18 septembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

mai 2006

Rébellion simultanée dans les prisons de Sao Paulo, au Brésil

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Sao Paulo

La moitié des 140 pénitenciers de l'État de Sao Paulo, au Brésil, sont secoués par une rébellion simultanée planifiée par le Premier commando de la capitale (PCC), une organisation criminelle qui sème également la terreur dans les rues de Sao Paulo. Les émeutes entraîneront la mort de centaines de personnes.

Encore peu connu en mai 2006, le PCC compte 140 000 membres dans les prisons du Brésil et plus de 500 000 dans le pays. En retour d'une cotisation, cette organisation, qui regroupe un vaste réseau d'informateurs, défend ses membres par tous les moyens et apporte un soutien financier à leurs familles. Selon un rapport fédéral, le PCC serait responsable de 20% des crimes commis au Brésil. En août 2005, il procéda à un spectaculaire vol de banque de $60 millions à Fortalez. Puis, le 11 mai 2006, il obtient une notoriété nationale. La direction des prisons, informée que le PCC veut déclencher une grève générale dans les prisons pour réclamer des télévisions en prévision de la Coupe du monde de football, en juin, transfère 500 prisonniers dans des institutions à sécurité maximale. En réaction, le PCC déclenche une rébellion générale dans les pénitenciers alors que ses membres sèment la terreur dans Sao Paulo. En cinq jours, ils tuent des dizaines de représentants de l'ordre et quelques civils, en plus de se livrer à des attaques armées sur des banques et des casernes de police. Des prisonniers sont aussi tués et la police militaire lance une offensive de représailles visant à abattre au moins deux membres du PCC pour chaque policier tué. Des commandos descendent dans les bars et bidonvilles de la ville et tuent 122 personnes suspectes, dont 28 n'ont pas de dossier judiciaire. Malgré cela, le PCC a exposé la faiblesse du gouvernement. La rébellion prend fin le 16 mai avec une entente prévoyant l'installation de téléviseurs dans les prisons pour la Coupe du monde. Si la rébellion révèle la puissance du PCC, elle démontre aussi le caractère inhumain des prisons brésiliennes, un terreau fertile pour les organisations criminelles.

Dans les médias...


Rui Araujo, Dominique Audibert, « Terreur sur Sao Paulo »

«...le président Lula lâche un commentaire bien court, qui tombe comme une pierre dans le jardin de l'opposition, au pouvoir à São Paulo. La violence au Brésil, dit-il en substance, est liée au déficit de programmes sociaux. Certes... Au même moment, le gouverneur de São Paulo, Claudio Lembo, pratique la méthode Coué. Il affirme que la situation est « sous contrôle », refusant même les renforts fédéraux de 4 000 hommes d'élite de la Force nationale de sécurité. Lundi soir, enfin, la situation semble maîtrisée. Mais la plus grande rébellion de l'histoire du système pénitentiaire brésilien se solde par un lourd bilan : 133 morts, selon les chiffres officiels, dont 39 policiers et 18 détenus. Le Brésil n'en est pas à sa première flambée de violence dans les prisons. Avec 350 000 détenus, une population carcérale qui croît de 10 % par an, et un taux de récidive effrayant (de 58 à 80 % selon les estimations), le système est en permanence au bord de l'implosion. Les prisons sont de véritables écoles du crime. (...) Mais, cette fois, il ne s'agit pas d'une simple mutinerie. C'est une véritable bataille rangée, où les groupes mafieux qui font la loi en milieu carcéral ont défié les autorités pour montrer leur pouvoir. »

Le Point (France), 18 mai 2006, p. 56.

