13 juillet 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

25 août 2016

Le pari risqué de Donald Trump


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mai
2020
Premier vol spatial habité pour l’entreprise américaine SpaceX

mai
2020
Mort violente de George Floyd et émeutes aux États-Unis

mars
2020
Dévoilement d’un plan de stimulation économique de 2 trillions de dollars aux États-Unis

février
2020
Accord de paix conditionnel en Afghanistan entre les États-Unis et les talibans

janvier
2020
Annonce d’un plan de paix des États-Unis dans le différend israélo-palestinien

janvier
2020
Accord commercial préliminaire entre les États-Unis et la Chine

janvier
2020
Assassinat du général iranien Qassem Soleimani

décembre
2019
Vote de la Chambre des représentants pour la destitution du président des États-Unis

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

Confronté à une spirale d'échec politique majeur, Donald Trump vient de remanier une troisième fois en trois mois l'organisation de sa campagne présidentielle. Après avoir embauché Paul Manafort pour diriger sa campagne en juin, il renvoyait quelques semaines plus tard Corey Lewandowski qui avait supervisé la campagne des primaires. Et maintenant, Manafort doit laisser la place à Steve Bannon et Kellyanne Conway.

Durant les primaires, Trump a ciblé la tranche la plus extrémiste de l'électorat américain. Cette stratégie lui a permis d'obtenir 14 millions de voix et le soutien de 45 % de l'électorat républicain. Mais ses sorties intempestives à l'égard des latinos, des musulmans, des noirs et des femmes avaient éloigné un pourcentage important de femmes et de modérés républicains, sans parler des indépendants.

Manafort avait bien tenté de mieux recadrer les attaques du candidat républicain pour lui donner une apparence plus présidentielle. En adoucissement son message et en le montrant plus inclusif à l'égard des minorités, Manafort espérait rendre les prises de position de Trump plus acceptables pour les républicains modérés et les indépendants.

Manafort savait que seule une telle stratégie pourrait permettre à Trump de multiplier par cinq son soutien lors des présidentielles afin d'obtenir les 70 millions de voix nécessaires pour gagner en novembre. Mais Trump se montrait fermé à une telle approche. Entre-temps, les signes de désarroi au sein de sa campagne devenaient de plus en plus évidents.

Au début d'août, la campagne de Trump a littéralement dérapé. Les sondages, alimentés par les controverses sur les codes nucléaires, la famille du héros américain d'origine afghane, l'invasion du Crimée, l'idée d'une élection truquée, et l'incitation à la violence pour protéger le 2e amendement, donnaient une avance de plus en plus grande à Hillary Clinton.

D'ailleurs, depuis janvier, le nombre d'Américains ayant une perception négative de Trump a augmenté de 58 à 65 %. Non seulement il était devenu incapable d'attirer l'électorat indépendant, mais un grand nombre de républicains modérés étaient de plus en plus rébarbatifs à lui accorder leur soutien. Par exemple, seulement 72 % des femmes républicaines, comparativement à 93 % pour Mitt Romney en 2012, étaient disposées à voter pour lui.

Des sondages alarmants montraient non seulement que Trump tirait fortement de l'arrière dans les États clés comme la Pennsylvanie ou la Floride, mais il risquait aussi de perdre des États habituellement acquis aux républicains comme la Géorgie. La campagne de Trump allait directement vers une défaite majeure. Clinton détenait une avance moyenne de 7,5 %, soit 44,5 % contre 37 %. Cette avance est presque insurmontable.

Comme Manafort n'avait pas réussi à recentrer la campagne de Trump et à le transformer en un candidat plus poli et plus discipliné, une nouvelle réinitialisation devenait nécessaire. À la mi-août, les signes d'une réorganisation importante du personnel de la campagne devinrent palpables.

Pour recadrer sa campagne, Trump s'est tourné vers Steve Bannon, un spécialiste des médias d'extrême droite. L'embauche de Bannon est significative. Ce dernier est renommé comme un batailleur de rue, comme une sorte de « pitbull » machiavélique, pour sa tendance à recourir à des attaques politiques vicieuses.

Comme responsable du réseau Breitbart, Bannon a alimenté la campagne de Trump sur les « blancs en colère ». En plus de soutenir les propositions populistes et nationalistes de Trump, Bannon a proposé que les États-Unis s'engagent dans une nouvelle guerre froide en prenant la direction d'une nouvelle croisade contre l'islam.

Pour sa part, Kellyanne Conway possède une vaste expérience dans l'analyse des sondages et le ciblage des électeurs. Sa nomination comme principale conseillère de Trump au plan stratégique est aussi très importante. Conway qui a une réputation irréprochable en tant que stratège, avait été l'artisane de la victoire républicaine de 1994.

Par ailleurs, Trump s'est adjoint Roger Ailes qui vient de démissionner comme président de Fox News sous des accusations de harcèlement sexuel. Ami de longue date de Trump, Ailes va aider à préparer ce dernier aux débats présidentiels contre Clinton. Ailes est un vieux routier politique qui a joué un rôle important pour refaçonner l'image de Nixon en 1968 et qui a aidé George W. Bush (père) à monter une campagne agressive contre Michael Dukakis en 1988.

Le présent remaniement est important. Néanmoins, les changements risquent d'être plus cosmétiques que réels. Si Trump accepte de mieux cibler son message, il est néanmoins déterminé à conserver son style abrasif et son attitude de franc-tireur. D'ailleurs, il déclarait le lendemain de cette réorganisation « Je suis qui je suis », ajoutant qu'il qu'il allait rester lui-même.

Le présent brassage du personnel n'inaugure pas donc un virage vers un débat d'idées. Les renommées de pugilistiques d'Ailes et Bannon laissent présager une campagne féroce où tous les coups seront permis. Ailes et Bannon ont été accusés dans le passé de promouvoir des histoires inexactes et de ne pas lésiner avec les questions d'éthique. On peut donc s'attendre à ce qu'ils soutiennent les pires instincts de provocateur de Trump. Le candidat républicain a fait donc un pari très risqué.



Dernière modification: 2016-09-12 15:31:31

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019