24 octobre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

19 mars 2006

Kadima en pleine campagne électorale


Francis Lord
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mars
2020
Élections législatives en Israël

janvier
2020
Annonce d’un plan de paix des États-Unis dans le différend israélo-palestinien

avril
2019
Élections législatives en Israël

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

mars
2015
Élections législatives en Israël

août
2014
Annonce d'un cessez-le-feu mettant fin à un conflit dans la bande de Gaza

janvier
2014
Décès de l'ex-premier ministre israélien Ariel Sharon

janvier
2013
Élections législatives en Israël

novembre
2012
Annonce d'un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas

janvier
2009
Intervention militaire israélienne dans la bande de Gaza

juillet
2006
Début d'un conflit entre le Hezbollah et Israël dans le sud du Liban

janvier
2003
Tenue d'élections législatives en Israël

février
2001
Élection en Israël d'un gouvernement dirigé par Ariel Sharon

septembre
2000
Début d'un deuxième soulèvement (intifada) en Palestine

octobre
1998
Signature des accords de Wye Plantation entre Israël et l'Autorité nationale palestinienne

novembre
1995
Assassinat du premier ministre israélien Yitzhak Rabin

septembre
1993
Signature d'un accord de paix israélo-palestinien à Washington

mars
1992
Attentat contre l'ambassade d'Israël en Argentine

décembre
1987
Début d'un soulèvement dans la bande de Gaza et en Cisjordanie

Pour la première fois, le parti Kadima, fondé par Ariel Sharon en décembre 2005, ira en élection aux législatives israéliennes du 28 mars prochain. Par contre, son fondateur, qui est dans le coma depuis le 4 janvier dernier et qui a subi sept opérations importantes depuis (1), ne sera pas maître du jeu. C'est Éhoud Olmert, premier ministre par intérim, qui tentera d'assurer la victoire du parti, dont celui-ci est pratiquement certain.

Un contexte particulier

Kadima s'est lancé en campagne électorale dans un contexte explosif. D'abord, l'arrivée du Hamas au pouvoir suite aux élections législatives palestiniennes du 25 janvier 2006 modifie les comportements des chefs de parti. Ces derniers, qui pour la plupart ne négociaient déjà pas avec les Palestiniens pendant l'ère du Fatah de Yasser Arafat, semblent vouloir démontrer encore plus de fermeté envers le Hamas(2). On reconnaît ce mouvement radical comme responsable de maints attentats violents contre les Israéliens. Sa présence amène davantage d'Israéliens à penser qu'une éventuelle entente entre les deux peuples ne conduira pas à la fin du conflit israélo-palestinien (3).

Le contexte de rivalité avec le monde musulman a été accentué ces derniers mois avec la controverse sur les caricatures de Mahomet. L'État juif, grandement soutenu par les États-Unis et la Grande-Bretagne, semble être dans une position difficile, d'autant plus que l'Iran, qui se dit prête à détruire Israël, n'est pas très loin non plus (4).

Une opération militaire au profit du parti

Depuis le début de la campagne amorcée le 14 mars dernier, le plan d'action du gouvernement s'opère en vue de lui assurer la confiance des Israéliens. Une opération militaire d'envergure a été menée par les Israéliens contre la prison de Jéricho, visant à capturer le chef du Front populaire de libération de la Palestine, Ahmad Saadat, et quatre autres de ses membres, ainsi qu'un responsable du Fatah, Fouad Choubaki.

Cette manoeuvre fait suite à l'annonce, par le Hamas, de la possible libération de Saadat, responsable du meurtre d'un ministre israélien en octobre 2001 (5). La déclaration faite il y a quelques semaines à ce sujet avait été très mal reçue par les Israéliens, qui accusent l'Autorité palestinienne d'adopter le statu quo face au terrorisme.

Un parti largement en avance

Kadima, le parti dirigé par Olmert, a le plus de chances de remporter la course, et de loin. Les plus récents sondages lui prédisent 39 sièges, (sur 120) à la Knesset, le parlement israélien, tandis que les Travaillistes (gauche) d'Amir Peretz et le Likoud (droite) de Benjamin Nétanyahou suivent loin derrière. Ces deux principaux rivaux sont susceptibles d'obtenir respectivement 19 et 15 sièges (6).

Il faut savoir qu'aucun parti n'a jamais obtenu la majorité en Israël. Le système électoral dans ce pays est celui de la représentation proportionnelle complète. Le gouvernement doit alors être formé d'une coalition impliquant des tiers partis (7).

La plateforme de Kadima tente de se démarquer des autres partis, principalement du Likoud, par son idéologie un peu plus centriste. Le programme est basé essentiellement sur la volonté de négocier un processus de paix établi entièrement sur la «Feuille de route», menant éventuellement à la création d'un État palestinien, idée à laquelle le Likoud refuse catégoriquement d'adhérer. Cependant, il n'y aura aucune négociation avec les leaders du Hamas tant que celui-ci ne reconnaîtra pas à Israël le droit d'exister. Le parti de Nétanyahou exclut pour sa part toute négociation avec ce parti palestinien (8).

