30 mai 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   


Sommaire historique


En politique intérieure

La popularité du président Juan Peron (1946-1955), un populiste qui a profité de l'appui de la classe ouvrière, est à la baisse au cours des années 50. Son renversement par les militaires, en 1955, est suivi par une période d'instabilité marquée par de nombreux coups d'État. La contestation, alimentée par une situation économique difficile, favorise le retour au pouvoir de Peron en 1973. Les militaires reprennent les guides du pays en 1976. Ils gouvernent de façon autoritaire avant que la crise des Malouines n'entraîne le retour des civils au pouvoir, en 1983. Malgré l'adoption de mesures d'austérité, l'Argentine reste tenaillée par une économie fragile qui mine le climat social et politique. C'est notamment le cas au début du XXIe siècle alors que plusieurs présidents, aux prises avec une détérioration inquiétante de l'économie, se succèdent dans un intervalle très court. La situation se stabilise à partir de 2002. L'Argentine réussit même à retrouver sa crédibilité sur la scène internationale sous Nestor Kirchner (2003-2007), à qui succède son épouse Cristina, première femme à accéder à la présidence du pays.


En politique extérieure

L'Argentine joint les rangs de l'Organisation des États américains (OEA) à sa création, en 1948. Sous Juan Domingo Peron, au pouvoir de 1946 à 1955, des accords économiques sont conclus avec différents pays alors que des différends se développent avec les États-Unis. En 1982, la dictature militaire cherche à redorer son image, ternie par une difficile situation domestique, en envahissant les îles Malouines (Falkland), un contentieux de longue date avec l'occupant britannique. Lors du conflit qui suit, l'Argentine reçoit l'appui de pays d'Amérique du Sud, mais pas celui des États-Unis qui soutiennent la Grande-Bretagne. La défaite des Argentins pave la voie à la fin du règne des militaires. Au cours des années 90, une alliance économique, le Mercosur, est formée avec le Brésil, le Paraguay et l'Uruguay. Elle démontre une volonté de rapprochement de l'Argentine avec les autres pays d'Amérique du Sud, une tendance qui se poursuit au début du XXIe siècle. Les problèmes économiques qui tenaillent le pays au cours des années 90 ont toutefois un retentissement à travers le monde et nécessitent une aide importante des grandes institutions financières.


Des conflits et des morts


1955-1955 [ Argentine ] Violence civile. Rébellion des forces armées contre le gouvernement de Peron > 3,000 morts liés directement au conflit (selon les estimations).
1976-1980 [ Argentine ] Répression de dissidents par l'armée et des forces para-militaires: assasinats, kidnappings, certaines sources avancent 30 000 disparus. Terme anglais: disappearances. > 20,000 morts liés directement au conflit (selon les estimations).
1982-1982 [ Argentine Royaume-Uni ] Guerre des Malouines/Falkland > 1,000 morts liés directement au conflit (selon les estimations).

Pour en savoir plus sur la méthodologie, consulter la section «Conflits».





Argentine


Chronologie depuis 1945


Les événements sélectionnés se rapportent à la situation intérieure ou aux enjeux internationaux qui ont eu un impact direct sur la gouvernance du pays.

21 février 1945
Ouverture d'une conférence panaméricaine à Chapultepec, au Mexique

Une importante conférence panaméricaine qui se déroule au Mexique réunit 21 pays des Amériques. Elle se démarque par l'accent placé sur le respect des droits de l'Homme comme principe devant être au coeur des relations internationales ainsi que par l'engagement des pays latino-américains de coopérer dans la protection de l'hémisphère des Amériques.
17 octobre 1945
Manifestation d'envergure en Argentine pour Juan Peron

Les «descamisados», des ouvriers sans chemise de Buenos Aires, descendent par centaines de milliers dans les rues pour protester contre le renvoi du secrétaire d'État au Travail et vice-président de l'Argentine, Juan Peron. Cette démonstration donne naissance à un nouveau courant politique, le péronisme.
24 février 1946
Élection de Juan Domingo Peron à la présidence de l'Argentine

