Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

15 novembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

Brève présentation des principaux partis - France


Section en construction: les données pourraient ne pas être à jour.

N.B. : Les cotes décernées dans la section Political Parties de l'Encyclopédie Britannica (période 1964 à 1999) ont fortement inspiré le classement des positions idéologiques des principales formations politiques de chaque pays. Ont également été prises en considération les informations contenues dans les différentes éditions du Political Handbook of the World (Ed. Arthur Banks, Binghamton, CSA Publications) publiées dans la deuxième moitié du XXe siècle. Dans quelques cas nous avons fait des modifications notamment lorsque les partis opéraient un virage. Il ne fait pas de doute que ces appartenances sont parfois réductrices et dans certains cas pourraient être l'objet de longues controverses. Si vous avez des informations particulières à nous fournir sur un parti politique, n'hésitez pas à communiquer avec notre équipe.

Dans certains cas, les informations disponibles pour le classement des partis sont contradictoires ou douteuses. Il existe enfin un multitude de situations où l'orientation dépend du moment ou du leader en place. Malgré ces considérations nous avons tenté d'établir un orientation globale pour presque la moitié des formations politiques ayant, depuis 1945, oeuvrés dans une quarantaine de pays.

Parti communiste français [Gauche]

Le Parti communiste français (PCF) est fondé en 1920 à la suite de la scission d'une importante faction de la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO). Membre de l'Internationale communiste, ou Komintern, le parti s'appelle alors Section française de l'Internationale communiste. Il gardera ce nom avant d'adopter celui de Parti communiste français en 1943. Forcé à la clandestinité pendant la Deuxième Guerre mondiale, le PCF s'impose par la suite comme une des principales forces politiques du pays. De 1972 à 1978, il prend une entente historique avec le Parti socialiste : le Programme commun. Malgré une chute au niveau des résultats électoraux, le PCF demeure actif sur la scène politique française au début du XXIe siècle. Il a cependant perdu beaucoup de son importance, du moins au plan électoral, depuis le milieu des années 1980.

Des noms marquent l'histoire de ce parti: Marie-George Buffet, Robert Hue, André Lajoinie, Georges Marchais, Jacques Duclos. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1945, 1946, 1946, 1951, 1956, 1958, 1962, 1967, 1968, 1973, 1978, 1981, 1986, 1988, 1993, 1997, 2002, 2007, 2017.

Parti classé dans la catégorie «communiste». Les formations communistes s'opposent habituellement à l'économie de marché et, de manière plus générale, au système capitaliste. Elles ont initialement proposé le renversement du capitalisme par la révolution et l'établissement d'une dictature du prolétariat. A partir de la fin des années cinquante, les communistes ont opté pour la voie réformiste et électorale afin de parvenir au socialisme et au communisme. Une fois au pouvoir, la plupart de ces formations ont procédé à des transformations de la vie économique et politique, notamment l'étatisation de la propriété privée et la supression des processus caractéristiques de la démocratie représentative.
Section française de l'Internationale ouvrière [Gauche]

La Section française de l'internationale ouvrière (SFIO) voit le jour en 1905 avec la fusion du Parti socialiste de France et du Parti socialiste français. Ces deux partis puisent leurs racines dans la tradition de la gauche française qui s'est développée au cours du XIXe siècle. La SFIO connaît une scission en 1920 lorsque une aile s'en détache pour former la Section française internationale communiste, qui deviendra plus tard le Parti communiste français. Une autre scission survient en 1938 lorsqu'une faction quitte pour former le Parti socialiste ouvrier et paysan. Après la Deuxième Guerre mondiale, la SFIO est éprouvée par deux autres scissions : la création du Parti socialiste autonome, en 1958, et celle du Parti socialiste unifié, en 1960. En 1965, la SFIO est membre de la Fédération de la gauche démocrate et socialiste, ce qui ne remet pas en cause son indépendance. Quatre ans plus tard, en 1969, elle fusionne avec l'Union des clubs pour le renouveau de la gauche, décision qui mène à la création du Parti socialiste. Celui-ci demeure actif sur la scène politique française au début du XXIe siècle.

Plusieurs personnalités de ce parti ont accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Léon Blum, Félix Gouin, Vincent Auriol, Guy Mollet. Un autre nom a également marqué l'histoire du parti: Gaston Defferre. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1945, 1946, 1946, 1951, 1956, 1958, 1962.

Parti classé dans la catégorie «socialiste». Les formations socialistes considèrent généralement que l'État doit être «fort», mais elles ne remettent pas en question la démocratie représentative. Ces formations visent l'établissement d'une économie qui combine économie de marché et économie planifiée. Elles proposent souvent une augmentation des dépenses et une réglementation du marché.
Mouvement républicain populaire [Centre]

Le Mouvement républicain populaire (MRP) est fondé en 1944 dans le contexte de la libération du pays de l'occupation allemande. On y retrouve plusieurs personnes impliquées au sein de la résistance. Le MRP, qui apporte son appui au général Charles de Gaulle, s'impose dès 1945 comme une des principales forces politiques de France. Il est ensuite affecté par l'apparition du Rassemblement du peuple français, qui disparaît en 1955. Les résultats électoraux du MRP continuent néanmoins de chuter avant qu'il ne cesse ses activités le 13 septembre 1967.

