28 novembre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

28 mai 2011

La redéfinition de la stratégie de sécurité nationale américaine


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2020
Élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis

septembre
2020
Dépassement du million de personnes décédées des suites de la covid-19

mai
2020
Premier vol spatial habité pour l’entreprise américaine SpaceX

mai
2020
Mort violente de George Floyd et émeutes aux États-Unis

mars
2020
Dévoilement d’un plan de stimulation économique de 2 trillions de dollars aux États-Unis

février
2020
Accord de paix conditionnel en Afghanistan entre les États-Unis et les talibans

janvier
2020
Annonce d’un plan de paix des États-Unis dans le différend israélo-palestinien

janvier
2020
Accord commercial préliminaire entre les États-Unis et la Chine

janvier
2020
Assassinat du général iranien Qassem Soleimani

décembre
2019
Vote de la Chambre des représentants pour la destitution du président des États-Unis

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

Au cours des dernières semaines, la politique étrangère américaine a été marquée par plusieurs événements majeurs dont la capture de Ben Laden et le discours du président Obama en faveur d'un règlement de la crise du Moyen-Orient. Mais plus important encore, à long terme, est le débat qui a été entamé récemment sur la nécessité de redéfinir la stratégie de sécurité nationale des États-Unis.

Le débat a été lancé avec la publication d'un article intitulé « Pour une stratégie de sécurité nationale » par le Centre d'études internationales Woodrow Wilson de l'Université Princeton. Cet article affirme le besoin pour les États-Unis de se doter d'une nouvelle stratégie nationale qui tiendrait compte, dans un monde en changement rapide et global, des défis du 21e siècle.

Écrit par des spécialistes pour des spécialistes, cet article est passé à peu près inaperçu du grand public américain et étranger. En dépit de cela, il est au centre de la réflexion entamée par l'administration Obama pour redéfinir les objectifs de la stratégie américaine à cette aube du 21e siècle et donner une nouvelle orientation à la sécurité nationale des États-Unis.

Écrit sous le pseudonyme « Monsieur Y », l'article fait une référence directe au célèbre article que George F. Kennan a publié en 1947 sous le pseudonyme de « Monsieur X ». Kennan avait alors réussi à définir avec sa politique d'endiguement de l'Union soviétique la mission des États-Unis au 20e siècle comme le leader du monde libre. Il avait fourni ainsi une stratégie pour arrêter la propagation du communisme.

La rhétorique de Monsieur Y est frappante. Au cours des deux dernières décennies, les États-Unis ont trop compté sur la puissance militaire et ont réagi de façon excessive à l'extrémisme islamique. Afin de redéfinir leur rôle dans un monde en évolution constante et maintenir leur prédominance, les États-Unis doivent donc changer leur mode de pensée.

Au coeur de l'argumentaire de Monsieur Y réside le constat que l'Amérique se trompe fondamentalement dans l'établissement de ses priorités et dans l'utilisation de ses ressources. En accordant trop d'importance aux menaces extérieures, les autorités américaines n'investissent pas suffisamment dans l'éducation et oublient que la puissance américaine réside d'abord dans la capacité des États-Unis d'affronter la compétition de ses rivaux.

L'article de Monsieur Y est lucide et courageux. D'entrée de jeu, il affirme que le complexe militaro-industriel exerce une influence trop grande sur la définition de ses priorités nationales. Il soutient que les dépenses militaires servant à maintenir des centaines de bases dans le monde et à supporter douze porte-avions et des milliers d'avions de combat reposent sur une stratégie dépassée et ont un effet contreproductif. Ce faisant, la politique extérieure des États-Unis est devenue trop militarisée.

Possibilité d'espoir

Pour Monsieur Y, la prédominance américaine découle moins de la puissance militaire que de la promotion des valeurs américaines qui ont permis aux États-Unis de devenir une grande nation. La pérennité de la prédominance américaine réside donc dans la redéfinition de ses priorités. Si la présente tangente est maintenue, les États-Unis vont connaître le même sort que les grandes puissances du passé. Par conséquent, Monsieur Y suggère des coupures importantes dans le budget de la défense et un réinvestissement majeur dans l'économie, les infrastructures, l'éducation et le développement durable.

Constatant que le monde du 21e siècle repose sur un système complexe et ouvert en constante évolution, marqué par un degré élevé d'incertitude, Monsieur Y ne succombe pas au sentiment pessimiste prévalant chez beaucoup d'Américains. Là où beaucoup voit un déclin inexorable américain, Monsieur Y perçoit une possibilité d'espoir si les États-Unis recentrent leurs objectifs. L'investissement dans le capital humain est ainsi la clef du succès futur de l'Amérique comme société compétitive et innovatrice.

Ce qui est le plus surprenant à première vue découle du fait que les auteurs de cet article ne travaillent pas au Secrétariat d'État, mais au Département de la défense. En effet, les deux auteurs de l'article sont le Capitaine Wayne Porter de la marine américaine et le colonel Mark Mykleby du corps des marines. Tous deux travaillent comme conseillers auprès de l'amiral Mike Mullen, chef d'état-major interarmes. Il est clair que cet article a vu le jour avec la sanction des plus hautes autorités militaires.

D'ailleurs, encore tout récemment, Robert Gates, secrétaire à la défense, argumentait que la voie actuelle était illogique et insoutenable. Partisan de coupures importantes dans la défense et l'augmentation du budget du secrétariat d'État, Gates affirmait que les États-Unis doivent changer de cap pour rester un État viable, crédible et fiable.

En fin de compte, l'article de Monsieur Y représente un texte incontournable pour quiconque est tant soit peu préoccupé par l'avenir des États-Unis. Nous pouvons être plus ou moins en accord avec ses conclusions, mais les arguments qui y sont avancés méritent un sérieux examen. Est-ce que l'article de Monsieur Y aura autant d'impact que l'article de Kennan? Seul l'avenir nous le dira. Mais il a tout au moins l'avantage d'ouvrir un débat non partisan sur des enjeux cruciaux pour le futur des États-Unis.



Dernière modification: 2013-03-21 15:02:04

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019