2 juillet 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

26 septembre 2015

François 1er confronte l'Église catholique américaine


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mai
2020
Premier vol spatial habité pour l’entreprise américaine SpaceX

mai
2020
Mort violente de George Floyd et émeutes aux États-Unis

mars
2020
Dévoilement d’un plan de stimulation économique de 2 trillions de dollars aux États-Unis

février
2020
Accord de paix conditionnel en Afghanistan entre les États-Unis et les talibans

janvier
2020
Annonce d’un plan de paix des États-Unis dans le différend israélo-palestinien

janvier
2020
Accord commercial préliminaire entre les États-Unis et la Chine

janvier
2020
Assassinat du général iranien Qassem Soleimani

décembre
2019
Vote de la Chambre des représentants pour la destitution du président des États-Unis

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

François 1er a entrepris mardi son premier voyage officiel aux États-Unis. Son périple est ponctué d'une visite aux Nations Unies, d'une participation à la réunion mondiale sur la famille à Philadelphie et d'une rencontre avec Barack Obama à Washington. Mais le fait marquant du voyage provient du fait que pour la première fois un pape a pris la parole à une réunion conjointe du Congrès américain.

Néanmoins, au-delà des rencontres protocolaires, la visite du pape François est marquée par la personnalité du nouveau pape et son message en faveur des défavorisés. Avec une amabilité proverbiale et une rhétorique plus ouverte, il a créé l'impression d'une Église beaucoup plus inclusive.

Le charisme certain de François 1er crée en soi un attrait aux États-Unis. Il est devenu la coqueluche des médias américains qui souvent le considère comme une sorte de star. Mais ses prises de position plus libérales en sont aussi pour quelque chose.

En effet, dès son entrée en fonction, François 1er n'a pas hésité à confronter la haute hiérarchie de l'Église catholique américaine aux prises avec une série de scandales à caractère sexuel. Il a condamné sans équivoque les membres du clergé accusés d'abus sexuels, ainsi que les évêques qui les ont protégés. Après avoir demandé pardon pour ces abus, François 1er a créé un nouveau tribunal ecclésiastique pour juger les évêques fautifs. À ce jour, un évêque américain, Robert Finn de Kansas City, a été démis de ses fonctions. Ainsi, le message est très clair : tolérance zéro pour les abus sexuels contre les enfants.

Par ailleurs, si François 1er se range derrière les conservateurs au sujet de la doctrine catholique, il se montre très libéral sur le plan des politiques sociales et économiques. Sur ce point, il n'hésite pas à interpeller la société américaine avec un message en faveur des plus démunis. Ce faisant il a acquis d'importants soutiens même chez des groupes hors de l'Église catholique en dénonçant un capitalisme américain débridé et en mettant en garde l'humanité avec son encyclique portant sur les dangers des changements climatiques.

Ces prises de position libérales ont attiré l'ire de la droite américaine qui était habituée de voir l'Église catholique partager sa vision du monde. D'ailleurs, l'appui au pape a diminué dès la première année de son pontificat de 72 % à 45 % chez les conservateurs américains.

Plus encore, il n'a pas hésité à confronter le segment le plus conservateur de la hiérarchie catholique américaine. Face au cardinal Raymond Burke, l'ancien archevêque de Saint-Louis et président du plus haut tribunal du Vatican, qui dénonçait avec véhémence les efforts de réforme, François 1er muta ce dernier à un poste beaucoup moins prestigieux.

Adhérant à une politique plus ouverte sur les questions de morale sexuelle, le pape François adopte une attitude beaucoup plus tolérante que ces prédécesseurs à l'égard des couples non mariés, des couples catholiques divorcés et remariés, des couples homosexuels et des femmes s'étant fait avorter.

Concernant l'avortement, le pape François a émis des directives permettant aux femmes d'obtenir beaucoup plus facilement le pardon au sein de l'Église catholique. En plus de lever la politique d'excommunication automatique pour un avortement, François 1er a réduit les exigences à une simple confession auprès d'un prêtre. Ce changement est notable parce qu'une femme n'a plus à entrer dans un système complexe impliquant des évêques, prêtres et experts pour obtenir un pardon. Ici encore, François 1er se démarque par rapport aux positions traditionnelles de la hiérarchie catholique et de la droite religieuse américaine.

De fait, le début du pontificat de François 1er est marqué par une transformation importante du visage de l'Église catholique aux États-Unis. Les Irlandais et les Italiens composaient traditionnellement la majorité de la population catholique américaine. Mais ces anciens catholiques ont largement quitté l'Église pour devenir des non-croyants.

Or, entre-temps, la population catholique hispanique s'est largement accrue, grâce à l'arrivée d'immigrants de l'Amérique latine. Si en 1990, les catholiques hispaniques représentaient seulement un dixième de la population catholique, ils en composent aujourd'hui le tiers. Chez les jeunes, le pourcentage dépasse même les 50 %. Les catholiques hispaniques sont même largement majoritaires dans cinq États du sud-ouest américain dont la Californie et le Texas.

Le changement dans la composition ethnique et raciale de la population catholique apparait même à Boston, New York et Philadelphie. Dans ces villes, de vieilles paroisses catholiques irlandaises ou italiennes doivent se fusionner avec des paroisses hispaniques. Les prêtres doivent apprendre l'espagnol pour accueillir leurs nouveaux paroissiens latinos. Les messes sont célébrées en anglais et en espagnol. Certaines paroisses vont même jusqu'à introduire une statue de la Vierge de la Guadalupe dans leur église.

Si une partie de l'épiscopat américain, nommé par Jean-Paul II, se montre réfractaire au message de François 1er, il en est différent des catholiques pratiquants et des anciens catholiques. Comme François 1er, adepte de la théologique de la libération, plus de 60 % des catholiques américains affirment que l'Église devrait se concentrer, non sur la question de la morale sexuelle, mais sur celles de justice sociale. En ce sens, le message de François 1er est au diapason des changements survenant au sein de l'Église catholique américaine.



Dernière modification: 2015-10-22 15:18:27

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019