Plusieurs personnalités de ce parti ont accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Georges Bidault, Robert Schuman. Un autre nom a également marqué l'histoire du parti: Jean Lecanuet. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1945, 1946, 1946, 1951, 1956, 1958, 1962.

Parti classé dans la catégorie «centre». Les formations de centre tentent généralement d'échapper au clivage gauche/droite. Tout en souscrivant à l'économie de marché, les formations de centre considèrent l'État comme un «arbitre» et un «régulateur» de l'activité économique. Elles ne visent pas à détruire ou à réformer le capitalisme ou l'économie de marché, mais à limiter leurs excès possibles.
Rassemblement des gauches républicaines [Centre]

Le Rassemblement des gauches républicaines (RGR) voit le jour en 1946. Il est alors formé de plusieurs partis, dont de petites formations de droite : le Parti radical, l'Union démocratique et socialiste de la Résistance, le Parti républicain social de la réconciliaiton française, l'Alliance démocratique, le Parti démocrate, le Parti socialiste démocratique, le Parti radical indépendant et le Parti républicain socialiste. Les appuis du RGR déclinent au fil des élections, jusqu'à ce que l'on procède à sa dissolution en 1958.

Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1946, 1946, 1951.

Parti classé dans la catégorie «centre». Les formations de centre tentent généralement d'échapper au clivage gauche/droite. Tout en souscrivant à l'économie de marché, les formations de centre considèrent l'État comme un «arbitre» et un «régulateur» de l'activité économique. Elles ne visent pas à détruire ou à réformer le capitalisme ou l'économie de marché, mais à limiter leurs excès possibles.
Centre national des indépendants et paysans [Droite]



Plusieurs personnalités de ce parti ont accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: René Coty, Antoine Pinay. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1951, 1962.


Parti radical [Centre]

Le Parti radical est fondé au mois de juin 1901. Il joue un rôle central dans la plupart des gouvernements de la IIIe République, faisant adopter diverses lois comme celle sur la séparation de l'Église et de l'État en 1905. Après la Deuxième Guerre mondiale, le parti, qui voit sa représentation à la chambre législative chuter, connaît une importante baisse d'influence. En 1971, une faction de gauche quitte ses rangs et fonde le Mouvement radical de gauche. Le parti s'allie avec l'Union de la démocratie française, en 1971, le Mouvement réformateur, en 1973, puis l'Union pour un mouvement populaire, en 2002. Même si son rôle est très effacé, le Parti radical demeure actif sur la scène politique française au début du XXIe siècle.

Plusieurs personnalités de ce parti ont accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Antoine Henri Queuille, Félix Gaillard. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1958, 1962, 2012.

Parti classé dans la catégorie «centre». Les formations de centre tentent généralement d'échapper au clivage gauche/droite. Tout en souscrivant à l'économie de marché, les formations de centre considèrent l'État comme un «arbitre» et un «régulateur» de l'activité économique. Elles ne visent pas à détruire ou à réformer le capitalisme ou l'économie de marché, mais à limiter leurs excès possibles.
Républicains indépendants [Droite]

Le parti des Républicains indépendants (RI) voit le jour avec le début de la IVe République. Il se joint au Centre national des indépendants et paysans à partir de 1949. Les RI font scission en 1962, en réaction à la réforme constitutionnelle instituant l'élection du Président de la République au suffrage universel. Le parti devient la Fédération Nationale des Républicains et Indépendants le 1er juin 1966. Il change encore de nom en 1977 et devient le Parti républicain et Républicain indépendant, ou Parti républicain. Vingt ans plus tard, le 24 juin 1997, il adopte le nom de Démocratie libérale, Républicains Indépendants et Républicains, ou Démocratie libérale. Ce dernier parti fusionne en 2002 avec le Rassemblement pour la République pour former l'Union pour la majorité présidentielle.

Une personnalité de ce parti a accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Valéry Giscard d'Estaing. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1962, 1967, 1968, 1973.


Fédération de la gauche démocratique et socialiste [Gauche]



Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1967, 1968.

Parti classé dans la catégorie «socialiste». Les formations socialistes considèrent généralement que l'État doit être «fort», mais elles ne remettent pas en question la démocratie représentative. Ces formations visent l'établissement d'une économie qui combine économie de marché et économie planifiée. Elles proposent souvent une augmentation des dépenses et une réglementation du marché.
Union pour la défense de la République [Droite]

L'Union pour la défense de la République (UDR) est fondée en 1958 sous le nom d'Union pour la nouvelle république. Elle voit le jour dans le contexte du retour au pouvoir de Charles de Gaulle. C'est en 1968 que le parti, qui joue un rôle de premier plan sur la scène politique française, change de nom pour devenir l'Union pour la défense de la république. Cette formation «gaulliste» change à nouveau de nom en 1976 et devient l'Union des démocrates pour la République, puis le Rassemblement pour la République (RPR)sous l'impulsion de Jacques Chirac. Le RPR reste actif sur la scène politique française au début du XXIe siècle.

