31 octobre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

17 septembre 2005

Élections en Nouvelle-Zélande : l'attente se prolonge


Pauline Heitz
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mars
2019
Attentats terroristes en Nouvelle-Zélande

décembre
2016
Démission du premier ministre de la Nouvelle-Zélande, John Key

novembre
1993
Tenue d'un référendum sur le mode de scrutin en Nouvelle-Zélande

novembre
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

décembre
1959
Signature d'un traité international protégeant l'Antarctique

septembre
1954
Création de l'Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est

mai
1953
Ascension du mont Everest par Edmund Hillary et Tensing Norgay

septembre
1951
Signature du traité de l'ANZUS à San Francisco

juillet
1951
Lancement du plan de Colombo

novembre
1949
Élection du Parti national de Sidney Holland en Nouvelle-Zélande

Le 17 septembre 2005, les Néo-Zélandais connaissent les élections législatives les plus serrées de leur histoire : sur 122 sièges au Parlement, 50 sont attribués aux travaillistes et 49 aux conservateurs. En effet, le Parti travailliste de la première ministre sortante, Helen Clark, obtient 40,6% des voix contre le Parti conservateur de Don Brash qui totalise 39,7% des voix.

Les votes des Néo-Zélandais vivant à l'étranger et des personnes inaptes n'ont pas été encore comptabilisés, ainsi, le résultat final ne sera connu qu'au début du mois d'octobre.

Dans l'optique d'un gouvernement de coalition, les deux principaux partis devront séduire les autres candidats, qui totalisent ensemble 23 sièges, pour diriger l'État.

Bilan d'une campagne En lice pour un troisième mandat consécutif, la première ministre et son équipe ont souligné les succès de leur gouvernement. L'augmentation des allocations familiales et une réforme des retraites ont été accueillis favorablement par l'opinion publique. La Nouvelle-Zélande a également fait sa place sur la scène internationale obtenant, entre autres, les éloges de l' Organisation de coopération et de développement économiques ( OCDE ) pour son taux de croissance de 4 % et son taux de chômage de 3,9 %.

Pour Don Brash, ancien gouverneur de la banque centrale, ce bilan est le fruit de trop lourds impôts qu'il promet de baisser de plus de 10 % s'il est élu. Ces propos tenus lors de la campagne électorale ont d'ailleurs fait basculer les intentions de votes en faveur du chef de l'opposition conservatrice.

Autre sujet de mésentente, le non engagement en Irak. Contrairement à son voisin, l'Australie, la Nouvelle-Zélande a refusé l'envoi de troupes en Mésopotamie pour aider les membres de la coalition dirigée par les États-Unis. Pour le Parti conservateur, cette attitude a été néfaste pour l'image du pays auprès de ses partenaires économiques.

Les Maoris : une minorité au c?ur de la campagne En 2003, la communauté maorie a gagné un procès l'autorisant à déclarer les fonds marins et les littoraux comme appartenant à ses terres ancestrales. Don Brash a qualifié cette sentence de « une dérive dangereuse vers le séparatisme racial (1) ». Ainsi, les conservateurs souhaitent supprimer « de la législation les dispositions discriminatoires (2) ».

Face à cette question, les deux partis politiques maoris ont adopté des lignes de conduites différentes. Hone Harawira, codirigeant du Parti maori, a qualifié ces propos de « racistes (3) »; tandis que Winston Peters, dirigeant du parti Nouvelle-Zélande d'abord (New-Zealand First), souhaite que les membres de sa communauté soient traités de la même manière que les Néo-Zélandais d'origine européenne.

Ces deux partis, ainsi que le Parti vert, devraient déterminer l'issue de cette élection en se ralliant à l'un des deux grands partis pour former un gouvernement de coalition.

Malgré le bon bilan affiché par le gouvernement de Helen Clark, le Parti conservateur a séduit des millions d'électeurs ;ainsi, les élections législatives sont plus que serrées.




Références: Site de Radio-Canada, http://www.radio-canada.ca/nouvelles/ Site du New-Zealand Labour Party, http://labour.org.nz/policy/index.html Site du National Party, http://www.national.org.nz/About/vision.aspx
... Tim « Élections sur fond de polémique raciale », Courrier International,(Paris), no 776, 15 sept.2005

(2) ibid.

(3) ibid.

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019