5 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   


Sommaire historique


En politique intérieure

L'impatience des mouvements nationalistes algériens face à la France mène à un conflit armé qui débute en 1954. Après plusieurs rebondissements, et de longues négociations entre les représentants du Gouvernement provisoire de la République algérienne et ceux du gouvernement français, l'indépendance de l'Algérie est proclamée en 1962. Elle est suivie par le départ de centaines de milliers de Français. Le premier président, Ahmed Ben Bella (1963-1965), et son successeur, Houari Boumediene (1965-1978), tiennent les rênes d'un régime socialiste à parti unique (FLN). Des nationalisations sont effectuées et les hydrocarbures deviennent des piliers de l'économie. Une nouvelle Constitution, adoptée en 1989, permet le retour du multipartisme. Le succès électoral du Front islamique du salut (décembre 1991), favorable à un État islamique, entraîne cependant une suspension du processus démocratique. Un bras de fer sanglant oppose le gouvernement et des éléments radicaux qui recourent au terrorisme avant que la stabilité ne soit rétablie. Un programme de réconciliation nationale à plusieurs volets - économique, sociale, etc. - , prévoyant l'aministie pour des prisonniers politiques, est mis de l'avant par le président Abdelaziz Bouteflika, qui règne sur le pays à partir de 1999. sera mis de l'avant par le président Abdelaziz Bouteflika. Élu pour la première fois en 1999


En politique extérieure

La lutte des Algériens pour leur indépendance est un événement précurseur de la décolonisation qui bouleversera le continent africain au cours des années 1960. Après la proclamation de 1962, le pays joue un rôle important sur le continent africain tout en adoptant une politique de neutralité sur la scène internationale. Le virage socialiste effectué sous Houari Boumediene entraîne un rapprochement avec les pays communistes. Sur le plan économique, l'Algérie conserve néanmoins de bonnes relations avec l'Occident. À la fin du XXe siècle, elle compte l'Union européenne et les États-Unis parmi ses principaux partenaires commerciaux. Des liens étroits sont également rétablis avec la France.


Des conflits et des morts


1946-1947 [ Algérie ] Rébellion et répression (Sétif) > 6,000 morts liés directement au conflit (selon les estimations).
1954-1962 [ Algérie ] Indépendance > 100,000 morts liés directement au conflit (selon les estimations).
1962-1963 [ Algérie ] Violences civiles > 2,000 morts liés directement au conflit (selon les estimations).
1963-1964 [ Algérie Maroc ] Guerre entre des États (Algérie et Maroc) (conflit frontalier) > 1,000 morts liés directement au conflit (selon les estimations).
1991-2004 [ Algérie ] Guerre civiles (militants islamistes) > 60,000 morts liés directement au conflit (selon les estimations).

Pour en savoir plus sur la méthodologie, consulter la section «Conflits».





Algérie


Chronologie depuis 1962


Les événements sélectionnés se rapportent à la situation intérieure ou aux enjeux internationaux qui ont eu un impact direct sur la gouvernance du pays.

5 juillet 1962
Répression contre les harkis et les Européens en Algérie

Lorsque l'indépendance de l'Algérie est proclamée, en juillet 1962, plusieurs Européens et harkis quittent le pays pour se rendre en France. D'autres, restés au pays, seront victimes d'une sévère répression.
26 mai 1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

Des représentants de 31 pays africains, dont de nombreux chefs de gouvernement et d'État, sont réunis à Addis-Abeda, en Éthiopie, afin de procéder à la création de l'Organisation de l'unité africaine (OUA).
0 octobre 1963
Déclenchement de la guerre des sables entre le Maroc et l'Algérie

Le Maroc exprime la volonté de récupérer des territoires qu'il possédait dans le Sud et l'Ouest de l'Algérie avant la colonisation française. Ce différend est à l'origine de la guerre des sables, un conflit de quelques semaines qui se solde grâce à la médiation de l'Organisation pour l'unité africaine (OUA) et de la Ligue arabe.
19 juin 1965
Renversement du président Ahmed Ben Bella en Algérie

Des tensions persistantes au sein du gouvernement algérien éclatent en juin 1965. Le président Ahmed Ben Bella est renversé par un coup d'État orchestré par les militaires et remplacé par le ministre de la Défense, Houari Boumediene.
29 août 1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

Des représentants de pays arabes, dont huit chefs d'État, sont réunis à Khartoum, au Soudan, afin d'établir une ligne à suivre quelques mois après la victoire israélienne dans la guerre des Six jours.
1 janvier 1971
Implantation d'une réforme agraire en Algérie

Le gouvernement algérien procède à une large réforme agraire basée sur la redistribution des terres de l'État aux paysans sans terres. Il met sur pied un système de coopératives ainsi que des villages regroupant les paysans autour d'un mode de production socialiste.
5 septembre 1973
Tenue d'une conférence des pays non-alignés à Alger

Le président algérien Houari Boumédiène est l'hôte du 4e Sommet de la conférence des pays non-alignés à Alger. On y retrouve 57 chefs d'État, comme le leader cubain Fidel Castro et le président libyen Mouammar Khadafi, ainsi que des personnalités marquantes du mouvement tiers-mondiste comme le chef de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Yasser Arafat.
16 octobre 1973
Début du premier «choc pétrolier»

