17 novembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

17 septembre 2007

Début des manifestations de moines bouddhistes au Myanmar (Birmanie)

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Moines bouddhistes

Les moines bouddhistes du Myanmar descendent dans les rues pour manifester pacifiquement. Ils exigent des excuses du gouvernement pour la brutale répression commise à leur endroit et réclament un meilleur contrôle de l'inflation galopante qui mine l'économie du pays.

À la mi-août 2007, le gouvernement du Myanmar prit la décision d'augmenter fortement le prix des carburants, ce qui provoqua une hausse importante du prix des biens de consommation. Quelques jours plus tard, des manifestations pacifiques s'organisèrent au sein de l'opposition démocratique afin de dénoncer cette baisse soudaine du niveau de vie. Bien que peu nombreux, les manifestants réussirent à mettre la junte militaire sur le qui-vive. Les autorités procédèrent à des arrestations et infiltrèrent la foule pour identifier les militants et les organisateurs. Hésitante à joindre le mouvement, la population l'appuya par des applaudissements. Quelques moines bouddhistes se joignirent aux manifestants. Le 5 septembre, les militaires procèdent à une démonstration de force contre eux à Pakokku. Elle incite les moines à défier ouvertement la junte. Ceux-ci séquestrent quelques soldats et somment le gouvernement de s'excuser avant le 17 septembre pour les avoir brutalisés. Les moines exigent également un meilleur contrôle sur l'inflation. En réaction au silence du gouvernement, ils défilent dans les rues de l'ancienne capitale, Rangoon, et dans d'autres villes du pays. Les manifestations s'amplifient : près de 10 000 moines envahissent les rues de Rangoon et exhortent la population à se joindre à eux. Celle-ci répond à l'appel et les manifestants s'élèvent à environ 100 000. Ces démonstrations, qui sont vues à travers le monde, poussent les dirigeants à réagir. Le 25 septembre, un couvre-feu interdit tout rassemblement de plus de 5 personnes. Puis, une sévère répression s'abattra sur les contestataires, attirant sur le régime du général Than Shwe la réprobation de l'opinion mondiale.

Dans les médias...


Dominique Bari, « La dictature menace, les manifestants défilent »

«...Les militaires, qui gouvernent la Birmanie depuis quarante-cinq ans, ont désormais en face d'eux les bonzes, profondément respectés dans le pays, l'opposition politique qui, quoique affaiblie, possède un atout symbolique fort en la personne d'Aung San Sun Kyi et la légitimité de sa victoire aux élections législatives de 1990, et la population frappée de plein fouet par la hausse des prix. Comment vont-ils réagir ? L'opacité du régime, conduit par des juntes successives à coups de putschs, n'est pas de nature à donner des éléments de réponse immédiate. Les luttes de clans au sein de la hiérarchie sont régulièrement pointées par les analystes. (...) Ces affrontements internes peuvent-ils déterminer l'issue du bras de fer qui se joue dans le pays : la marge de manoeuvre de la dictature est de plus en plus étroite compte tenu des pressions qui se font jour de la part même de ses meilleurs alliés, dont Pékin. Une amorce de dialogue mettrait à plus ou moins long terme fin à la mainmise de l'armée sur le pouvoir et sur le pactole qu'il représente. Quant à l'option du bain de sang, comme ce fut le cas il y a dix-neuf ans, elle signifierait une fuite en avant de la junte qui lui ferait perdre ses ultimes soutiens internationaux. »

L'Humanité (France), 26 septembre 2007, p. 14.