L'ex-vice-président de l'Argentine, le colonel Juan Domingo Peron, remporte l'élection à la présidence qui l'oppose au docteur Jose Tamborini de l'Union démocratique. Il récolte 1 474 447 votes contre 1 207 359 pour Tamborini.
24 février 1946
[Résultats] Élection présidentielle
2 septembre 1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Le traité de Rio, aussi connu sous le nom de Traité interaméricain d'assistance réciproque (TIAR), est signé à Rio de Janeiro en présence de 103 délégués représentant 19 pays des deux Amériques.
30 mars 1948
Création de l'Organisation des États américains

Lors de la neuvième conférence pan-américaine qui se déroule à Bogota, en Colombie, 21 pays participent à la mise sur pied l'Organisation des États américains (OEA). Sa mission consiste à maintenir la sécurité sur le continent en préconisant des règlements pacifiques lors des conflits impliquant les pays membres.
11 novembre 1951
Réélection de Juan Domingo Perón à la présidence de l'Argentine

Pendant le mandat qui prend fin en 1951, le président Juan Perón tente de développer l'industrie de l'Argentine et d'appliquer des politiques sociales. Malgré des problèmes économiques et des critiques sur sa gouvernance, il remporte facilement l’élection présidentielle du 11 novembre 1951 en obtenant 62,5 % des votes.
11 novembre 1951
[Résultats] Élection présidentielle
26 juillet 1952
Décès d'Eva Peron en Argentine

Eva Peron, figure mythique du régime dirigé par son mari, le président argentin Juan Domingo Peron, décède à 33 ans des suites d'un cancer. La population, particulièrement celle des classes défavorisées, exprimera son admiration pour la disparue lors de nombreuses manifestations publiques.
19 septembre 1955
Démission du président argentin Juan Domingo Peron

Après avoir survécu à un coup d'État raté quelques mois auparavant, le président argentin Juan Domingo Peron s'incline devant les pressions de l'armée et de la marine et remet sa démission. Il sera remplacé provisoirement par le major général Eduardo Lonardi.
23 février 1958
Élection d'Arturo Frondizi à la présidence de l'Argentine

Au pouvoir depuis le renversement du président Juan Perón en 1955, la junte militaire s’efforce de faire oublier le mythe péroniste. Ce dernier est toujours en exil lorsque Arturo Frondizi remporte l’élection présidentielle du 23 février 1958, grâce notamment au soutien des partisans de Perón.
23 février 1958
[Résultats] Élection présidentielle
27 avril 1958
Début de la visite du vice-président américain Richard Nixon en Amérique latine

Le vice-président des États-Unis, Richard Nixon, entreprend une tournée de bonne volonté de 18 jours en Amérique latine. Ce voyage tourne cependant au fiasco alors que Nixon est confronté à des manifestations hostiles qui dégénèrent parfois en émeute.
30 décembre 1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

Dès sa création, en décembre 1959, la Banque interaméricaine de développement (BID) joue un rôle central dans le développement économique et la mise en place de programmes d'éducation et de santé en Amérique latine.
18 février 1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

Sept pays d'Amérique latine signent le traité de Montevideo dans le but de créer une zone de libéralisation des échanges commerciaux. Ce document servira de base à l'établissement de plusieurs zones de libre-échange à travers l'Amérique latine.
7 juillet 1963
[Résultats] Élection présidentielle
29 mai 1969
Déclenchement d'une grève majeure à Cordoba, en Argentine

Cordoba, la deuxième plus grande ville d'Argentine, est secouée en mai 1969 par un important mouvement de protestation ouvrière qui mène à un affrontement avec les forces de l'ordre. Ce soulèvement aboutira au renversement du président, le général Juan Carlos Ongania, et ouvrira la porte à une période d'instabilité.
0 janvier 1970
Création du mouvement Montoneros en Argentine

Fondé par des éléments de gauche du parti péroniste, le mouvement argentin Montoneros a pour but de forcer le retour au pouvoir de Juan Peron. Émergeant comme le plus important mouvement de guérilla de l'Amérique latine, il fera plusieurs coups d'éclat avant d'être démantelé au milieu des années 1970.
12 mars 1973
Retour à la démocratie en Argentine et élection à la présidence de Hector J. Campora

Le retour à la démocratie en Argentine permet la tenue d'élections libres qui donnent la majorité des sièges au Front justicialiste de libération (Fréjuli) et portent Hector J. Campora à la présidence du pays. L'instabilité persistante entraînera cependant le départ de ce dernier et le retour à la tête de l'État de l'ex-président Juan Peron.
20 juin 1973
Fusillade lors du retour de Juan Peron en Argentine

