Université de Sherbrooke
École de politique appliquée     Samedi 30 août 2014      Accueil              
       
Pays | Statistiques | Années | Événements | Conflits | Organisations | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux     



Les données suivantes tentent de systématiser les variables explicatives de la croissance de la population du pays sélectionné.

Choisir un pays


Pour certains pays, les données ne sont disponibles qu'à partir de 1990. Dans d'autres cas, puisque les données sont incomplètes, le schéma n'a pas été généré.

Choisir une année


Cette section est en construction et en évaluation.

Sources

La totalité des données de base proviennent de la Banque mondiale, dernière édition: population de l'année de référence et l'année suivante: taux de mortalité, taux de natalité, taux de fécondité, croissance de la population. Les autres informations sont produites à partir des données précédentes.

Les statistiques relatives aux naissances et aux décès ont été obtenues en utilisant le taux de natalité et le taux de mortalité fournis par la Banque mondiale. Les données divergent d'une manière marginale de certaines données qu'on peut retrouver dans des annuaires non-standardisés.
Les projections de population ont été établies selon un modèle linéaire simple. Le scénario A est bâti à partir de la période 2004-2008; le scénario B est bâti sur la période 1998-2008.

Les projections sont difficiles en particulier du fait des variations, souvent importantes, du solde migratoire. Les variations quant à la croissance naturelle de la population sont plus faciles à estimer.

Tunisie

2005

La croissance de la population est positive. En 2005, la population a cru de 98 900 habitants selon les données de la Banque mondiale.

Cette variation de population est attribuable davantage à la croissance naturelle (114%) qu'au solde migratoire (-14%), lequel est obtenu en prenant en compte la différence entre les entrées (immigration) et des sorties (émigration).

Le taux de fécondité -nombre moyen d'enfants mis au monde par femme en âge de procréer- est de 2,04. Généralement, pour assurer le simple remplacement des générations le taux de fécondité doit être de l'ordre de 2,05 enfants. Le taux de fécondité explique largement le taux de natalité qui s'établit dans ce pays (2005) à 17,1, soit le nombre de naissances pour 1000 habitants. L'allongement de la durée de vie est un facteur important de la croissance démographique. Le taux de mortalité (5,9 - nombre de décès pour 1000 habitants) et le taux de natalité nous ont permis ici d'estimer le nombre de décès et le nombre de naissances. Ces deux dernières estimations permettent d'établir la croissance naturelle de la population de ce pays.

Le solde migratoire est ici une estimation fondée sur la différence entre la croissance naturelle et la croissance totale de la population.

La croissance naturelle et le solde migratoire sont les deux sources de la croissance totale de la population (0,99). Cette dernière donnée peut présenter des différences, souvent faibles, avec le taux de croissance officiellement enregistré par la Banque mondiale (0,97).
Population totale
Taux de croissance annuelle
Taux de natalité (pour 1000 habitants)
Taux de mortalité (pour 1000 habitants)
Taux de fécondité (par femme)
Évolution de l'IDH (Indicateur de développement humain)
Personnes nées à l'extérieur du pays en % de la population totale
 Dir: Jean-Herman Guay Faculté des lettres et sciences humaines       Version 9.6 2014    ©Tous droits protégés     Bilan du siècle   Dimension