1 décembre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

16 septembre 2014

Percée de l'extrême-droite en Argentine: Bandera Vecinal intègre le paysage politique


Louis Lalonde
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
2019
Élection d’Alberto Fernandez à la présidence de l’Argentine

août
2018
Rejet de la décriminalisation de l’avortement par un vote du Sénat argentin

novembre
2015
Élection de Mauricio Macri à la présidence de l'Argentine

octobre
2011
Réélection de Cristina Kirchner à la présidence de l'Argentine

octobre
2007
Élection de Cristina Kirchner à la présidence de l'Argentine

avril
2003
Élection de Nestor Kirchner à la présidence de l'Argentine

décembre
2001
Démission du président argentin Fernando de la Rua

juin
2001
Arrestation de l'ex-président argentin Carlos Menem

octobre
1999
Élection de Fernando de la Rua à la présidence de l'Argentine

mai
1995
Réélection de Carlos Menem à la présidence de l'Argentine

août
1994
Révision de la Constitution argentine

mars
1992
Attentat contre l'ambassade d'Israël en Argentine

mars
1991
Signature du traité menant à la création du Mercosur

mai
1989
Élection de Carlos Menem à la présidence de l'Argentine

octobre
1983
Premières élections libres après la dictature militaire en Argentine

avril
1982
Invasion des îles Malouines/Falkland par l'Argentine

août
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

avril
1977
Première marche des mères de la Plaza de Mayo en Argentine

mars
1976
Renversement de la présidente Isabel Peron en Argentine

Actuellement aux prises avec de graves difficultés économiques, l'Argentine constitue un terreau fertile à l'émergence de mouvements politiques radicaux. La reconnaissance légale du parti Bandera Vecinal vient renforcer les assises de l'extrême-droite en cette période critique pour les finances argentines(1).

Un parti politique qui crée des remous

Le parti Bandera Vecinal a fait son apparition légale sur la scène politique de l'Argentine le 11 juin 2014, provoquant du même coup de fortes réactions. À la suite de l'obtention des 4 000 signatures nécessaires de ses membres (2), le parti fondé par Alejandro Biondini a reçu l'approbation de la justice argentine par le verdict du juge fédéral Ariel Lijo (3). Le jugement rendu permettra ainsi à ce nouveau venu du système politique d'Argentine de présenter la candidature de son chef à la prochaine élection présidentielle du pays en 2015 (4).

Loin de faire l'unanimité, la décision d'Ariel Lijo a mené à la mobilisation de plusieurs groupes dénonçant le verdict du juge de Buenos Aires. À commencer par la coalition au pouvoir, Frente Para la Victora et Partido Justicialista (FPV-PJ), qui a dénoncé avec énergie l'accession à la légalité du parti Bandera Vecinal. Crisitina Fioramonti, la présidente du bloc FPV-PJ, a affirmé que Bandera Vecinal ne possède pas sa place dans le système politique du pays, notamment en raison de ses références au nazisme (5). Fioramonti a aussi ajouté qu'un parti faisant la promotion de la discrimination et de la haine envers plusieurs communautés est nécessairement en discordance avec la loi (6).

La communauté juive s'est elle aussi mobilisée contre la décision du juge Lijo. À l'intérieur des frontières argentines, la Délégation des associations israélites argentines (DAIA) a activement dénoncé l'accession à la légalité d'un parti dont le chef arbore une attitude « antidémocratique et intolérante (7) ». La DAIA entreprend actuellement des démarches judiciaires pour renverser la décision (8). À l'extérieur du pays, les dénonciations ont été faites à travers des quotidiens et organismes juifs. Ce fut notamment le cas du Centre Simon-Wiesenthal aux États-Unis, qui appelle les électeurs et les autres partis politiques à ostraciser complètement Bandera Vecinal (9).