Le 17 octobre 1973, l'Organisation des pays arabes exportateurs de pétrole (OPAEP) annonce qu'elle réduira de 5% par mois son débit de pétrole, tant que les États-Unis ne changeront pas leur politique au Moyen-Orient. La veille, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) annonçait une hausse de 17% du prix du brut et une augmentation de 70% des taxes aux compagnies pétrolières.
10 avril 1975
Visite en Algérie du président français Valéry Giscard d’Estaing

Un an après son entrée en fonction, Valéry Giscard d’Estaing devient le premier président français à effectuer une visite officielle en Algérie depuis que celle-ci a obtenu son indépendance, en 1962. Il est accueilli par celui qui préside le Conseil de la révolution algérienne depuis 1965, Houari Boumédiène.
9 février 1979
Élection de Chadli Bendjedid à la présidence de l'Algérie

Après la mort du président Houari Boumédiène, le 27 décembre 1978, le Front de libération nationale (FLN), l'unique parti politique algérien, désigne un seul candidat à sa succession. Le 7 février 1979, Chadli Bendjedid reçoit un appui populaire de 94 % lors des élections nationales et devient le président de l'Algérie.
20 avril 1980
Début du «printemps berbère» en Algérie

En refusant à l'écrivain Mouloud Mammeri de donner une conférence sur la poésie berbère à l'Université de Tizi-Ouzou, en Kabylie, les autorités algériennes suscitent le mécontentement des étudiants qui occupent l'endroit. L'armée en reprendra le contrôle au terme d'une opération qui fait 32 morts.
12 novembre 1982
Manifestation islamiste d'envergure en Algérie

Le décès d'un étudiant de gauche, lors d'une altercation avec un groupe islamiste sur un campus universitaire, incite la police algérienne à arrêter des centaines d'activistes musulmans. Les islamistes réagissent en organisant une imposante manifestation qui témoigne de leur influence croissante.
5 octobre 1988
Émeutes en Algérie

La lenteur des autorités algériennes à implanter des réformes économiques et politiques provoque une série de grèves et d'émeutes. Elles seront réprimées brutalement, mais joueront tout de même un rôle dans la révolution politique qui secouera le pays.
11 janvier 1992
Démission du président algérien Chadli Bendjedid

Après avoir entamé des négociations avec le FIS (Front islamique de salut) qui venait de connaître un succès éclatant au premier tour des élections législatives, le président de l'Algérie perd le soutien des leaders militaires. Sous de fortes pressions, Chadli Bendjedid remet sa démission le 11 janvier 1992.
29 février 1992
Proclamation de l'état d'urgence en Algérie

La victoire du Front islamiste du Salut (FIS), au premier tour des législatives algériennes de décembre 1991, incite les autorités à annuler le deuxième tour afin d'empêcher cette formation d'accéder au pouvoir. La proclamation de l'état d'urgence, le 29 février, est le prélude à une guerre civile sanglante qui fera plus de 200 000 morts.
21 février 1995
Émeute dans la prison de Serkadji, en Algérie

Une tentative d'évasion massive dans une prison à haute sécurité de Serkadji, en Algérie, dégénère en émeute. Après avoir pris douze employés en otages et tué quatre gardes, les mutins subissent une sévère répression. Dans leur assaut, les forces de l'ordre tuent 96 militants islamistes emprisonnés.
16 novembre 1995
Élection de Liamine Zéroual à la présidence de l'Algérie

Liamine Zéroual, qui dirige l'Algérie depuis 1994, remporte l'élection présidentielle avec 61,3% des votes. Il devance facilement son plus proche rival, Mahfoud Nahnah du Hamas Islamic Party, qui est le choix de 25,8% des électeurs.
14 septembre 1998
Création du Groupe salafiste pour la Prédication et le Combat en Algérie

Mokhtar Belmokhtar et Hassan Hattab fondent le Groupe salafiste pour la Prédication et le Combat (GSPC). Défenseur d'un islamisme radical, le GSPC succède au Groupe islamiste armé (GIA) comme principal mouvement terroriste en Algérie.
19 septembre 1999
Tenue d'un référendum sur la politique d'amnistie en Algérie

En 1999, l'Algérie promulgue une loi d'amnistie que la population approuve par référendum. Elle est suivie par un décret de pardon présidentiel visant à mettre fin à la violence qui ravage le pays depuis 1992.
18 avril 2001
Début du « printemps noir » en Algérie

La mort d'un lycéen par balles dans une gendarmerie de Beni Douala, une commune de Kabylie, en Algérie, déclenche un mouvement de contestation plus large. Il culmine le 14 juin avec une immense manifestation à laquelle participent environ 2 millions de personnes ralliées derrière un ensemble de revendications.
11 avril 2007
Attentats terroristes en Algérie

En réaction à une opération des forces de sécurité visant à le démanteler, un groupe terroriste islamiste, membre du mouvement Al-Qaida, commet des attentats suicides à Alger. Ils font 33 morts et plus de 200 blessés.
4 mai 2017
[Résultats] Élections législatives

 


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019