8 août 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

17 septembre 2019

Inde : un second mandat, augure de nationalisme


Clément Le Goff
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mars
2020
Adoption d’un plan de confinement en Inde dans le contexte de la crise de la covid-19

mai
2019
Réélection en Inde d'un gouvernement dirigé par le Bharatiya Janata Party de Narendra Modi

août
2018
Début d’inondations dévastatrices en Inde

avril
2014
Élection en Inde d'un gouvernement dirigé par le Parti Bharatiya Janata de Narendra Modi

avril
2009
Tenue d'élections législatives en Inde

novembre
2008
Attentats terroristes à Bombay, en Inde

avril
2004
Tenue d'élections législatives en Inde

janvier
2001
Tremblement de terre dévastateur à Gujarat, en Inde

septembre
1999
Tenue d'élections législatives en Inde

mai
1998
Explosion d'une première bombe atomique par le Pakistan

février
1998
Tenue d'élections législatives en Inde

avril
1996
Tenue d'élections législatives en Inde

mai
1991
Assassinat de l'ex-premier ministre indien Rajiv Gandhi

novembre
1989
Élection d'un gouvernement du Front national en Inde dirigé par V. P. Singh

décembre
1984
Tragédie industrielle à Bhopal, en Inde

octobre
1984
Assassinat de la première ministre indienne Indira Gandhi

janvier
1980
Élection du parti du Congrès d'Indira Gandhi en Inde

octobre
1979
Attribution du prix Nobel de la paix à mère Teresa de Calcutta

mars
1977
Élection du Parti Janata en Inde

Du 11 avril au 19 mai 2019 se tenaient les élections législatives en Inde. Sur les 543 circonscriptions, la coalition National Democratic Alliance du premier ministre sortant Narendra Modi en remporte 352, soit 16 de plus qu'aux élections précédentes malgré une participation stable. Le principal parti d'opposition dirigé par Rahul Gandhi, héritier de la célèbre famille indienne, ne récolte que 91 circonscriptions (1). Narendra Modi reste donc au pouvoir à la tête du Bharatiya Janata, parti de droite nationaliste hindou.

Un multiculturalisme réprimé...

La pluralité des religions et des ethnies fait de l'Inde un pays d'une intense diversité culturelle. Toutefois, les détracteurs du premier ministre ainsi qu'une partie de la presse étrangère considèrent que celui-ci porte atteinte à l'intégrité des minorités au sein du pays. Il s'est notamment mis à dos une partie du Cachemire en retirant à cette région une autonomie acquise au fil des années. Les relations entre les deux États étant particulièrement tendues, le Pakistan s'en est donné à cœur joie en reprochant à l'Inde cette décision et en saisissant le Conseil de sécurité des Nations unies (2).

Les critiques fusent lorsque Narendra Modi tend à renforcer l'identité indienne : le clivage entre hindouistes et musulmans se renforce et ces derniers se retrouvent de plus en plus marginalisés, au même titre que les autres minorités. Des films nationalistes jusqu'aux discours parfois haineux (3), le chef du gouvernement indien et son parti promeuvent une identité commune à la patrie au détriment d'une partie de la population. Ainsi, l'intégration et le sentiment d'appartenance à la nation des minorités représentent des défis de taille pour le gouvernement. En tant qu'alliée du Pakistan, la Chine critique vivement cette politique, notamment à travers ses médias gouvernementaux (4).

Narendra Modi est également parvenu à développer un culte de la personnalité autour de lui dans son pays. Son charisme imposant et ses quelque 50 millions d'abonnés sur twitter lui procurent une aura de meneur qui lui a été utile lors de sa campagne.

...et une économie inégalitaire

Plusieurs accusations surgissent à l'endroit du premier ministre lorsqu'il s'agit d'emplois : le plus haut taux de chômage depuis 45 ans en Inde a été atteint entre juillet 2017 et juin 2018 avec 6,1 % (4). Cependant, ce taux est plus bas dans les zones rurales que dans les agglomérations.

En effet, l'Inde est toujours un pays très agricole. Environ 46 % de la main-d'œuvre indienne se retrouve aujourd'hui dans le domaine de l'agriculture, et les trois quarts des entreprises se sont implantées en zone rurale lors des trente dernières années (5). De plus, depuis 2000, le produit intérieur brut (PIB) par habitant croît d'environ 6,2 % par an en campagne et de 4,2 % en ville. Ainsi, cette politique de modernisation semble se répandre à travers le pays, mais les inégalités entre les régions urbaines et rurales sont toujours bel et bien présentes. D'ailleurs, on constate une baisse des revenus des agriculteurs indiens sous le mandat de Modi.

Entre un taux de chômage record, malgré une promesse de 10 millions d'emplois en 2014, et le creusement des inégalités entre les zones rurales et urbaines, le bilan économique de Narendra Modi n'est pas excellent (6). Il semble également que l'investissement privé soit stagnant lors des derniers trimestres. Les aspirations protectionnistes de Narendra Modi tendent à calmer les investisseurs, au prix d'un développement urbain ralenti. Redynamiser les villes afin de les rendre plus attractives pour y baisser le taux de chômage constitue un réel défi pour le gouvernement (7).

En poursuivant ses objectifs, le Bharatiya Janata Party risque toutefois de se mettre à dos les populations rurales, en plus des minorités ethniques. Malgré une expansion technologique impressionnante, 21 % des Indiens vivent encore sous le seuil de pauvreté (8).

Médiagraphie

(1) Times of India, “How India Voted”, 25 mai 2019, URL [hyperlien] consulté le 9 septembre 2019

(2) RFI, « Inde : Narendra Modi justifie sa démarche autoritaire au sujet du Cachemire », 14 août 2019, URL [hyperlien] c consulté le 15 septembre 2019

(3) AARON Sulshin, « Narendra Modi and the BJP's desire to advance hindu interest won't help India realize its ambitions”, South China Morning Post, 28 mai 2019, URL [hyperlien] consulté le 15 septembre 2019

(4) China Daily, “Modi's Kashmir moves draws praise, criticism”, 7 août 2019, URL [hyperlien] consulté le 15 septembre 2019

(5) SAMPSON Ximena, « Elections en Inde : 4 questions pour comprendre les enjeux », Radio Canada, 12 avril 2019, URL [hyperlien] consulté le 14 septembre 2019

(6) Al Jazeera, “India unemployment rate highest in 45 years: Report”, 31 janvier 2019, URL [hyperlien] consulté le 15 septembre 2019

(7) CHUGTAI, Alia, KHALID Saïf, “India elections, all you need to know”, AlJazeera, 11 avril 2019, URL [hyperlien] , consulté le 9 septembre 2019

(8) GUPTA, Pankaj, “Unemployment and agriculture, how rural management can bridge the gap?” Hindustan Times, 16 août 2019, URL [hyperlien] consulté le 9 septembre 2019



Dernière modification: 2019-09-23 12:22:35

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019