Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

15 novembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

Brève présentation des principaux partis - Canada


Section en construction: les données pourraient ne pas être à jour.

N.B. : Les cotes décernées dans la section Political Parties de l'Encyclopédie Britannica (période 1964 à 1999) ont fortement inspiré le classement des positions idéologiques des principales formations politiques de chaque pays. Ont également été prises en considération les informations contenues dans les différentes éditions du Political Handbook of the World (Ed. Arthur Banks, Binghamton, CSA Publications) publiées dans la deuxième moitié du XXe siècle. Dans quelques cas nous avons fait des modifications notamment lorsque les partis opéraient un virage. Il ne fait pas de doute que ces appartenances sont parfois réductrices et dans certains cas pourraient être l'objet de longues controverses. Si vous avez des informations particulières à nous fournir sur un parti politique, n'hésitez pas à communiquer avec notre équipe.

Dans certains cas, les informations disponibles pour le classement des partis sont contradictoires ou douteuses. Il existe enfin un multitude de situations où l'orientation dépend du moment ou du leader en place. Malgré ces considérations nous avons tenté d'établir un orientation globale pour presque la moitié des formations politiques ayant, depuis 1945, oeuvrés dans une quarantaine de pays.

Parti libéral du Canada [Centre]

Fondé en 1867, le Parti libéral du Canada (PLC) a formé la plupart des gouvernements au cours du XXe siècle, faisant de lui le parti dominant sur la scène politique fédérale canadienne. Ses politiques sont marquées par une volonté de promouvoir le progrès social par l'interventionnisme de l'État et par un désir de concilier les deux principales communautés linguistiques du pays (francophone et anglophone).

Plusieurs personnalités de ce parti ont accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: William L. Mackenzie King, Louis Saint-Laurent, Lester B. Pearson, Pierre Elliott Trudeau, Jean Chrétien, Paul Martin, Justin Trudeau. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1940, 1945, 1949, 1953, 1957, 1958, 1962, 1963, 1965, 1968, 1972, 1974, 1979, 1980, 1984, 1988, 1993, 1997, 2000, 2004, 2006, 2008, 2011, 2015.

Parti classé dans la catégorie «centre». Les formations de centre tentent généralement d'échapper au clivage gauche/droite. Tout en souscrivant à l'économie de marché, les formations de centre considèrent l'État comme un «arbitre» et un «régulateur» de l'activité économique. Elles ne visent pas à détruire ou à réformer le capitalisme ou l'économie de marché, mais à limiter leurs excès possibles.
Crédit social [Droite]

Fondé en 1935 à partir de la théorie du même nom du major C.H. Douglas, le Parti Crédit social du Canada (PCSC) est demeuré dans l'opposition au cours de son histoire. En 1971, le PCSC a absorbé à nouveau le Ralliement des créditistes du Québec, un parti fédéral propre à la province de Québec, après huit ans de séparation. Représenté au Parlement jusqu'en 1980, le PCSC ne participe plus aux élections à partir de 1993.

Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1940, 1945, 1949, 1953, 1957, 1962, 1963, 1965, 1972, 1974, 1979.

Parti classé dans la catégorie «droite». Les formations de droite défendent généralement une économie de marché forte et des valeurs traditionnelles. Elles favorisent un État peu actif dans l'économie et prônent le «laissez-faire». Pour ces formations, le rôle de l'État doit être axé essentiellement sur la sécurité et la défense.
Co-operative Commonwealth Federation [Gauche]

Fondée 1932 à partir d'une coalition des forces progressistes, socialistes et syndicales, la Co-operative Commonwealth Federation (CCF) est demeurée dans l'opposition au cours de son histoire. En déclin depuis l'après-guerre, la CCF a fusionné en 1961 avec le Congrès canadien du travail, une centrale syndicale, pour former le Nouveau Parti démocratique.

Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1940, 1945, 1949, 1953, 1957, 1958.

