Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

11 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

Brève présentation des principaux partis - Italie


Section en construction: les données pourraient ne pas être à jour.

N.B. : Les cotes décernées dans la section Political Parties de l'Encyclopédie Britannica (période 1964 à 1999) ont fortement inspiré le classement des positions idéologiques des principales formations politiques de chaque pays. Ont également été prises en considération les informations contenues dans les différentes éditions du Political Handbook of the World (Ed. Arthur Banks, Binghamton, CSA Publications) publiées dans la deuxième moitié du XXe siècle. Dans quelques cas nous avons fait des modifications notamment lorsque les partis opéraient un virage. Il ne fait pas de doute que ces appartenances sont parfois réductrices et dans certains cas pourraient être l'objet de longues controverses. Si vous avez des informations particulières à nous fournir sur un parti politique, n'hésitez pas à communiquer avec notre équipe.

Dans certains cas, les informations disponibles pour le classement des partis sont contradictoires ou douteuses. Il existe enfin un multitude de situations où l'orientation dépend du moment ou du leader en place. Malgré ces considérations nous avons tenté d'établir un orientation globale pour presque la moitié des formations politiques ayant, depuis 1945, oeuvrés dans une quarantaine de pays.

Démocratie chrétienne [Centre]

Fondé en 1943 par Alcide de Gasperi pour succéder au Partido Populare, le Partito Democrazia Cristiano (DC) a été au pouvoir sans interruption de 1945 à 1992 comme parti majoritaire ou à l'intérieur de coalitions. Parti de centre ayant des liens étroits avec l'Église, il s'est engagé dans plusieurs réformes sociales après la guerre. Ses politiques ont également été teintées d'une forte volonté d'intégrer et de maintenir l'Italie au sein des communautés atlantique et européenne. Le parti cesse d'exister en 1994, après l'éclatement d'un scandale politique.

Plusieurs personnalités de ce parti ont accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Alcide de Gasperi, Giovanni Gronchi, Antonio Segni, Cesare Merzagora, Giovanni Leone, Amintore Fanfani, Francesco Maurizio Cossiga, Oscar Luigi Scalfaro, Alcide De Gasperi, Giuseppe Pella, Mario Scelba, Adone Zoli, Aldo Moro, Mariano Rumor, Emilio Colombo, Giulio Andreotti, Francesco Cossiga, Arnaldo Forlani, Giovanni Giuseppe Goria, Ciriaco De Mita. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1946, 1948, 1953, 1958, 1963, 1968, 1972, 1976, 1979, 1983, 1987, 1992.

Parti classé dans la catégorie «centre». Les formations de centre tentent généralement d'échapper au clivage gauche/droite. Tout en souscrivant à l'économie de marché, les formations de centre considèrent l'État comme un «arbitre» et un «régulateur» de l'activité économique. Elles ne visent pas à détruire ou à réformer le capitalisme ou l'économie de marché, mais à limiter leurs excès possibles.
Parti communiste italien [Gauche]

Fondé par Amadeo Bordiga et Antonio Gramsci à la suite d'une scission à l'intérieur du Parti socialiste italien, le Partito Comunista Italiano (PCI) voit le jour en 1921. À partir de 1947, il s'affirme comme le plus grand parti d'opposition italien, mais est pratiquement toujours exclu du pouvoir au niveau national. Le PCI prône l'accession au socialisme par voie pacifique et démocratique. Au cours des années 1970, il s'engage même dans un « compromis historique » avec les autres partis afin de stabiliser le gouvernement. En 1991, le parti s'est scindé en deux formations : le Parti démocratique de la gauche et la Refondation communiste. Plusieurs noms ont marqué l'histoire du PCI : Amadeo Bordiga, Antonio Gamsci, Palmiro Togliatti ou Enrico Berlinguer.

Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1946, 1953, 1958, 1963, 1968, 1972, 1976, 1979, 1983, 1987.