Plusieurs personnalités de ce parti ont accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Georges Pompidou, Maurice Couve de Murville, Jacques Chaban-Delmas, Pierre Messmer, Jacques Chirac. Un autre nom a également marqué l'histoire du parti: Jacques Chaban-Delmas. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1968, 1973.


Parti socialiste [Gauche]

Le Parti socialiste (PS) voit le jour en 1969. Il succède à la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO), qui avait été fondée en 1905. En 1971, plusieurs groupes de gauche rejoignent le PS. D'autres, notamment des membres du Parti socialiste unifié, se joignent au PS en 1974 en prévision de l'élection présidentielle. En 1972, le PS et le Parti communiste français s'entendent sur un Programme commun tout en conservant leur autonomie. Les socialistes accèdent à la présidence du pays pour la première fois en 1981 avec la victoire de François Mitterand. Le PS demeure actif sur la scène politique française au début du XXIe siècle.

Plusieurs personnalités de ce parti ont accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: François Mitterrand, François Hollande, Pierre Mauroy, Laurent Fabius, Michel Rocard, Édith Cresson, Pierre Bérégovoy, Lionel Jospin, Jean-Marc Ayrault, Manuel Valls, Bernard Cazeneuve. D'autres noms marquent également l'histoire de ce parti: Benoît Hamon, Ségolène Royal, Lionel Jospin. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1973, 1978, 1981, 1986, 1988, 1993, 1997, 2002, 2007, 2012, 2017.

Parti classé dans la catégorie «social-démocrate». Les formations sociales-démocrates se situent généralement au centre gauche de l'échiquier politique. Le programme et le discours de ces formations visent habituellement à donner à l'État un rôle important dans la société et l'économie. Les partis sociaux-démocrates préconisent un interventionnisme étatique marquée (impôts plus progressifs, programmes sociaux élargis, réglementation plus sévère) afin d'assurer une redistribution plus équitable des richesses, de réduire les inégalités sociales et de réguler l'activité économique privée.
Union pour la démocratie française [Droite]

L'Union pour la démocratie française (UDF) est fondée en 1978. Elle constitue un véhicule pour les candidats favorables au président Valéry Giscard D'Estaing en prévision des élections législatives. Le parti confédère six petits partis en une entité mieux struturée et ayant plus de poids politique. Chaque parti conserve toutefois un niveau d'indépendance. L'UDF demeure active sur l'échiquier politique français au début du XXIe siècle, où elle défend des positions centristes.

Une personnalité de ce parti a accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Raymond Barre. D'autres noms marquent également l'histoire de ce parti: François Bayrou, Raymond Barre, Valéry Giscard d'Estaing. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1978, 1981, 1986, 1988, 1993, 1997, 2002.


Rassemblement pour la République [Droite]


Créé sous l'impulsion de Jacques Chirac en 1976, ce parti reprend les grandes thématiques gaullistes. Dans un document fondateur on y trouve l'objectif suivant: « [....]soutenir une politique fondée sur le respect intransigeant de la souveraineté du peuple et de l'indépendance nationale, de la liberté, de la responsabilité et de la dignité de l'homme ». Le parti sera dissous en 2002 pour donner naissance à l'Union pour un Mouvement populaire.
Plusieurs personnalités de ce parti ont accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Jacques Chirac, Édouard Balladur, Alain Juppé. Un autre nom a également marqué l'histoire du parti: Édouard Balladur. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1978, 1981, 1986, 1988, 1993, 1997.


Front national [Droite]

Le Front national (FN) est officiellement fondé le 5 octobre 1972 sous le nom de Front national pour l'unité française. Toutefois, il est déjà appelé communément Front national. Très à droite sur l'échiquier politique français, cette formation connaît ses plus grands succès électoraux lors des législatives de 1986 et du premier tour des présidentielles de 2002. Jean-Marie Le Pen, seul chef de l'histoire du FN, termine alors au deuxième rang, ce qui lui permet de participer au deuxième tour contre Jacques Chirac. Le FN demeure actif sur la scène politique française au début du XXIe siècle.

Des noms marquent l'histoire de ce parti: Marine Le Pen, Jean-Marie Le Pen. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1986, 1988, 1997, 2012, 2017.


Union pour un mouvement populaire [Droite]


Plusieurs partis de centre droit joignent leurs forces peu après les élections législatives de 2002 pour former l'Union pour un mouvement populaire. Ses figures de proue sont le président Jacques Chirac et son successeur, Nicolas Sarkozy.
Plusieurs personnalités de ce parti ont accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Nicolas Sarkozy, Jean-Pierre Raffarin, Dominique de Villepin, François Fillon. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 2007, 2012.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016