Arnaud Dubus, « La junte birmane tergiverse face aux manifestations »

«...Cette fois, les manifestations ont pris de l'ampleur beaucoup plus rapidement qu'en 1988, et l'autorité du régime est clairement en jeu. Mais le contrôle total que les généraux exercent leur permet encore de temporiser. Il y a près de vingt ans, les militaires avaient mis plusieurs mois avant d'agir face aux centaines de milliers de manifestants à Rangoun. En début de soirée, le 18 septembre 1988, des automitrailleuses avaient pris position dans différents quartiers de la capitale. Tous les groupes de manifestants n'obéissant pas aux ordres de dispersion avaient été abattus. « Les militaires réagiront quand ils sentiront vraiment que leur pouvoir est menacé, comme en 1988 (...) », indique l'analyste Win Min. Toutefois, le contexte international est très différent. Les alliés de la junte se font rares : la Chine, l'Inde et, plus récemment, la Russie et la Corée du Nord. Pourtant, même Pékin commence à s'impatienter devant l'attitude bornée des généraux birmans. (...) Selon un diplomate, les pressions de la Chine - qui ne souhaite pas être mise indirectement en difficulté par la question birmane avant la tenue des Jeux olympiques - ont été un élément clé dans l'attitude prudente de la junte. »

Libération (France), 25 septembre 2007, p. 6.

Mario Roy, « La révolte des moines »

«...La réalité, c'est que personne ne veut bouger, mis à part les Américains, qui maintiennent depuis longtemps des sanctions contre Rangoun, et les Européens - encore que ni les uns ni les autres ne soient très nets dans leurs relations avec le régime birman. La Russie et la Chine, toujours elles, ont bloqué l'élan du Conseil de sécurité, disant estimer qu'il s'agissait d'un problème intérieur. Quant au levier économique potentiel, il est largement détenu par les pays voisins, la Thaïlande, l'Inde, la Chine, avec qui la Birmanie entretient des échanges combinés de 5,6 milliards - le double, probablement, si on tient compte de l'économie parallèle. Toute solution sera donc d'abord régionale. Mais il ne faut pas se faire d'illusions. Il est fatal que la junte militaire s'écrase un jour ou l'autre. Il est cependant douteux que ça se fasse sans effusion de sang et, même alors, il faudra voir comment un pays littéralement en miettes pourra rebâtir un cadre politique ainsi qu'un appareil économique et social fonctionnels. Ça ne sera pas aussi facile que de changer de nom. »

La Presse (Québec, Canada), 28 septembre 2007, p. A20.

Éditorial

«...The new movement, led by Buddhist monks, has slowly mushroomed from a protest against price increases and police brutality into a full-fledged democratic uprising, thanks to the unresponsiveness of the regime and the astonishing courage of the monks. But Burma is not the Philippines or Indonesia, and yesterday's events were a cause for fear as well as joy among its long-suffering democratic opposition. The hope that a country of 52 million could imitate the « people power » revolutions of its neighbors is tempered by the awareness that the first instinct of the ruling junta will be to repeat the bloodbath with which it crushed the 1988 uprising - massacres in which an estimated 3 000 Burmese died. Whether that happens may depend in large measure on what the generals hear from the outside world in the next day or two. So far, the messages have been mixed. »

The Washington Post (États-Unis), 25 septembre 2007.

Gouvernance et gouvernement [ 17 septembre 2007 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Myanmar
FaibleThan ShweThein Sein

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1997 - 2016



septembre
2007
Début des manifestations de moines bouddhistes au Myanmar (Birmanie)

mai
2008
Cyclone au Myanmar (Birmanie)

novembre
2010
Libération d'Aung San Suu Kyi au Myanmar (Birmanie)

avril
2012
Élection d'Aung San Suu Kyi à l'Assemblée du peuple au Myanmar (Birmanie)

novembre
2015
Élection au Myanmar (Birmanie) de la Ligue nationale pour la démocratie


Dans l'actualité


janvier
2019
Myanmar : des premiers pas timides, mais prometteurs pour le président Win Myint

novembre
2018
Rohingyas : une aide extérieure suffisante?

février
2018
Rohingyas : fuir pour survivre

octobre
2016
Fin d'une longue dictature militaire au Myanmar

novembre
2014
Un exil forcé pour les Rohingyas

février
2014
Démocratie et développement vont de pair au pays d'Aung San Suu Kyi

septembre
2013
Une visite rare : Shinzo Abe de passage en Birmanie

janvier
2012
Un moment birman historique

novembre
2011
Un retour politique pour Aung San Suu Kyi ?

septembre
2010
Un partenariat asymétrique complexe : rencontre sino-birmane à Beijing


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019