Parti classé dans la catégorie «communiste». Les formations communistes s'opposent habituellement à l'économie de marché et, de manière plus générale, au système capitaliste. Elles ont initialement proposé le renversement du capitalisme par la révolution et l'établissement d'une dictature du prolétariat. A partir de la fin des années cinquante, les communistes ont opté pour la voie réformiste et électorale afin de parvenir au socialisme et au communisme. Une fois au pouvoir, la plupart de ces formations ont procédé à des transformations de la vie économique et politique, notamment l'étatisation de la propriété privée et la supression des processus caractéristiques de la démocratie représentative.
Mouvement social italien [Droite]

Le Movimiento Sociale Italiano (MSI) est un parti néo-fasciste fondé en 1946 par des partisans du dictateur Benito Mussolini, décédé en 1945 (le Parti national fasciste a été interdit peu de temps auparavant). Le MSI est indirectement impliqué dans une série d'attentats au cours des années 1970 et au début de 1980. En 1973, il fusionne avec le Parti de l'unité monarchique pour former le MSI-DN. Après avoir perdu des sièges à l'élection subséquente, le Parti de l'unité monarchique quitte le MSI pour fonder la Democrazia Nazionale. Le MSI cesse d'exister en 1995. Quelques noms marquent l'histoire de ce parti : Giorgio Almirante, Augusto De Marsanich, Arturo Michelini, Gianfranco Fini.

Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1948, 1953, 1958, 1963, 1968, 1972.

Parti classé dans la catégorie «fasciste». Les formations fascistes se situent à l'extrême droite de l'échiquier politique. Une fois au pouvoir, la plupart de ces formations suppriment la démocratie représentative et établissent un ordre social fondé sur la suprématie d'un groupe ou d'une élite.
Parti libéral italien [Droite]

Le Partito Liberale Italiano (PLI) est fondé en 1848 par le comte Camillo di Cavour. Fortement en faveur de l'unification italienne, ce parti conservateur domine la scène politique jusqu'en 1870, année au cours de laquelle il est déchiré par une scission. À la suite de la Première guerre mondiale, le PLI est de nouveau uni, avant d'être banni en 1926 par Benito Mussolini. Il est reconstitué en 1943 par Benedetto Croce et augmente sa représentation à la chambre basse, avant de voir celle-ci baisser au cours des années 1970. En 1994, cette formation cesse d'exister pour une période de 10 ans, mais elle est reconstituée en 2004 par Stefano De Luca. Le PLI est favorable à la libre entreprise et a appuyé la candidature de l'Italie à l'Organisation du traité de l'Atlantique-Nord. Quelques noms ont marqué l'histoire de ce parti : Benedetto Croce, Bruno Villabruna, Gaetano Martino, Giovanni Malagodi, Valerio Zanone, Alfredo Biondi, Renato Altissimo, Raffaele Costa.

Plusieurs personnalités de ce parti ont accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Enrico De Nicola, Luigi Einaudi. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1953, 1958, 1963, 1972, 1976, 1979, 1983, 1987, 1992, 2008, 2013.


Parti socialiste démocratique italien [Gauche]

Le Partito Socialista Democratico Italiano (PSDI) est fondé par Giuseppe Saragat à la suite d'une scission au sein du Parti socialiste italien à son congrès de Rome, en 1947. Originalement nommé Parti socialiste des travailleurs, ce parti réformiste de tendance social-démocrate s'est fusionné avec d'autres factions en 1953 pour devenir le PSDI. Il a souvent fait parti de gouvernements de coalition de centre et de centre-gauche entre 1947 et 1974. En 1979, le PSDI joint une coalition avec la Démocratie chrétienne et les libéraux. Cette formation est toujours active depuis le début du XXIe siècle. Quelques noms ont marqué l'histoire de ce parti : Giuseppe Saragat, Giorgio Carta.

Une personnalité de ce parti a accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Giuseppe Saragat. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1953, 1958, 1963, 1972, 1976, 1979, 1983, 1987, 1992.