Le retour à Buenos Aires de l'ex-président Juan Peron est salué par un rassemblement d'envergure. Il donne lieu à une fusillade entre factions péronistes (le massacre d'Ezeiza) qui fera plusieurs morts et blessés, en plus d'influencer le rapport de force qui existera au sein du gouvernement argentin.
11 juillet 1975
Démission du ministre argentin José Lopez Rega

Le ministre péroniste des Affaires sociales, José Lopez Rega, joue un rôle important dans la «sale guerre» qui se déroule en Argentine entre 1973 et 1975. Il est le cofondateur de la Triple A (Alliance anti-communiste Argentine), un escadron de la mort qui exercera une sévère répression sur les éléments gauchistes.
28 novembre 1975
Déclenchement de l'opération Condor

L'opération Condor est une opération clandestine transnationale. Organisée par les régimes militaires d'Amérique du Sud, avec le support tacite des États-Unis, elle vise à l'élimination de personnes jugées «subversives». Des centaines d'entre elles, spécialement ciblées, seront torturées, assassinées ou portées disparues.
24 mars 1976
Renversement de la présidente Isabel Peron en Argentine

Après plusieurs mois d'incertitude, une junte militaire renverse la présidente de l'Argentine, Maria Estela Martinez « Isabel » de Peron. Le 29 mars, le général Jorge Rafael Videla deviendra officiellement son successeur.
30 avril 1977
Première marche des mères de la Plaza de Mayo en Argentine

Une association de mères dont les enfants ont disparu sous la dictature en Argentine, voit le jour le 30 avril 1977. Cette organisation de protestation émerge comme la principale force de résistance au gouvernement qui devra rendre des comptes sur les quelque 30 000 disparus de la «sale guerre», entre 1976 et 1983.
12 août 1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

Les pays membres de l'Association de libre-échange de l'Amérique latine (ALALC) se réunissent à Montevideo, en Uruguay, pour conclure un nouvel accord visant à accentuer l'intégration économique entre les pays de l'Amérique latine. Il débouchera sur la création de différentes zones d'échanges régionales, dont le Mercosur.
2 avril 1982
Invasion des îles Malouines/Falkland par l'Argentine

L'Argentine décide de prendre possession par la force des îles Malouines (Falkland pour le gouvernement britannique), un archipel situé dans l'océan Atlantique qu'occupe le Royaume-Uni depuis 1832. L'intervention entraînera un conflit armé entre les deux pays.
30 octobre 1983
Premières élections libres après la dictature militaire en Argentine

Raul Alfonsin, du parti de l'Union radicale civile (URC), est élu président de l'Argentine avec 52 % des voix. Son parti obtient également la majorité des sièges au Congrès lors d'élections qui annoncent le retour de la démocratie dans un pays dirigé par un régime militaire depuis près de huit ans.
30 octobre 1983
[Résultats] Élection présidentielle
30 octobre 1983
[Résultats] Élections législatives
3 novembre 1985
[Résultats] Élections législatives
6 septembre 1987
[Résultats] Élections législatives
14 mai 1989
Élection de Carlos Menem à la présidence de l'Argentine

La fin de la présidence de Raul Alfonsin est caractérisée par une situation économique difficile. Lors de la première passation des pouvoirs pacifiques à la présidence depuis la fin de la dictature militaire, le péroniste Carlos Menem remporte l’élection du 14 mai 1989 avec 47,5 % des voix et 312 grands électeurs.
14 mai 1989
[Résultats] Élection présidentielle
26 mars 1991
Signature du traité menant à la création du Mercosur

Le 26 mars 1991, les présidents du Brésil, de l'Argentine, de l'Uruguay et du Paraguay signent le traité d'Asunción, créant du même coup le Marché commun du Cône Sud (Mercosur).
27 octobre 1991
[Résultats] Élections législatives
17 mars 1992
Attentat contre l'ambassade d'Israël en Argentine

En 1992 et 1994, la communauté juive de Buenos Aires est frappée par deux attentats à la bombe qui font respectivement 29 et 84 morts. Dans les deux cas, la justice argentine fait preuve d'incompétence en s'avérant incapable, en dépit de longues enquêtes, d'inculper les responsables des attentats.
3 octobre 1993
[Résultats] Élections législatives
22 août 1994
Révision de la Constitution argentine