Parti classé dans la catégorie «socialiste». Les formations socialistes considèrent généralement que l'État doit être «fort», mais elles ne remettent pas en question la démocratie représentative. Ces formations visent l'établissement d'une économie qui combine économie de marché et économie planifiée. Elles proposent souvent une augmentation des dépenses et une réglementation du marché.
Parti progressiste-conservateur [Droite]

Fondé en 1854, le Parti conservateur du Canada a formé la plupart des gouvernements au XIXe siècle. Deuxième parti en importance par la suite, derrière le Parti libéral, il a changé de nom en 1942 pour devenir le Parti progressiste-conservateur du Canada (PPC). Les politiques du PPC ont été marquées par un conservatisme modéré, tant sur le plan social qu'économique. En 2003, le PPC a fusionné avec une autre formation de droite, l'Alliance canadienne, afin de former le Parti conservateur du Canada (PCC).

Plusieurs personnalités de ce parti ont accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: John G. Diefenbaker, Joe Clark, Brian Mulroney. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1945, 1949, 1953, 1957, 1958, 1962, 1963, 1965, 1968, 1972, 1974, 1979, 1980, 1984, 1988, 1993, 1997, 2000.


Nouveau Parti démocratique [Gauche]

Fondé en 1961, le Nouveau Parti démocratique (NPD) est le fruit d'une fusion entre la Co-operative Commonwealth Federation, une formation politique de gauche, et le Congrès canadien du travail, une centrale syndicale. Principal parti de gauche sur la scène politique fédérale canadienne, il demeure dans l'opposition depuis ses débuts.

Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1962, 1963, 1965, 1968, 1972, 1974, 1979, 1980, 1984, 1988, 1993, 1997, 2000, 2004, 2006, 2008, 2011, 2015.

Parti classé dans la catégorie «social-démocrate». Les formations sociales-démocrates se situent généralement au centre gauche de l'échiquier politique. Le programme et le discours de ces formations visent habituellement à donner à l'État un rôle important dans la société et l'économie. Les partis sociaux-démocrates préconisent un interventionnisme étatique marquée (impôts plus progressifs, programmes sociaux élargis, réglementation plus sévère) afin d'assurer une redistribution plus équitable des richesses, de réduire les inégalités sociales et de réguler l'activité économique privée.
Bloc québécois [Régionaliste]

Fondé en 1991 à la suite de l'échec des négociations visant à ce que le Québec signe la constitution canadienne de 1982, le Bloc québécois (BQ) est le fruit d'une union de députés nationalistes, libéraux et conservateurs du Québec insatisfaits de la tournure des événements. Parti fédéral propre à la province de Québec ayant formé l'opposition officielle lors de son premier mandat électoral, en 1993, le BQ défend les intérêts, l'autonomie et la souveraineté du Québec sur la scène politique fédérale canadienne.

Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1993, 1997, 2000, 2004, 2006, 2008, 2011, 2015.

Parti classé dans la catégorie «régionaliste». Le rayonnement de ces partis se limite généralement à une région particulière d'un pays. Sur la scène politique, ils reprennent les revendications, doléances ou craintes de ladite région. Ces partis visent parfois l'indépendance de leur région, mais souvent ils ne revendiquent qu'une plus grande autonomie régionale. Ces formations peuvent être par ailleurs de droite ou de gauche.
Parti réformiste du Canada [Droite]

Fondé en 1987, le Parti réformiste du Canada (PRC) est devenu, à partir de 1993, le premier parti de droite sur la scène politique fédérale canadienne en formant l'opposition officielle pendant deux mandats consécutifs. Incapable de prendre le pouvoir, le PRC a initié la création de l'Alliance canadienne, un nouveau parti politique, dans le but d'unir la droite et de lui permettre de prendre le pouvoir. Le PRC a disparu en 2000 avec la naissance de l'Alliance canadienne, son successeur.

Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1993, 1997.

Parti classé dans la catégorie «droite». Les formations de droite défendent généralement une économie de marché forte et des valeurs traditionnelles. Elles favorisent un État peu actif dans l'économie et prônent le «laissez-faire». Pour ces formations, le rôle de l'État doit être axé essentiellement sur la sécurité et la défense.
Parti conservateur du Canada [Droite]

Fondé en 2003, le Parti conservateur du Canada (PCC) est le fruit d'une fusion entre le Parti progressiste-conservateur et l'Alliance canadienne, les deux plus importantes formations politiques de centre-droite. Après un court passage dans l'opposition, le PCC forme le gouvernement en 2006.

Une personnalité de ce parti a accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Stephen Harper. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 2004, 2006, 2008, 2011, 2015.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016