28 novembre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

4 août 2012

Un mois de juillet difficile pour Mitt Romney


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2020
Élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis

septembre
2020
Dépassement du million de personnes décédées des suites de la covid-19

mai
2020
Premier vol spatial habité pour l’entreprise américaine SpaceX

mai
2020
Mort violente de George Floyd et émeutes aux États-Unis

mars
2020
Dévoilement d’un plan de stimulation économique de 2 trillions de dollars aux États-Unis

février
2020
Accord de paix conditionnel en Afghanistan entre les États-Unis et les talibans

janvier
2020
Annonce d’un plan de paix des États-Unis dans le différend israélo-palestinien

janvier
2020
Accord commercial préliminaire entre les États-Unis et la Chine

janvier
2020
Assassinat du général iranien Qassem Soleimani

décembre
2019
Vote de la Chambre des représentants pour la destitution du président des États-Unis

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

Mitt Romney s'est assuré de la nomination républicaine à la fin de mai dernier. Grâce aux gros de bailleurs de fonds républicains, il a largement dépassé Barack Obama dans sa constitution d'une cagnotte électorale, tout en peaufinant ses attaques à l'égard du bilan économique de son adversaire démocrate. La campagne de Romney semblait bien partie. La défaite de Barack Obama devenait de jour en jour plus plausible.

Toutefois, l'annonce de la décision de la Cour suprême à la fin juin sur la légalité de la loi de santé parrainée par Obama dévoilait des failles importantes dans l'organisation de Romney. Son équipe n'a pas su adapter son discours à la nouvelle situation. À partir de là, sa campagne sembla piquer du nez.

Paradoxalement, les problèmes pour Romney ont pris leurs origines, non pas dans le camp Obama, mais chez ses propres partisans. Rupert Murdoch, le grand magnat de la presse conservatrice et propriétaire de FOX News, ouvrit le bal au début juillet en accusant Romney de s'être entouré d'amateurs. Il alla même jusqu'à proposer que le Parti républicain désigne un autre candidat contre Obama. Jack Welch, un ancien PDG de General Electric, alla dans le même sens en affirmant que le président Barack Obama sera difficile à battre à moins que Romney change son équipe.

Le Wall Street Journal publia le 5 juillet un éditorial cinglant dans lequel il reprocha à Romney d'avoir gaspillé une occasion historique par ses tergiversations sur la réforme des soins de santé. L'incapacité de Romney et des membres de son équipe de présenter la position conservatrice républicaine démontre, selon l'éditorialiste, des signes d'ineptie.

Bien plus. L'éditorialiste y percevait l'absence complète d'élaboration qui amenait Romney à diriger une campagne complètement incohérente, politiquement parlant. Si l'éditorialiste notait qu'Obama était lourdement handicapé par la faible reprise économique, il constatait aussi l'incapacité de Romney de tirer parti de cette situation.

Des secrets financiers

Entre-temps, l'équipe de réélection d'Obama prit l'offensive en dépeignant Romney comme quelqu'un qui est riche et qui n'a pas de contact avec les Américains ordinaires. Pour ce faire, le camp Obama centra d'abord ses attaques sur le manque de transparence de Romney.

La loi électorale américaine exige que les candidats divulguent leurs revenus de l'année précédant une élection. C'est ce que fit Romney en janvier. Toutefois, le père de Romney avait déposé ses revenus pour une période de 12 ans en 1968. Il ouvrait ainsi une tradition. Le camp Obama en profita donc pour marteler la question pendant plusieurs jours.

En dépit de la recommandation de plusieurs dirigeants conservateurs, Romney refusa de publier ses déclarations de revenus avant 2010. Pourtant, la publication de ces déclarations sur dix ou douze ans n'aura fait la manchette que pendant une journée ou deux. Pourquoi Romney ne veut-il toujours pas encaisser le coup? Plusieurs commentateurs républicains se demandent ce que Romney cherche à cacher.

Ce refus amena le Washington Post et le Boston Globe à pousser plus à fond leurs enquêtes. Ces dernières dévoilent non seulement comment Romney a réussi à constituer sa fortune en profitant au maximum des échappatoires fiscales, mais aussi en transférant ensuite ses avoirs dans des paradis fiscaux et en Suisse pour éviter de payer des impôts.

Mais Romney a une autre raison. Le Washington Post démontre que Bain Capital, la compagnie fondée par Romney en 1984, n'a pas été une source de création d'emplois comme Romney le prétend. C'est même le contraire. Spécialisée dans la restructuration d'entreprises, Bain Capital a largement investi dans des compagnies qui acceptaient de se délocaliser en Chine ou en Inde où elles trouvaient des employés à bas salaires.

Le mythe de Romney comme sauveur d'entreprises était ainsi mis à nu.

Une série de gaffes

Les problèmes de Romney ne s'arrêtèrent pas là. À la mi-juillet, il s'adressa au NAACP, l'assemblée annuelle de la principale organisation des minorités américaines. Si son allocution fut huée, comme cela était anticipé, les commentateurs conservateurs reprochèrent à Romney de ne pas avoir profité de l'occasion pour défendre ouvertement leur programme.

Comme Barack Obama l'avait fait en 2008, Romney décida d'effectuer un voyage en Angleterre, en Israël et en Pologne à la fin juillet pour démontrer sa capacité de représenter les États-Unis à l'étranger et d'être commandant en chef. Or, contrairement à Obama, le voyage de Romney fut du début à la fin une comédie d'erreurs diplomatiques.

Voici quelques-unes de ses gaffes. Après avoir insulté les Britanniques sur leur manque de préparation quant à l'organisation des Olympiques, il offensa les Palestiniens en expliquant leur niveau de pauvreté par rapport aux Israéliens par un manque de dynamisme économique. Il prononça des inepties ensuite devant la Knesset en félicitant les Israéliens pour avoir construit les pyramides. Finalement, il montra un manque élémentaire de connaissance des coutumes juives kasher en offrant au premier ministre Benjamin Netanyahu comme cadeaux un pain au jambon au miel et un gâteau au fromage. Ce dernier ordonna discrètement de détruire ces cadeaux.

Le camp Obama s'est empressé de tirer profit des déboires des dernières semaines de la campagne de Romney. Heureusement pour le candidat républicain, l'élection présidentielle n'est que dans trois mois.

Romney a encore amplement de temps pour se reprendre, polir son image présidentielle et faire oublier les gaffes comme celles qui ont marqué le dernier mois.

S'il réalise cet objectif, Romney sera alors en mesure de s'assurer que l'élection sera déterminée par la situation économique des États-Unis, une question sur laquelle le président Obama est très vulnérable. Les derniers sondages montrent que les élections présidentielles de 2012 seront très serrées. Romney peut encore l'emporter.



Dernière modification: 2013-03-19 08:20:32

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019