Le parti Kadima rejette aussi les opérations de retrait unilatéral des territoires occupés, mais il se réserve le droit de dessiner les frontières définitives du pays si les Palestiniens ne remplissent pas leurs obligations telles que convenues dans la «Feuille de route» (9).

Le Parti travailliste, on le voit notamment par ses slogans, mène un combat contre la pauvreté. Les membres de son parti sont en faveur d'un État palestinien et veulent négocier directement avec l'Autorité palestinienne, dirigée par Mahmoud Abbas, en vue d'obtenir la paix selon ce qui avait été défini par les Accord d'Oslo en 1993 (10).

Les bons et les mauvais coups de Kadima

L'opération militaire contre la prison de Jéricho aurait renforcé l'image de Olmert aux yeux de la population israélienne, selon des journalistes et des sondeurs (11). Les Israéliens désirent en effet plus que tout voir la sécurité au premier plan des enjeux de cette campagne (12). Cette opération aurait donc démontré que le chef par intérim de Kadima peut aussi se montrer dur envers les terroristes, comme Nétanyahou peut l'être. Par contre, cette opération n'a peut-être pas fait avancer les pourparlers potentiels avec le Hamas, puisque des représentants ont dit que le raid effectué contre la prison « renforçait son mouvement dans sa décision de ne pas reconnaître l'État juif et de ne pas désarmer » (13).

D'autres facteurs aideraient le parti à être en tête dans cette campagne électorale. Le fait que M. Sharon, le fondateur et la figure centrale du scrutin, soit constamment mis en arrière plan de Olmert, avantage Kadima. Les stratèges du parti le savent et n'hésitent pas à utiliser cette carte (14).

Cette illusion d'omniprésence de Sharon ne cache cependant pas le fait que c'est un Éhoud Olmert ni détesté, ni parfaitement aimé par tous qui se retrouve chef du parti. Par exemple, les immigrants de l'ex-URSS, qui représentent quand même 20% de l'électorat, se sentent nus sans Ariel Sharon.

Il faut aussi savoir que Kadima a été créé à la suite d'une alliance entre des membres du Likoud et des membres du Parti travailliste, ce qui assure une bonne hétérogénéité d'idées. Kadima serait par contre vu par des critiques comme un « one-man show» opportuniste entièrement monté par Ariel Sharon, et dont Olmert n'est pas politiquement assez fort pour mener à terme les objectifs. De toute façon, le parti serait amené à disparaître si Sharon ne revient pas (15). Ce qui est certain, c'est que le présent leader de Kadima a du travail à faire quant aux politiques à adopter afin d'en venir à un processus d'apaisement de la violence envers le peuple voisin.




Références:

(1) PRESSE CANADIENNE. « Ariel Sharon sera transféré dans un autre établissement après l'élection du 28 mars, selon Channel 10 ». International, vendredi 17 mars 2006.

(2) NAUMANN, Julia. « Le Hamas sous pression; L'Allemagne se range du côté d'Israël et des États-Unis ». Le Devoir. lundi 30 janvier 2006, p. aA1.

(3) TAILLEFER, Guy. « Campagne électorale sans course en Israël ». Le Devoir. samedi 11 mars 2006, p. B2.

(4) BUZBEE, Sally. « Nucléaire iranien: les scénarios possibles ». La Presse Canadienne. International, jeudi 2 février 2006.

(5) AGENCE FRANCE PRESSE. « Israël accusé de vouloir "détruire" l'Autorité palestinienne ». La Presse. vendredi 17 mars 2006, p. A3.

(6) Ibid.

(7) TRUFFAUT, Serge. « Abbas est nu ». Le Devoir. jeudi 16 mars 2006, p. A6.

(8) ISRAEL VOTES 2006-Israeli democracy in action. « Major Political Parties; Likud ». http://www.israelvotes.com/content/platforms_2006.html. (page consultée le 18 mars 2006).

(9) ISRAEL VOTES 2006-Israeli democracy in action. « Major Political Parties; Kadima ». http://www.israelvotes.com/content/platforms_2006.html. (page consultée le 18 mars 2006).

(10) ISRAEL VOTES 2006-Israeli democracy in action. « Major Political Parties; Labour ». http://www.israelvotes.com/content/platforms_2006.html. (page consultée le 18 mars 2006).

(11) AGENCE FRANCE PRESSE, REUTERS. «Un crime impardonnable». Le Devoir. jeudi 16 mars 2006, p. A5.

(12) BOWEN, Jeremy. « Israel's Election Season Under Way ». BBC Middle East. http://news.bbc.co.uk/2/hi/middle_east/4789132.stm. (page consultée le 18 mars 2006).

(13) AGENCE FRANCE PRESSE, REUTERS. «Un crime impardonnable». Le Devoir. jeudi 16 mars 2006, p. A5.

(14) TAILLEFER, Guy. « Campagne électorale?», p. B2.

(15) ISRAEL VOTES 2006?« Major Political Parties; Kadima »?

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019