Parti classé dans la catégorie «gauche». Les formations de gauche considèrent généralement que l'État doit être «fort»; sans pour autant remettre en question la démocratie représentative. Ces formations visent l'établissement d'une économie qui combine à la fois économie de marché et économie planifiée. Elles proposent souvent une augmentation des dépenses et une réglementation du marché.
Parti socialiste italien [Gauche]


Le Partito Socialista Italiano (PSI) est un parti de gauche fondé en 1892 par des syndicats de travailleurs. Au cours de son histoire, le PSI a subi trois grandes scissions. En 1921, une d'entre elles mène à la création du Parti communiste italien. En 1947, la faction dirigée par Giuseppe Saragat refuse une alliance avec le Parti communiste et fonde le Parti social démocrate italien. Finalement, après avoir réintégré le PSI en 1966, le Parti social démocrate le quitte de nouveau en 1969. Le PSI a participé au gouvernement à quelques reprises avant de disparaître en 1994, à la suite d?un scandale politique.
Plusieurs personnalités de ce parti ont accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Alessando (Sandro) Pertini, Bettino Craxi, Giuliano Amato. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1953, 1958, 1963, 1972, 1976, 1979, 1983, 1987, 1992, 1994.

Parti classé dans la catégorie «social-démocrate». Les formations sociales-démocrates se situent généralement au centre gauche de l'échiquier politique. Le programme et le discours de ces formations visent habituellement à donner à l'État un rôle important dans la société et l'économie. Les partis sociaux-démocrates préconisent un interventionnisme étatique marquée (impôts plus progressifs, programmes sociaux élargis, réglementation plus sévère) afin d'assurer une redistribution plus équitable des richesses, de réduire les inégalités sociales et de réguler l'activité économique privée.
Mouvement social italien - Droite nationale [Droite]

Le Mouvement social italien (MSA) est un parti néo-fasciste fondé en 1946 par des partisans du dictateur Benito Mussolini, décédé en 1945 (le Parti national fasciste a été interdit peu de temps auparavant). Le MSA est indirectement impliqué dans une série d'attentats dans les années 1970 et au début de 1980. Cette formation cesse d'exister en 1995.

Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1976, 1979, 1983, 1987, 1992.

Parti classé dans la catégorie «fasciste». Les formations fascistes se situent à l'extrême droite de l'échiquier politique. Une fois au pouvoir, la plupart de ces formations suppriment la démocratie représentative et établissent un ordre social fondé sur la suprématie d'un groupe ou d'une élite.
Parti de la refondation communiste [Gauche]



Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1992, 1994, 1996, 2001, 2006.

Parti classé dans la catégorie «communiste». Les formations communistes s'opposent habituellement à l'économie de marché et, de manière plus générale, au système capitaliste. Elles ont initialement proposé le renversement du capitalisme par la révolution et l'établissement d'une dictature du prolétariat. A partir de la fin des années cinquante, les communistes ont opté pour la voie réformiste et électorale afin de parvenir au socialisme et au communisme. Une fois au pouvoir, la plupart de ces formations ont procédé à des transformations de la vie économique et politique, notamment l'étatisation de la propriété privée et la supression des processus caractéristiques de la démocratie représentative.
Forza Italia [Droite]

Forza Italia (FI) est un parti de centre-droit fondé en janvier 1994 par Silvio Berlusconi dans le but d'empêcher une victoire du Parti démocratique de la gauche (héritier du Parti communiste italien). Formé de la majorité des ex-membres de la Démocratie chrétienne, la FI se présente comme un parti du renouveau et de la modernité, et ses idées politiques sont essentiellement sociale-démocrates. Après avoir fait partie de la Maison des libertés, Forza Italia a rejoint une nouvelle coalition en 2008, le Peuple des libertés.

Une personnalité de ce parti a accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Silvio Berlusconi. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1994, 1996, 2001, 2006, 2018.

