25 novembre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

14 septembre 2010

Fin d'un long silence entre Israéliens et Palestiniens à Washington


Louis-Philippe Morneau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2020
Élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis

septembre
2020
Dépassement du million de personnes décédées des suites de la covid-19

mai
2020
Premier vol spatial habité pour l’entreprise américaine SpaceX

mai
2020
Mort violente de George Floyd et émeutes aux États-Unis

mars
2020
Dévoilement d’un plan de stimulation économique de 2 trillions de dollars aux États-Unis

février
2020
Accord de paix conditionnel en Afghanistan entre les États-Unis et les talibans

janvier
2020
Annonce d’un plan de paix des États-Unis dans le différend israélo-palestinien

janvier
2020
Accord commercial préliminaire entre les États-Unis et la Chine

janvier
2020
Assassinat du général iranien Qassem Soleimani

décembre
2019
Vote de la Chambre des représentants pour la destitution du président des États-Unis

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

Le 2 septembre 2010, à Washington, ont débuté de nouvelles négociations pour le processus de paix au Proche-Orient. Ce processus, qui dure de façon épisodique depuis 17 ans, fut une lutte pour bien des présidents américains (1). Ne voulant pas faire exception, Barack Obama tente de laisser sa marque dans ce dossier. Depuis l'intervention à Gaza, en 2008, le chef de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, avait refusé tout contact direct avec le gouvernement de Benjamin Netanyahou, même si ce conflit a eu lieu sur un territoire contrôlé par le Hamas (2). Pour pallier à ce silence diplomatique, le président américain Barack Obama avait soumis l'idée de pourparlers indirects. Son envoyé spécial, l'ex-sénateur George Mitchell, a fait la navette entre Washington, Jérusalem et Ramallah pendant un an et demi pour permettre la tenue de cette nouvelle initiative (3).

Les négociations portent essentiellement sur la question de la création d'un État palestinien et de la construction d'une paix durable entre Israéliens et Palestiniens. Ce processus pourrait engendrer la fin de l'occupation des territoires palestiniens qui dure depuis 1967.

Sécurité et reconnaissance pour Israël

Les doléances palestiniennes font régulièrement les manchettes, mais Israël n'est pas prêt à les reconnaître à n'importe quel prix. Une résolution durable du conflit ne pourra être atteinte, selon les mots de M. Netanyahou : «qu'avec des concessions mutuelles et douloureuses des deux côtés » (4).

Parmi les exigences israéliennes, on retrouve d'abord la demande d'une plus grande coopération sur les enjeux de sécurité afin qu'Israël augmente et consolide la sécurité de ses frontières pour les rendre défendables (5). Cette sécurisation passe selon Israël par une démilitarisation de l'État palestinien (6).

Israël revendique également une reconnaissance de la part de la Palestine de l'État d'Israël comme État Juif. Cette demande en est une « idéologique » (7). Elle se veut une affirmation de la légitimité du peuple juif à avoir un État nation et de son droit à vivre sur ce territoire historique. Selon l'ambassadeur israélien à Washington, cette revendication a également pour but de réduire le climat de haine qui existe, car elle se veut un message afin qu'arrête l'enseignement dans les foyers palestiniens qu'Israël n'a pas le droit d'exister (8).

Mahmoud Abbas a émis certaines inquiétudes sur la question de la reconnaissance d'Israël comme État juif. Il craint que, par la suite, Israël considère les non-juifs sur son territoire comme des citoyens illégaux, ou de deuxième classe, et qu'il refuse le retour des réfugiés arabes sur le territoire d'Israël (9).

Perceptions partagées de ce nouveau processus

Les médias ont réagi de façon mitigée à cette première rencontre. Le scepticisme semble avoir dominé les réactions.

Le professeur Vincent Romani affirme que l'un des problèmes les plus importants de ce processus de paix est qu'il n'est pas impartial en raison de la trop grande asymétrie entre les partis en présence (10). D'un côté, Israël est un État reconnu et fort de sa position. De l'autre, l'Autorité palestinienne qui est en crise de légitimité et continue d'exister grâce à la volonté d'Israël et de la communauté internationale. Il s'agit, selon lui, d'une asymétrie médiatique, diplomatique et protocolaire (11).

L'un des aspects marquants de la perception des négociations est que, peu importe l'issue, Netanyahou en sortira gagnant et Abbas perdant. Si Israël parvient à un accord, Netanyahou sera considéré comme un personnage de marque du processus de paix et, si jamais les négociations achoppent, les Israéliens mettront la faute sur les Palestiniens (12). Tandis que, si une entente est conclue, Mahmoud Abbas sera largement critiqué par les islamistes radicaux tels le Hamas. Alors que, si les négociations échouent, il sera accusé d'avoir été naïf de collaborer avec les Israéliens et les Américains (13).

Malgré le scepticisme qui règne autour de la question, George Mitchell reste optimiste en se basant sur son expérience de paix en Irlande du Nord. Il affirme : «En Irlande du Nord, nous avons eu 700 jours d'échec et un jour de succès» (14).

Les pourparlers se poursuivent les 14 et 15 septembre à Charm el Cheik, en Égypte, où les protagonistes se rencontreront de nouveau pour une autre session de négociation. Ces rencontres devraient se répéter toutes les deux semaines pendant un an (15).




Références:

(1) THE ECONOMIST. « The president and the peace process » 26 août 2010, [En ligne], http://www.economist.com/node/16889251, page consultée le 13 septembre 2010.

(2) MARCOVITCH, Aude. « Les États-Unis mettent Abbas et Netanyahou dos au mur », Libération, no. 9105, 21 août 2010, p. 5

(3) Loc. cit

(4) MILLOT, Lorraine. « Netanyahou et Abbas prêts à se revoir », Libération, 3 septembre 2010, [En ligne], http://www.liberation.fr/monde/0101655654-netanyah... page consultée le 13 septembre

(5) RDI. « Entrevue avec le politologue spécialiste du Moyen-Orient Sami Aoun », 2 septembre 2010, [En ligne], http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#u... page consultée le 13 septembre 2010 (7 minutes 2 secondes)

(6) OREN, Michael. « Reason for Optimism in Mideast Peace Talks », 2 septembre 2010, [En ligne], Real Clear World, http://www.realclearworld.com/articles/2010/09/02/... page consultée le 13 septembre 2010.

(7) RDI. Op. cit.

(8) OREN, Michael. Op. cit.

(9) KEINON, Herb, TOAMEH, Khaled Abu et KRIEGER, Hilary. « In New Year plea, Obama urges Israel, PA to push ahead », Jerusalem Post, 8 septembre 2010, [En ligne], http://www.jpost.com/Home/Article.aspx?id=187492, page consultée le 13 septembre 2010.

(10) ROMANI, Vincent. «Occulter une asymétrie infinie», Le Devoir, 1er septembre 2010, p. A9

(11) Loc. cit.

(12) MALLEY Robert et AGHA, Hussein. «Abbas à qui gagne perd, Netanyahou à qui perd gagne», Le Monde, 11 septembre 2010, p. 18

(13) Loc. cit.

(14) MILLOT, Lorraine. op. cit.

(15) REUTERS. « Israël-Palestine : Nouvelle rencontre Netanyahou/Abbas le 14 et 15 septembre en Égypte », 3 septembre 2010, [En ligne], http://www.lexpress.mu/story/15192-israel-palestin... page consultée le 13 septembre 2010.

Dernière modification: 2010-10-19 08:29:27

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019