leader musulman « est le roi du compromis », note un diplomate en poste à Jakarta. « Il prendra un malin plaisir à trouver coûte que coûte des solutions consensuelles ». Il ne faut donc pas trop compter sur lui pour trancher dans le vif et prendre les mesures impopulaires nécessaires à la relance de l'économie indonésienne, toujours convalescente. »

Les Échos (France), 21 octobre 1999, p. 8.

Éditorial

«...It's true that Ms. Megawati, daughter of Indonesia's post-independence leader, Sukarno, is the favorite of many of the urban poor. It's true also that this experiment in democracy was only partly democratic; most of the 700 electors who voted yesterday were chosen by the people, but a large minority was appointed by the military brass and other elites - and those appointed electors seem to have sided with Mr. Wahid. And Mr. Wahid's supporters will not have endeared themselves to human rights supporters with their campaign suggestion that Indonesia was not ready for a woman leader. But Ms. Megawati's loss results more from her own failings than from the system's. Although her party scored best in national elections in June, she failed to form the necessary political coalitions. Her passivity and lack of clear positions not only hurt her chances but also raised legitimate doubts about what kind of president she would be. This is how democratic politics is supposed to work. »

The Washington Post (États-Unis), 21 octobre 1999.

Gouvernance et gouvernement [ 20 octobre 1999 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Indonésie
FaibleAbdurrahman WahidInformation non-pertinente

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1989 - 2009



mai
1998
Démission du président indonésien Suharto

juin
1999
[Résultats] Élections législatives

octobre
1999
Élection d'Abdurrahman Wahid à la présidence de l'Indonésie

avril
2004
[Résultats] Élections législatives

juillet
2004
[Résultats] Élection présidentielle

décembre
2007
Ouverture de la Conférence de Bali sur les changements climatiques

avril
2009
[Résultats] Élections législatives

juillet
2009
[Résultats] Élection présidentielle


Dans l'actualité


février
2019
Indonésie : élections présidentielle et législatives d'une démocratie fragile

janvier
2019
Rassemblement international à Bali pour sauver les océans

septembre
2018
La justice indonésienne progresse dans sa lutte à la corruption

avril
2018
Le coût du séparatisme en Indonésie

janvier
2017
Les Indonésiens dans la rue pour la condamnation d'Ahok

octobre
2016
Remaniement ministériel en Indonésie : l'économie au coeur du changement

novembre
2014
Déforestation en Indonésie : un pilier économique, mais un désastre écologique

octobre
2014
Une élection indonésienne marquante

février
2014
Élection présidentielle à saveur populiste en Indonésie

mars
2013
L'Indonésie : un essor économique impressionnant


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016