19 mai 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

Brève présentation des principaux partis - Pérou


Section en construction: les données pourraient ne pas être à jour.

N.B. : Les cotes décernées dans la section Political Parties de l'Encyclopédie Britannica (période 1964 à 1999) ont fortement inspiré le classement des positions idéologiques des principales formations politiques de chaque pays. Ont également été prises en considération les informations contenues dans les différentes éditions du Political Handbook of the World (Ed. Arthur Banks, Binghamton, CSA Publications) publiées dans la deuxième moitié du XXe siècle. Dans quelques cas nous avons fait des modifications notamment lorsque les partis opéraient un virage. Il ne fait pas de doute que ces appartenances sont parfois réductrices et dans certains cas pourraient être l'objet de longues controverses. Si vous avez des informations particulières à nous fournir sur un parti politique, n'hésitez pas à communiquer avec notre équipe.

Dans certains cas, les informations disponibles pour le classement des partis sont contradictoires ou douteuses. Il existe enfin un multitude de situations où l'orientation dépend du moment ou du leader en place. Malgré ces considérations nous avons tenté d'établir un orientation globale pour presque la moitié des formations politiques ayant, depuis 1945, oeuvrés dans une quarantaine de pays.

Action populaire [Droite]

L'Accion Populare (AP) est un parti politique de droite fondé en 1956 par Fernando Belaunde Terry. Ce parti est élu en 1963 et en 1980. De novembre 2000 à juillet 2001, Valentín Paniagua Corazao, un membre de l'AP, sert en tant que président du Congrès par intérim. Aux élections d'avril 2001, cette formation politique participe à la coalition dirigée par Pérou Possible. L'Accion Populare est toujours active au début du XXIe siècle.

Plusieurs personnalités de ce parti ont accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Fernando Belaúnde Terry, Valentín Paniagua Corazao, Manuel Ulloa Elías. D'autres noms marquent également l'histoire de ce parti: Alfredo Barnechea, Victor Andres García Belaúnde, Javier Alva Orlandini. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1980, 1985, 1995, 2000, 2001, 2016.


Alliance populaire révolutionnaire américaine (Parti aprista péruvien) [Gauche]

Fondée à Mexico le 7 mai 1924 par Victor Raul Haya de la Torre, l'Alliance populaire révolutionnaire américaine est créée avec l'intention d'exercer une influence dans plusieurs pays d'Amérique du Sud. Son pendant péruvien, le Parti apriste péruvien, est établi en 1930. Il remporte ses premières élections le 14 avril 1985, menant Alan Garcia à la présidence. Le parti retourne au pouvoir en 2006. Cette formation politique, qui demeure active sur la scène politique péruvienne au début du XXIe siècle, est membre de l'Internationale socialiste.

Plusieurs personnalités de ce parti ont accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Alan García, Luis Alva Castro, Guillermo Larco Cox, Jorge del Castillo, Javier Velásquez Quesquén, José Antonio Chang. D'autres noms marquent également l'histoire de ce parti: Mercedes Cabanillas, Luis Juan Alva Castro, Armando Villanueva del Campo, Victor Raúl Haya de la Torre, Alan Garcia, Abel Salinas Izaguirre. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1980, 1985, 1990, 1995, 2011.

Parti classé dans la catégorie «social-démocrate». Les formations sociales-démocrates se situent généralement au centre gauche de l'échiquier politique. Le programme et le discours de ces formations visent habituellement à donner à l'État un rôle important dans la société et l'économie. Les partis sociaux-démocrates préconisent un interventionnisme étatique marquée (impôts plus progressifs, programmes sociaux élargis, réglementation plus sévère) afin d'assurer une redistribution plus équitable des richesses, de réduire les inégalités sociales et de réguler l'activité économique privée.
Union pour le Pérou [Centre]



Des noms marquent l'histoire de ce parti: Ollanta Humala, Javier Perez de Cuellar. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1995, 2000, 2001, 2006.

Parti classé dans la catégorie «centre». Les formations de centre tentent généralement d'échapper au clivage gauche/droite. Tout en souscrivant à l'économie de marché, les formations de centre considèrent l'État comme un «arbitre» et un «régulateur» de l'activité économique. Elles ne visent pas à détruire ou à réformer le capitalisme ou l'économie de marché, mais à limiter leurs excès possibles.
Front indépendant moraliste [Gauche]

La lutte à la corruption est au coeur de la création du Frente Independente Moralizadir (FIM), une formation politique créée en 1990 par Fernando Olivera. En 2001, le FIM participe à la coalition gouvernementale dirigée par Pérou Possible. Bien que peu important, le FIM demeure actif sur la scène politique péruvienne au début du XXIe siècle.

Un nom a marqué l'histoire du parti: Fernando Olivera. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 1995, 2000, 2001.

Parti classé dans la catégorie «social-démocrate». Les formations sociales-démocrates se situent généralement au centre gauche de l'échiquier politique. Le programme et le discours de ces formations visent habituellement à donner à l'État un rôle important dans la société et l'économie. Les partis sociaux-démocrates préconisent un interventionnisme étatique marquée (impôts plus progressifs, programmes sociaux élargis, réglementation plus sévère) afin d'assurer une redistribution plus équitable des richesses, de réduire les inégalités sociales et de réguler l'activité économique privée.
Parti apriste péruvien [Gauche]

Fondée à Mexico le 7 mai 1924, l'Alliance populaire révolutionnaire américaine est créée à l'origine avec l'intention d'exercer une influence dans plusieurs pays d'Amérique du Sud. Son pendant péruvien est le Parti apriste péruvien. Celui-ci obtient le pouvoir pour la première fois le 14 avril 1985 avec l'élection d'Alan Garcia à la présidence. Le parti demeure actif sur la scène politique péruvienne au début du 21e siècle.

Un nom a marqué l'histoire du parti: Victor Raúl Haya De la Torre. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 2000, 2001, 2006.

Parti classé dans la catégorie «social-démocrate». Les formations sociales-démocrates se situent généralement au centre gauche de l'échiquier politique. Le programme et le discours de ces formations visent habituellement à donner à l'État un rôle important dans la société et l'économie. Les partis sociaux-démocrates préconisent un interventionnisme étatique marquée (impôts plus progressifs, programmes sociaux élargis, réglementation plus sévère) afin d'assurer une redistribution plus équitable des richesses, de réduire les inégalités sociales et de réguler l'activité économique privée.
Unité nationale [Droite]



Des noms marquent l'histoire de ce parti: Lourdes Flores, Carlos Carrillo Smith. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 2001, 2006.


Force 2011 [Droite]



Une personnalité de ce parti a accédé aux fonctions gouvernementales depuis 1945: Keiko Fujimori. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce parti a obtenu des sièges -lors des élections générales à la chambre basse- aux années suivantes: 2011, 2016.

Parti classé dans la catégorie «droite». Les formations de droite défendent généralement une économie de marché forte et des valeurs traditionnelles. Elles favorisent un État peu actif dans l'économie et prônent le «laissez-faire». Pour ces formations, le rôle de l'État doit être axé essentiellement sur la sécurité et la défense.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016