1 décembre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

10 mai 2014

Combat commun pour la gauche et la droite?


Khalid Adnane
économiste,
enseignant à l'École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2020
Élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis

septembre
2020
Dépassement du million de personnes décédées des suites de la covid-19

mai
2020
Premier vol spatial habité pour l’entreprise américaine SpaceX

mai
2020
Mort violente de George Floyd et émeutes aux États-Unis

mars
2020
Dévoilement d’un plan de stimulation économique de 2 trillions de dollars aux États-Unis

février
2020
Accord de paix conditionnel en Afghanistan entre les États-Unis et les talibans

janvier
2020
Annonce d’un plan de paix des États-Unis dans le différend israélo-palestinien

janvier
2020
Accord commercial préliminaire entre les États-Unis et la Chine

janvier
2020
Assassinat du général iranien Qassem Soleimani

décembre
2019
Vote de la Chambre des représentants pour la destitution du président des États-Unis

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

Le débat sur les inégalités a toujours fasciné les intellectuels qu'ils soient de gauche ou de droite. Mais dans les dernières années, il s'est imposé avec une plus grande acuité. En effet, plusieurs forums et colloques ont été organisés autour de ce débat et de nombreuses publications y ont été consacrées.

Un rapport saisissant

Tout juste cette semaine, l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) a publié un rapport sur cette question intitulé Rendre la croissance plus inclusive pour améliorer le bien-être et renforcer l'économie. On y souligne, une fois de plus, que les disparités entre riches et pauvres se sont creusées fortement dans les quelque 30 dernières années. Résultat : la classe moyenne, qui a toujours constitué un levier de premier plan pour assurer la croissance économique, subit une érosion continue dans plusieurs pays de l'OCDE, notamment les États-Unis, le Canada, le Danemark et la France.

Ainsi, les retombées de la croissance économique durant cette période n'ont visiblement pas bénéficié à tout le monde : les citoyens les plus fortunés se sont accaparé une proportion beaucoup plus significative des fruits de cette croissance. Plus spécifiquement, le revenu moyen des 10 % les plus riches qui, au début des années 1980, était sept fois supérieur à celui des 10 % les plus pauvres est rendu maintenant 9,5 fois supérieur. C'est aux États-Unis qu'on observe le plus haut ratio, soit 14 pour un. C'est aussi dans ce pays que l'écart s'est le plus creusé : les 1 % les plus fortunés se sont approprié 47 % de la croissance totale de la richesse. Au Canada, la part monopolisée par cette tranche de la population a été de 37 % durant cette même période.

Plus encore, depuis l'éclatement de la grave crise financière de 2008, cet écart entre riches et pauvres tend à s'accentuer davantage. Plusieurs facteurs expliquent cette tendance, mais il y en a un qui ressort clairement : il s'agit des rémunérations mirobolantes versées dans le secteur de la finance et les bonus qui les accompagnent très souvent.

Seule bonne nouvelle, dans les pays émergents, l'écart entre riches et pauvres semble s'amenuiser et la classe moyenne s'élargit davantage, même si celle-ci demeure très volatile et qu'elle soit définie sur la base d'une fourchette de revenus très élastique : de 10 $ à 100 $ par jour et per capita.

Davos et le FMI

L'OCDE n'est pas la seule à s'inquiéter de ce fossé qui sépare de plus en plus les riches des pauvres. Le célèbre - et très libéral - Forum économique mondial de Davos (WEF), sommet qui réunit annuellement les grands maîtres du monde sur le plan politique et sur le plan économique, s'en préoccupe aussi. Déjà l'année dernière, ce forum (longtemps associé à la défense des intérêts du monde des affaires) avait mis à l'agenda de ses travaux le thème des inégalités croissantes entre les riches et les pauvres et l'avait posé comme un défi crucial pour l'économie mondiale dans les années à venir. Mais, cette année, il va encore plus loin en qualifiant les inégalités croissantes entre riches et pauvres de menaces qui représentent « le risque susceptible de provoquer les dégâts les plus graves dans le monde au cours de la prochaine décennie ». Cette inquiétude est partagée aussi par le Fonds monétaire international (FMI) qui, à travers sa directrice générale, Christine Lagarde, estime que cette disparité croissante entre les revenus des plus riches et ceux des plus pauvres représentera un handicap majeur pour la stabilité et la durabilité de la croissance économique mondiale.

Réalisme oblige

C'est bien dire que cette lutte aux inégalités n'est plus exclusive à la gauche et qu'elle est maintenant partagée aussi par la droite, même si les motivations demeurent formellement différentes. Du côté de la gauche, on continue à voir dans cette lutte aux inégalités une autre tentative de régulation du système économique capitaliste. Du côté de la droite, on semble épouser cette cause plutôt par réalisme, pour ne pas dire par dépit. La position de l'OCDE est claire à cet égard : « Les inégalités ébranlent les sociétés et sont néfastes pour les économies. C'est l'un des défis les plus urgents auxquels nous sommes confrontés [et] un impératif non seulement moral, mais aussi économique ».

Ainsi, on voit bien que la conversion soudaine de la droite à la lutte aux inégalités est un calcul rationnel bien défini : un mariage de raison bien plus qu'un mariage de coeur!



Dernière modification: 2014-07-01 14:33:59

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019