25 novembre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

14 février 2012

Lobby américain: Boeing joue pour beaucoup à Washington


Charles Boulanger Lavoie
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2020
Élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis

septembre
2020
Dépassement du million de personnes décédées des suites de la covid-19

mai
2020
Premier vol spatial habité pour l’entreprise américaine SpaceX

mai
2020
Mort violente de George Floyd et émeutes aux États-Unis

mars
2020
Dévoilement d’un plan de stimulation économique de 2 trillions de dollars aux États-Unis

février
2020
Accord de paix conditionnel en Afghanistan entre les États-Unis et les talibans

janvier
2020
Annonce d’un plan de paix des États-Unis dans le différend israélo-palestinien

janvier
2020
Accord commercial préliminaire entre les États-Unis et la Chine

janvier
2020
Assassinat du général iranien Qassem Soleimani

décembre
2019
Vote de la Chambre des représentants pour la destitution du président des États-Unis

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

Boeing est le second plus grand constructeur aéronautique mondial (sous l'European Aeronautric Defender Space Company (EADS)) et le plus important aux États-Unis. Cet avionneur gagne depuis quelque temps d'importants contrats avec le Département de la défense américaine, devançant les autres compagnies nationales ou européennes (1). Le Pentagone affirme pourtant que ses choix, faits par appel d'offres pour ses contrats, sont impartiaux et qu'aucune des entreprises candidates n'est avantagée sur une autre (2).

Un réel parti pris

L'impartialité du gouvernement américain est remise en cause par Louis Gallois, chef de l'exécutif de l'EADS. M. Gallois sous-entend que le contrat concernant les avions ravitailleurs pour l'US Air Force, au début de 2011, a été à l'avantage de Boeing malgré qu'EADS ait été favori dans la course en raison de son avancée dans le projet (3).

EADS, avec son « ailier » Airbus, luttait contre Boeing depuis 10 ans pour l'obtention de ce contrat. C'est ce dernier qui l'emporte pour un coût de 30 milliards de dollars pour le renouvellement de 179 appareils militaires (4). M. Gallois n'obtiendra pas de réponses claires de la part du Département de la défense quant à savoir les raisons qui ont favorisé Boeing (5).

L'Organisation mondiale du commerce (OMC) et l'Union européenne (UE) dénoncent Washington d'avoir finalement pris parti et versé des subventions illégales - aux yeux du commerce international - à Boeing pour recherche et développement (6). Selon le journal Le Monde, on peut comprendre cette forme de protectionnisme américain. Les élus au Congrès des États de Washington, du Kansas, du Missouri, de la Caroline du Sud et du Michigan sont confiants envers Boeing et les 50 000 emplois que garantit l'avionneur. Boeing possède déjà des installations dans ces États. Il est donc normal que les politiciens aient influencé la décision finale (7).

Boeing près de la Maison blanche

Boeing s'est même immiscé dans les relations étrangères du gouvernement américain. La compagnie garde une place privilégiée auprès des relations économiques développées par Washington.

En novembre 2011, lors du sommet de l'Asie orientale auquel participaient les États-Unis, le président Barack Obama a présidé la signature d'un contrat de livraison d'avions civils entre Boeing et la compagnie aérienne indonésienne, Lion Air (8). Un contrat d'une valeur de 35 milliards de dollars (9). Il s'agit de l'un des plus importants échanges commerciaux entre les États-Unis et la région. Les retombées économiques pour l'État américain seront importantes et Washington s'en félicite (10).

Doublant maintenant les Européens en Asie du Sud-est, Boeing est le plus important joueur dans la région. Les contrats sont florissants en raison des besoins grandissants des pays émergents. Il en va de même pour les pays du golfe comme l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. À l'exception du populaire A-380 d'Airbus, ces États, très près de Washington, favorisent Boeing dans le renouvellement de leur flotte commerciale et militaire (11).

EADS et Airbus restent d'importants joueurs avec près de la moitié des achats pour le domaine civil et un peu moins de la moitié pour les contrats militaires. Les recettes du géant américain restent supérieures en tout point à celles des Européens (12).

À l'intérieur même de l'État

Il existe un fort lobby du secteur privé au sein du gouvernement américain. Boeing n'y échappe pas et verse d'importantes contributions aux politiciens fédéraux. Aux élections de mi-mandat de 2010, c'est 2,2 millions de dollars qui ont été offerts par la compagnie aux candidats (13). De plus, même le président de la commission parlementaire sur les forces armées a reçu 87 000 $ en contribution, plaçant Boeing troisième après Lockheed Martin (constructeur du F-35) pour 185 000 $ et Northrop Grumman (constructeur du bombardier B-2) pour une contribution de 159 000 $ (14).

Non seulement un « career contributor (15)» auprès de certains hommes politiques, Boeing trouve une place au département de la défense. Le 30 décembre 2011, Boeing a gagné le contrat de 3,48 milliards de dollars du Pentagone pour le système de défense antimissiles intercontinentaux ou « bouclier antimissile » (16). D'une durée de 7 ans, ce contrat permettra à la compagnie de rester en tête dans la fourniture de système de défense. Position que garde Boeing depuis 2001 (17).




Références:

1. Reuters, « Boeing rafle le contrat du siècle de l'armée américaine », La Tribune.fr, 25 février 2011, [en ligne] http://www.latribune.fr/entreprises-finance/indust... (page consultée le 12 février 2012)

2. AFP, « Ravitailleurs : choix impartial (USA) », Le Figaro économie, 8 février 2011, [en ligne] http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/02/08/97002-... (page consultée le 12 février 2012)

3. Le Monde, « Louis Gallois déçu d'avoir perdu le contrat des avions ravitailleurs », 25 février 2011, [en ligne] http://www.lemonde.fr/economie/article /2011/02/2... (page consultée le 12 février 2012)

4. Ibid.

5. Ibid.
7. Le Monde, Op. Cit.

8. Le Monde, « Obama à Bali : contrat du siècle pour Boeing », 18 novembre 2011, [en ligne] http://clesnes.blog.lemonde.fr/2011/11/18/obama-a-bali/ (page consultée le 12 février 2012)

9. Le Figaro, « Zoom... », Le Figaro Économie, 18 novembre 2011.

10. Ibid.

11. Ibid.

12. Le Monde, « Le Sud-est asiatique est le nouvel eldorado des constructeurs d'avions », Le Monde Économie, 14 février 2012.

13. PETERSON Brianna, « Boeing's Influence Soars, Right-to-carry Gun Bill Attracts, Lobbyists and More in Capital Eye Opener », Open Secrets Blog, 18 novembre 2011, [en ligne] http://www.opensecrets.org/news/2011/11/boeings-in... (page consultée le 12 février 2012)

14. Open Secrets Blog, « Top Contributors for Representative Howard P (Buck) Mckeon », Open Secrets Blog, [en ligne] http://www.opensecrets.org/ politicians/contrib.p... (page consultée le 12 février 2012)

15. PETERSON Brianna, Op. Cit.

16. AFP, « Bouclier anti-missile : Boeign remporte un contrat de 3,48 milliards », La Presse, 30 décembre 2011, [en ligne] http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca /economie/... (page consultée le 12 février 2012)

17. Ibid.

Dernière modification: 2012-02-20 09:01:41

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019