Lamia Oualalou, « Scènes de guerre civile à Sao Paulo »

«...Le désarroi des Brésiliens est tel qu'à cinq mois du premier tour de l'élection présidentielle, aucun politique n'ose franchement en faire un argument électoral. Du côté du président Luiz Inacio Lula da Silva, qui se présentera sans doute à sa propre succession le 1er octobre, on souligne que ce déferlement de violence a lieu dans un Etat dirigé jusqu'à la fin mars par Geraldo Alckmin, principal adversaire de Lula à la prochaine présidentielle. Pendant cinq ans à la tête de l'Etat de Sao Paulo, il a mis en place une politique carcérale fondée sur la répression, le nombre de personnes derrière les barreaux ayant dépassé les 125 000 durant son mandat (deux fois plus qu'en France, pour une population de 40 millions d'habitants). Les prisons, qu'il a fait construire au bord de l'autoroute « pour que tout le monde puisse les voir », précise son entourage, sont en proie à une violence croissante. »

Le Figaro (France), 16 mai 2006, p. 2.

Chantal Reyes, « L'offensive à Sao Paulo pour devenir numéro 1 du crime »

«...Au-delà de la riposte au transfert de ses leaders dans une prison de haute sécurité, cette vague de terreur s'inscrit aussi dans une lutte de pouvoir entre le crime organisé et l'Etat. C'est en 1993 que le PCC a été créée par des braqueurs de banque sous les verrous, à Sao Paulo. A l'époque, l'objectif déclaré de l'organisation est de revendiquer l'amélioration des conditions de détention dans un pays où les prisons sont surpeuplées. Mais ce discours n'a jamais trompé personne, à commencer par les détenus eux-mêmes. Ce que veut vraiment le PCC, c'est - entre autres - dominer les prisons de l'Etat de Sao Paulo, le plus peuplé du pays. Et il y est parvenu: la plupart d'entre elles sont désormais sous son contrôle, comme l'a montré la mutinerie géante déclenchée ce week-end, qui s'est propagée à plus de la moitié des pénitenciers paulistes. C'est d'ailleurs à coups de mutineries que le PCC a « pris » le système carcéral. A chaque fois, la revendication est la même: le transfert de certains de ses prisonniers vers d'autres pénitenciers, afin d'y fonder le « parti », ainsi que l'appellent ses membres. Les autres détenus sont bien obligés de lui emboîter le pas. »

Le Temps (Suisse), 16 mai 2006.

Gouvernance et gouvernement [ 0 mai 2006 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Brésil
IntermédiaireLuíz Inácio Lula da Silva

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2001 - 2016



janvier
2001
Ouverture du premier Forum social mondial à Porto Alegre

octobre
2002
Élection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

octobre
2002
[Résultats] Élection présidentielle

octobre
2002
[Résultats] Élections législatives

mai
2006
Rébellion simultanée dans les prisons de Sao Paulo, au Brésil

octobre
2006
Réélection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

octobre
2006
[Résultats] Élection présidentielle

octobre
2006
[Résultats] Élections législatives

octobre
2010
Élection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

octobre
2010
[Résultats] Élection présidentielle

octobre
2010
[Résultats] Élections législatives

juin
2013
Manifestations d'envergure au Brésil

octobre
2014
Réélection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

octobre
2014
[Résultats] Élection présidentielle

octobre
2014
[Résultats] Élections législatives

août
2016
Ouverture des Jeux olympiques de Rio de Janeiro


Dans l'actualité


novembre
2018
Le Brésil paralysé par une grève des routiers

octobre
2018
Élection présidentielle au Brésil : un conservateur et misogyne au pouvoir

avril
2018
Inculpation de Luiz Inacio Lula da Silva : la déchéance d'un héros brésilien

septembre
2017
Mobilisation citoyenne au Brésil : la tête de Temer en jeu

avril
2017
Petrobras : toxique pour l'État brésilien?

novembre
2016
La situation amazonienne: un éternel débat entre environnement et économie

octobre
2016
Le Brésil au bord de la crise

septembre
2016
Des jeux Olympiques inoubliables et une facture salée

février
2016
JO Rio2016 : des Jeux olympiques à rabais

novembre
2014
Élections au Brésil : Dilma Rousseff réélue, mais il lui reste à faire ses preuves


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019