Désirant se présenter pour un second mandat, le président argentin Carlos Menem négocie des changements constitutionnels avec l'opposition. L'amendement apporté en août 1994 permet, entre autres, de modifier la durée des mandats du chef de l’État et de remplacer le collège électoral par un vote direct de la population.
14 mai 1995
Réélection de Carlos Menem à la présidence de l'Argentine

En raison des amendements apportés à la Constitution de l'Argentine en 1994, le président Carlos Menem peut se présenter pour un second mandat. Profitant d’une économie favorable et de la popularité du ministre des Finances, Dominique Cavallo, il se fait réélire le 14 mai 1995 grâce à l'appui de 50 % des votants.
14 mai 1995
[Résultats] Élection présidentielle
14 mai 1995
[Résultats] Élections législatives
26 octobre 1997
[Résultats] Élections législatives
24 octobre 1999
Élection de Fernando de la Rua à la présidence de l'Argentine

Le second mandat du président Carlos Menem est marqué par une hausse du taux de chômage et la perte de popularité du Parti justicialiste. Conformément à la Constitution, Menem n’est plus sur les rangs lors de l’élection présidentielle du 24 octobre 1999 que remporte le radical Fernando de la Rua avec 48,4 % des voix.
24 octobre 1999
[Résultats] Élection présidentielle
7 juin 2001
Arrestation de l'ex-président argentin Carlos Menem

L'ex-président argentin Carlos Menem est arrêté afin de répondre d'une accusation de détournement et d'exportation illégale d'armes en direction de la Croatie et de l'Équateur. Ce geste constitue une violation d'embargos imposés par l'Organisation des Nations unies (ONU).
14 octobre 2001
[Résultats] Élections législatives
20 décembre 2001
Démission du président argentin Fernando de la Rua

Un vent de contestation nourri par une situation économique désastreuse entraîne la démission du gouvernement argentin et celle du président Fernando de la Rua. Son successeur, Ramon Puerta, ne restera en poste que quelques jours.
27 avril 2003
Élection de Nestor Kirchner à la présidence de l'Argentine

Les problèmes économiques de l’Argentine perdurent pendant le mandat entrepris par Fernando de la Rua en 1999. Deux autres présidents lui succèdent avant que le scrutin présidentiel du 27 avril 2003 ne se joue entre deux péronistes, Carlos Menem et Nestor Kirchner. Ce dernier l’emporte après l'abandon de Menem au second tour.
27 avril 2003
[Résultats] Élection présidentielle
23 octobre 2005
[Résultats] Élections législatives
28 octobre 2007
Élection de Cristina Kirchner à la présidence de l'Argentine

Le mandat de Nestor Kirchner à la présidence de l'Argentine est marqué par la mise en place de politiques visant à sortir le pays de la crise économique de 2001. Même si celui-ci est critiqué pour l'augmentation de l'inflation, sa femme Cristina profite du bilan de son mari pour lui succéder à la tête du pays lors de l’élection du 28 octobre 2007.
28 octobre 2007
[Résultats] Élection présidentielle
28 octobre 2007
[Résultats] Élections législatives
23 octobre 2011
[Résultats] Élection présidentielle
25 octobre 2015
[Résultats] Élection présidentielle
9 août 2018
Rejet de la décriminalisation de l’avortement par un vote du Sénat argentin

À l’été 2018, les parlementaires argentins sont appelés à se prononcer sur un projet de loi décriminalisant l’avortement jusqu’à la quatorzième semaine de la grossesse. Les membres de la Chambre des députés votent en faveur de justesse le 14 juin, mais les sénateurs le repoussent le 9 août par 38 votes contre 31.
27 octobre 2019
Élection d’Alberto Fernandez à la présidence de l’Argentine

Dans un contexte de contestation en Amérique du Sud, les électeurs argentins décident de ne pas renouveler leur confiance au président Mauricio Macri. Celui-ci n’obtient que 40,4 % des votes contre 48,1 % pour Alberto Fernandez de la coalition Front commun (FC), un candidat dont la vice-présidente sera l’ex-présidente Cristina Kirchner.
27 octobre 2019
[Résultats] Élection présidentielle
27 octobre 2019
[Résultats] Élections législatives

 


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019