Ce parti, dont le nom signifie Drapeau local, fut fondé en 2014 par la fusion des partis Gente En Acción (GEA), Alternativa Social (AS) ainsi que plusieurs mouvements citoyens se définissant comme « patriotes » (10). Ce regroupement se définit comme un parti pragmatique, qui n'est pas affilié à la gauche, la droite ou le centre. Il se présente plutôt comme l'alternative à un système politique jugé « décadent ». Ultranationaliste, Bandera Vecinal déploie un programme élaboré autour de quatre points principaux : la souveraineté nationale, l'indépendance économique, la justice sociale et le nationalisme culturel. Le parti résume son action par la « restitution de l'Argentine aux Argentins (11) ».

La création d'un néo-nazi?

Bandera Vecinal a pour chef Alejandro Biondini. Ce dernier est au coeur même de la contestation du parti, en raison de son passé politique chargé. Associé au fascisme, Biondini s'est fait connaître dès les années 1980 alors qu'il a été affilié au groupe Alerta Nacional (Alerte nationale). Au cours de cette période, il participa à de nombreuses manifestations d'extrême-droite à caractère antisémite (12). Régulièrement présenté comme un adorateur d'Adolf Hitler (13), Alejandro Biondini a souvent vu ses projets politiques bloqués. Par exemple, il lui a été interdit de fonder un parti national-socialiste en 1991, alors que son groupe politique avait pour symbole une croix gammée (14).

En 2009, son parti Partido Nuevo Triunfo (Parti du triomphe nouveau) fut banni pour incitation à la haine et utilisation de symbole à la manière des nazis. Le parti arborait alors un « 7 » stylisé comme le swastika pour emblème. Ces échecs passés n'ont pas découragé Biondini qui a posé sa candidature à la mairie de Buenos Aires en 2011. Il ne récolta que 0,19% du suffrage (15).

Malgré les imposantes contestations de certains groupes politiques, les chances de voir Bandera Vecinal provoquer un virement de cap majeur en Argentine restent très minces. Il n'en demeure pas moins qu'Alejandro Biondini se présentera à la présidentielle de 2015. Cependant, même le chef de Bandera Vecinal affirme que la possibilité d'être porté au pouvoir dans la prochaine année est presque impossible (16).




Références:

(1) RAMIREZ, Felipe. Argentina's Supreme Court Approves Registration of Party Founded by Neo-Nazi, Constantine Report, [En ligne], 6 juillet 2014, http://www.constantinereport.com/argentina-supreme... (page consultée le 8 septembre 2014).

(2) JTA. Un parti argentin néonazi reconnu comme un parti politique, The Times of Israel, [En ligne], 13 juin 2014, http://fr.timesofisrael.com/un-parti-argentin-neo-... (page consultée le 8 septembre 2014).

(3) PAGINA12. «Este es un partido nazi», [En ligne], 13 juin 2014, http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-248495-... (page consultée le 8 septembre 2014).

(4) RAMIREZ, Felipe, op. cit.

(5) TERRA. Senado bonarense repudia que juez Lijo otorgue personeria a partido «Bandera Vecinal», [En ligne], 26 juin 2014, http://noticias.terra.com.ar/politica/senado-bonae... (page consultée le 8 septembre 2014).

(6) Ibid.

(7) TERRA. La DAIA criticó a Biondini y evalúa acciones legales, [En ligne], 12 juin 2014, http://noticias.terra.com.ar/politica/la-daia-crit... (page consultée le 8 septembre 2014).

(8) Ibid.

(9) SIMON WIESENTHAL CENTER. «Wiesenthal Center on Legal Recognition of Extreme-Right Party in Argentina: A Pseudo-Democratic Façade Covers a Nazi Background», States News Report, 13 juin 2014.

(10) BANDERA VECINAL. Qiénes somos, [En ligne], 2014, http://www.banderavecinal.org/quienes-somos/ (page consultée le 8 septembre 2014).

(11) BANDERA VECINAL. Al Pueblo argentino, [En ligne], 2014, http://www.banderavecinal.org/al-pueblo-argentino/ (page consultée le 8 septembre 2014).

(12) JTA, op. cit.

(13) SIMON WIESENTHAL CENTER, op. cit.

(14) JTA, op. cit.

(15) RAMIREZ, Felipe, op. cit.

(16) Ibid.

Dernière modification: 2014-09-22 08:19:20

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019