Parti classé dans la catégorie «droite». Les formations de droite défendent généralement une économie de marché forte et des valeurs traditionnelles. Elles favorisent un État peu actif dans l'économie et prônent le «laissez-faire». Pour ces formations, le rôle de l'État doit être axé essentiellement sur la sécurité et la défense.
Démocrates de la gauche [Gauche]



Plusieurs personnalités de ce parti ont accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Giorgio Napolitano, Massimo D'Alema. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1994, 1996, 2001.

Parti classé dans la catégorie «social-démocrate». Les formations sociales-démocrates se situent généralement au centre gauche de l'échiquier politique. Le programme et le discours de ces formations visent habituellement à donner à l'État un rôle important dans la société et l'économie. Les partis sociaux-démocrates préconisent un interventionnisme étatique marquée (impôts plus progressifs, programmes sociaux élargis, réglementation plus sévère) afin d'assurer une redistribution plus équitable des richesses, de réduire les inégalités sociales et de réguler l'activité économique privée.
Démocrates de la gauche [Gauche]



Plusieurs personnalités de ce parti ont accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Giorgio Napolitano, Massimo D'Alema. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1994, 1996, 2001.

Parti classé dans la catégorie «social-démocrate». Les formations sociales-démocrates se situent généralement au centre gauche de l'échiquier politique. Le programme et le discours de ces formations visent habituellement à donner à l'État un rôle important dans la société et l'économie. Les partis sociaux-démocrates préconisent un interventionnisme étatique marquée (impôts plus progressifs, programmes sociaux élargis, réglementation plus sévère) afin d'assurer une redistribution plus équitable des richesses, de réduire les inégalités sociales et de réguler l'activité économique privée.
Alliance nationale [Droite]



Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1994, 1996, 2001, 2006.

Parti classé dans la catégorie «droite». Les formations de droite défendent généralement une économie de marché forte et des valeurs traditionnelles. Elles favorisent un État peu actif dans l'économie et prônent le «laissez-faire». Pour ces formations, le rôle de l'État doit être axé essentiellement sur la sécurité et la défense.
Ligue du Nord [Droite]



Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1994, 1996, 2008, 2013.

Parti classé dans la catégorie «droite». Les formations de droite défendent généralement une économie de marché forte et des valeurs traditionnelles. Elles favorisent un État peu actif dans l'économie et prônent le «laissez-faire». Pour ces formations, le rôle de l'État doit être axé essentiellement sur la sécurité et la défense.
Marguerite [Droite]



Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1996, 2001.

Parti classé dans la catégorie «droite». Les formations de droite défendent généralement une économie de marché forte et des valeurs traditionnelles. Elles favorisent un État peu actif dans l'économie et prônent le «laissez-faire». Pour ces formations, le rôle de l'État doit être axé essentiellement sur la sécurité et la défense.
Parti démocrate [Gauche]



Plusieurs personnalités de ce parti ont accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Sergio Mattarella, Pietro Grasso, Enrico Letta, Matteo Renzi, Paolo Gentiloni. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 2008, 2013, 2018.

Parti classé dans la catégorie «social-démocrate». Les formations sociales-démocrates se situent généralement au centre gauche de l'échiquier politique. Le programme et le discours de ces formations visent habituellement à donner à l'État un rôle important dans la société et l'économie. Les partis sociaux-démocrates préconisent un interventionnisme étatique marquée (impôts plus progressifs, programmes sociaux élargis, réglementation plus sévère) afin d'assurer une redistribution plus équitable des richesses, de réduire les inégalités sociales et de réguler l'activité économique privée.
Mouvement 5 étoiles [Gauche]



Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 2013, 2018.

Parti classé dans la catégorie «gauche». Les formations de gauche considèrent généralement que l'État doit être «fort»; sans pour autant remettre en question la démocratie représentative. Ces formations visent l'établissement d'une économie qui combine à la fois économie de marché et économie planifiée. Elles proposent souvent une augmentation des dépenses et une réglementation du marché.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016