28 novembre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

27 septembre 2016

Réconciliation à intérêts partagés entre Israël et la Turquie


Kouamé Perpetue Camille
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mars
2020
Élections législatives en Israël

janvier
2020
Annonce d’un plan de paix des États-Unis dans le différend israélo-palestinien

avril
2019
Élections législatives en Israël

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

mars
2015
Élections législatives en Israël

août
2014
Annonce d'un cessez-le-feu mettant fin à un conflit dans la bande de Gaza

janvier
2014
Décès de l'ex-premier ministre israélien Ariel Sharon

janvier
2013
Élections législatives en Israël

novembre
2012
Annonce d'un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas

janvier
2009
Intervention militaire israélienne dans la bande de Gaza

juillet
2006
Début d'un conflit entre le Hezbollah et Israël dans le sud du Liban

janvier
2003
Tenue d'élections législatives en Israël

février
2001
Élection en Israël d'un gouvernement dirigé par Ariel Sharon

septembre
2000
Début d'un deuxième soulèvement (intifada) en Palestine

octobre
1998
Signature des accords de Wye Plantation entre Israël et l'Autorité nationale palestinienne

novembre
1995
Assassinat du premier ministre israélien Yitzhak Rabin

septembre
1993
Signature d'un accord de paix israélo-palestinien à Washington

mars
1992
Attentat contre l'ambassade d'Israël en Argentine

décembre
1987
Début d'un soulèvement dans la bande de Gaza et en Cisjordanie

À cause des tensions qui existent entre les États du Proche-Orient depuis le début des années 2000, un éventuel retour au calme est fortement recherché. Par conséquent, le 27 juin 2016, il a été question d'un certain retour aux relations diplomatiques entre l'État d'Israël et la Turquie (1). Les compromis établis par les deux États effaceront-ils réellement leurs malentendus des six dernières années ?

Tension diplomatique apaisée

Autrefois alliés régionaux, Israël et la Turquie ne collaborent plus depuis maintenant plus de 6 ans. La raison de cette désunion ? En mai 2010, un convoi maritime humanitaire turc, dirigé par le navire amiral Mavi Marmara, « essayait de briser l'embargo imposé par l'État hébreu [...], à la bande de Gaza (2) ». Tentant ainsi de briser le blocus et de rejoindre le territoire palestinien gouverné par les islamistes du Hamas, le convoi a été la cible de commandos israéliens qui l'ont attaqué, entraînant la mort de dix activistes turcs (3).

Dès lors, ce fut le début des « hostilités » entre le président turc, Recep Tayyip Erdogan, et le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou. À la suite de cette altercation, la Turquie « avait exprimé trois exigences » à l'endroit d'Israël (4). Cependant, le gouvernement israélien n'effectua qu'une des trois recommandations, soit celle de présenter ses excuses publiquement (5). Le froid diplomatique était alors maintenu entre les deux États.

Toutefois, en fin juin 2016, le Parlement turc annonçait qu'il ratifiait « l'accord mettant fin à six ans de brouille diplomatique avec Israël (6) ». Cette réconciliation est due à quoi? D'abord, au fait qu'Israël accepte de remplir le reste des exigences que la Turquie lui avait demandées depuis 2010. Entre autres, payer une indemnisation aux familles des victimes de l'attaque du Mavi Marmara. Le gouvernement israélien promet de créer un fonds spécial de 20 millions de dollars à cet effet (7).

Quant à la dernière recommandation : la levée du blocus à l'égard de la bande de Gaza, permettant la livraison de matériel de reconstruction et des produits alimentaires à la population par les navires trucs, elle reste encore un peu floue (8). Du côté de la Turquie, elle promet l'annulation des poursuites entamées contre les hauts responsables militaires israéliens (9). Ainsi, une preuve de bonne volonté est démontrée par les deux parties dans le but de normaliser leurs relations bilatérales.

Réconciliation à motifs variés

Économiquement, le premier ministre israélien s'est dit réjoui de la nouvelle relation (10). Quant au président turc, il déclare : « qu'un processus de normalisation serait bon pour nous, Israël, la Palestine et toute la région (11) ». Ayant des intérêts en Méditerranée orientale, Israël représente par exemple, une source d'hydrocarbure pour Ankara, qui ne veut plus dépendre de la Russie et de l'Iran (12). Et la Turquie est pour Israël « un client à venir et une porte vers l'Europe (13) ».

Néanmoins, les médias sous-entendent que la réconciliation des deux États est due à un « choix de raison, au nom d'intérêts partagés (14) ». Selon Didier Billion, directeur adjoint de l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS), le renouement des relations entre Ankara et Tel Aviv a une portée technologique, du fait que la force d'Israël dans les hautes technologies est un atout pour la Turquie qui cherche à moderniser son économie (15). Il a aussi une portée géopolitique. D'après Billion, Israël nourrit : « l'idée d'une « alliance de revers » contre les États arabes de la région (16) ». Pour la Turquie, cette alliance permet de sortir de son « isolement diplomatique relatif ». Billion insinue en fait que cette réconciliation sert « à stabiliser leurs relations avec les autres pays de la région (17) ».

Par ailleurs, la ratification de l'accord de normalisation des relations avec Israël par le Parlement turc a eu lieu le 19 août 2016. Celui-ci prévoit des ouvertures en ce qui a trait à l'acheminement d'aide humanitaire à Gaza.




Références:

(1) LE MONDE, « Turquie : le Parlement ratifie l'accord mettant fin à six ans de brouille diplomatique avec Israël », 20 août 2016, http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/0... (Page consultée le 24 septembre 2016).

(2) SMOLAR, Piotr, « Après des années de froid diplomatique, Israël et la Turquie se rapprochent », Le Monde, 18 décembre 2015, http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/1... , (Page consultée le 24 septembre 2016).

(3) BUTLER, Daren, « Turkey Approves Reconciliation Deal Ending 6-Year Feud With Israel », Huffington Post, 20 août 2016, http://www.huffingtonpost.com/entry/turkey-israel-... , (Page consultée le 25 septembre 2016).

(4) BILLION, Didier, Rapprochement Israël - Turquie : quels intérêts communs ? , IRIS, 1 juillet 2016,http://www.iris-france.org/78257-rapprochemen... (Page consultée le 24 septembre 2016).

(5) BUTLER, Daren, op. cit.

(6) LE MONDE, op. cit.

(7) SMOLAR, Piotr, op. cit.

(8) BILLION, Didier, op. cit.

(9) SMOLAR, Piotr, op. cit.

(10) SMOLAR, Piotr et al, «Confrontées à l'Iran, la Turquie et Israël mettent fin à six ans de brouille diplomatique », Le Monde, 27 juin 2016, http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/0... , (Page consultée le 25 septembre 2016).

(11) SMOLAR, Piotr, op. cit.

(12) LE MONDE, op. cit.

(13) Loc. cit.

(14) SMOLAR, Piotr et al, op. cit.

(15) BILLION, Didier, op. cit.

(16) Loc. cit.

(17) Loc. cit.

Dernière modification: 2016-10-03 07:29:14

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019