30 octobre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

19 février 2006

Corruption au Kenya : Démission des ministres de l'Éducation et de l'Énergie


Francis Lord
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

février
2008
Signature d'un accord de paix au Kenya

décembre
2002
Élection de Mwai Kibaki à la présidence du Kenya

août
1998
Bombardement des États-Unis en territoire afghan et soudanais

juillet
1985
Ouverture d'une conférence internationale sur les femmes à Nairobi

août
1978
Décès du président kényan Jomo Kenyatta

octobre
1969
Interdiction du Kenya People's Union par le président Jomo Kenyatta

décembre
1963
Proclamation de l'indépendance du Kenya

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

octobre
1952
Proclamation de l'état d'urgence au Kenya à la suite de la révolte des Mau-Mau

Le ministre de l'Éducation, George Saitoti, et le ministre de l'Énergie, Kiraitu Murungi, ont été forcés de démissionner suite aux nouvelles révélations d'une commission parlementaire sur la corruption au Kenya. La nouvelle a été annoncée le 13 février par le président du Kenya, Mwai Kibaki.

Arrivé à la tête du pays en 2002, celui-ci s'était donné comme résolution de corriger le régime de corruption qui impliquait plusieurs proches de l'ancien président Daniel arap Moi.

M. Saitoti est, pour sa part, impliqué dans l'affaire Goldenberg International, un scandale dont le Kenya fut profondément entaché. La Banque du Kenya aurait effectué des paiements non autorisés au début des années 1990 à des personnalités politiques du pays. Une commission d'enquête est en cours à Londres, en partie pour faire la lumière sur cette affaire. Les quelques 600 millions de dollars américains détournés étaient supposément destinés à l'exportation d'or et de diamants.

M. Murungi, à qui l'on reproche d'avoir empêché des recherches concernant le trafic de plusieurs passeports infalsifiables, une histoire de 100 millions de dollars américains, a aussi démissionné du cabinet de M. Kibaki. L'ancien ministre des Finances, David Mwiraria a lui aussi quitté récemment suite à cette même affaire.

Kibaki a dû accepter la décision de ses deux proches ministres, étant donné la forte pression que l'opposition faisait subir sur le gouvernement relativement à la corruption à l'intérieur du pays. Le président dit reconnaître qu'il en est mieux ainsi pour assurer le bon fonctionnement de l'enquête, rappelant par le fait même sa volonté d'enrayer les scandales au Kenya (1).




Références:

(1) Panapress. « Démission de ministres kenyans sur fond de campagne anti-corruption». Mardi 14 février 2006. http://www.afrik.com/article9468.html. (page consultée le 15 février 2006).

MULAMA, Joyce. « Cette fois-ci, la marche va continuer ». Inter Press Service. http://fr.allafrica.com/stories/200602160670.html. 16 février 2006. (page consultée le 23 février 2006)

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019