10 juillet 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

18 janvier 2011

La première présidente brésilienne assermentée dans un esprit de continuité


Mathilde Beauchemin
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mai
2020
Démission du ministre de la Santé au Brésil

octobre
2018
Élection de Jair Bolsonaro à la présidence du Brésil

avril
2018
Arrestation de l’ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva

août
2016
Destitution de la présidente brésilienne Dilma Rousseff

août
2016
Ouverture des Jeux olympiques de Rio de Janeiro

octobre
2014
Réélection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

juin
2013
Manifestations d'envergure au Brésil

octobre
2010
Élection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

juillet
2007
Présentation de la journée Live Earth

octobre
2006
Réélection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

mai
2006
Rébellion simultanée dans les prisons de Sao Paulo, au Brésil

octobre
2002
Élection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

janvier
2001
Ouverture du premier Forum social mondial à Porto Alegre

avril
1993
Tenue d’un référendum sur le régime et le système politique au Brésil

décembre
1992
Démission du président brésilien Fernando Collor

octobre
1992
Émeute dans la prison Carandriu de Sao Paulo, au Brésil

juin
1992
Ouverture du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro

mars
1991
Signature du traité menant à la création du Mercosur

janvier
1985
Élection de Tancredo Neves à la présidence du Brésil

Le 1er janvier 2011, après deux mandats consécutifs, l'ex-président brésilien Lula Da Silva a cédé les rênes du pouvoir à sa dauphine Dilma Rousseff. C'est devant le Parlement situé à Brasilia que la première femme à avoir remporté la présidence du pays, en octobre 2010, a été assermentée et a livré son premier discours en tant que chef du pays.

Une femme politiquement engagée

Bien que peu connue du public avant l'élection présidentielle de 2010, la nouvelle présidente n'en est toutefois pas à sa première expérience en politique [1]. Dès l'âge de 20 ans, alors qu'elle étudie en économie à l'université, cette dernière devient membre de Politica operaria, une organisation de gauche militant contre la dictature militaire en place depuis 1964. Elle prend part à cette formation, qui sera renommée ultérieurement l'Avant-garde révolutionnaire, jusqu'en 1970, date à laquelle elle est arrêtée, torturée et emprisonnée par les forces policières du régime. Dilma Rousseff est libérée trois années plus tard [2].

À la suite de sa libération, Dilma Rousseff termine ses études en économie et travaille dans le domaine administratif. Puis, dans les années 1980, elle se consacre à la remise sur pied du Parti travailliste démocratique, un parti de gauche populiste [3]. Ce n'est qu'en 2000 qu'elle joint les rangs du Parti des travailleurs, une autre formation de gauche. Lorsque le chef Lula Da Silva est élu président du Brésil en 2002, il nomme Dilma Rousseff ministre des Mines et de l'Énergie [4]. L'ex-président assigne ensuite sa protégée à la fonction de chef de cabinet en 2005. Elle conserve ce poste jusqu'en 2010 [5]. Malgré ses expériences politiques au sein d'un gouvernement, il est intéressant de noter qu'avant d'être élue présidente, Dilma Rousseff n'avait « jamais occupé de poste électif » [6].

Des objectifs importants pour le pays

Successeure et protégée de Lula Da Silva, Dilma Rousseff n'entend pas utiliser son mandat afin de rompre avec les ambitions de son prédécesseur. Au contraire, elle souhaite continuer dans la direction tracée par ce dernier. C'est donc dans cet ordre d'idées que la première priorité ciblée lors de son discours d'assermentation a été de mettre fin à la pauvreté extrême. Il importe de souligner que durant son règne, l'ex-président « a réussi à sortir 10% de la population de la pauvreté » [7]. Cependant, à l'aube de 2011, on compte toujours un autre 10% de citoyens brésiliens, soit près de 20 millions de personnes, vivant sous le seuil de la pauvreté [8].

Le deuxième objectif visé par la présidente est l'amélioration de l'économie du pays. Le grand défi est d'abord de maintenir la croissance de ce « pays en plein miracle économique » [9], un autre legs de Lula Da Silva. Pour ce faire, Dilma Rousseff compte mettre en oeuvre trois mesures principales. La maîtrise de l'inflation, située à 5,4%, est l'une de celles-ci [10]. Une diminution des dépenses de l'État, qui est aux prises avec un déficit budgétaire se chiffrant à 2,36%, est un deuxième moyen proposé [11]. Elle prévoit enfin aller de l'avant avec une réforme fiscale, réforme « que Lula a évité d'entreprendre » [12]. Cette dernière mesure pourrait lui permettre de se différencier quelque peu de son prédécesseur.

Parmi les objectifs énoncés par Dilma Rousseff lors de son discours d'assermentation figurent également la volonté de réformer le système électoral, ainsi que celle d'augmenter la protection des personnes moins nanties, notamment par la mise en place de davantage de programmes sociaux [13].

Finalement, il sera intéressant de voir sur quelle note se conclura son premier mandat, car si Dilma Rousseff désire se représenter à la présidence du pays elle pourrait avoir à faire face à un possible « retour sur la scène politique » [14] de Lula Da Silva en 2014.




Références:

1- CARPENTIER, Steve. « Portrait : L'héritière de Lula devient la première présidente du Brésil », La Croix, 2 novembre 2010, p.7.

2- GYLÉN, Axel. « Dilma Rousseff : Il était une fois la révolution », L'Express, 5 janvier 2011, p. 30-33.

3- RADIO-CANADA. « Lula: Le métallo président », [En ligne], pas de date spécifiée, http://www.radio-canada.ca/nouvelles/dossiers/lula... (consultée le 9 janvier 2011)

4- CARPENTIER, Steve. Op. Cit.

5- BBC. « Brazil country profile », [En ligne], 2 novembre 2010, http://news.bbc.co.uk/2/hi/americas/country_profil... (consultée le 9 janvier 2011)

6- AGENCE FRANCE-PRESSE. « Dauphine de Luis Inacio Lula Da Silva ? Dilma Rousseff, première femme présidente du Brésil », Le Devoir, [En ligne], 1er novembre 2010, http://www.ledevoir.com/international/amerique-lat... (consultée le 9 janvier 2011)

7- LARTIGUE, Aurore. « L'économie brésilienne, une priorité pour Dilma Rousseff », La Croix, 3 janvier 2011, p. 12.

8- DURAUD, Bernard. « Chassé-croisé présidentiel à Brasilia », L'Humanité, [En ligne], 3 janvier 2011, http://humanite.fr/02_01_2011-chass%C3%A9-crois%C3... (page consultée le 9 janvier 2011)

9- LARTIGUE, Aurore. Op. Cit.

10- OUALALOU, Lamia. « Au Brésil, Dilma Rousseff veut éradiquer la pauvreté », Le Figaro, 3 janvier 2011, p. 8.

11- LARTIGUE, Aurore. Op. Cit.

12- DURAUD, Bernard. Op. Cit.

13- DURAUD, Bernard. « Dilma Rousseff : Une femme de l'ombre en pleine lumière », L'Humanité, [En ligne], 3 janvier 2011, http://humanite.fr/02_01_2011-dilma-rousseff-une-f... (page consultée le 7 janvier 2011).

14- RADIO-CANADA. « Dilma Rousseff, de guérillera à présidente », [En ligne], 1er janvier 2011, http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International... (page consultée le 8 janvier 2011).

Dernière modification: 2011-01-24 12:38:14

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019