2 décembre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

14 février 2017

Thaïlande : nouveau monarque, même instabilité


François Bélanger
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
2016
Décès du roi de Thaïlande, Rama IX (Bhumibol Adulyadej)

février
2014
Tenue d'élections législatives en Thaïlande

juillet
2011
Inondations destructrices en Thaïlande

décembre
2004
Tsunami dévastateur en Asie du Sud

septembre
1992
Tenue d'élections législatives en Thaïlande

novembre
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

juillet
1979
Ouverture d'une conférence internationale sur les réfugiés de la mer en Asie du Sud-Est

octobre
1976
Renversement du gouvernement de Seni Pramoj en Thaïlande

octobre
1974
Promulgation d'une nouvelle Constitution en Thaïlande

novembre
1971
Coup d'État en Thaïlande

mai
1969
Affrontements interethniques en Malaisie

février
1969
Tenue d'élections législatives en Thaïlande

août
1967
Création de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

septembre
1954
Création de l'Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est

Depuis des décennies, la Thaïlande connait une instabilité politique marquée par la mainmise de l'armée sur la politique intérieure. À partir de l'instauration de la monarchie constitutionnelle, en 1932, le pays a vécu une vingtaine de tentatives de coups d'État, tous suivis par l'adoption d'une nouvelle Constitution. Plus récemment, cette instabilité est exacerbée par les tensions présentes entre les « chemises rouges », qui représentent les partisans de la famille Shinawatra, et les « chemises jaunes », représentant la classe moyenne et les hommes d'affaires thaïs (1).

Cependant, le roi Rama IX (Bhumibol Adulyadej) exerçait une influence importante sur le pays. La population l'appréciait beaucoup, réduisant ainsi les conséquences du clivage entre le pouvoir et la population. Or, la mort du monarque thaï, en octobre 2016, soulève d'importants questionnements sur son successeur ainsi que sur l'avenir démocratique du pays (2).

Un successeur effacé et imprévisible

Maha Vajiralongkorn, fils du défunt roi, a été proclamé roi le 1er décembre dernier. Son arrivée au Palais royal est loin de faire l'unanimité. Militaire de formation, Maha Vajiralongkorn, 64 ans, ne semble pas vouloir le trône laissé vacant par son père (3). Celui qui porte une réputation de «jouisseur sans frontières (4)» fait contraste avec la personnalité puritaine de son père. Divorcé trois fois, Vajiralongkorn évite la presse et les apparitions publiques. Il préfère rester dans sa propriété, près du lac Starnberg, en Bavière.

D'une part, il devra dissiper les craintes entourant son caractère instable et imprévisible. Selon une politologue thaïlandaise, Rama X va probablement régner à distance, laissant ainsi ses soeurs «inaugurer les chrysanthèmes (5)». En ce sens, certains analystes s'interrogent sur la volonté de régner du nouveau roi. Eugénie Mérieau, politologue à Science-Po France, croit que celui-ci se désintéresse complètement de l'État et des responsabilités de monarque (6).

D'autre part, les bonnes relations du souverain avec l'ancien premier ministre Thaksin Shinawatra créent l'inquiétude chez la junte militaire au pouvoir (7). Dirigeant un gouvernement corrompu de 2001 à 2006, Shinawatra a dû s'exiler à la suite d'un coup d'État qui a porté l'armée au pouvoir (8). Celui-ci est associé aux « chemises rouges », représentant les valeurs conservatrices de la politique thaïlandaise. Il était peu aimé par le défunt roi, sentiment toujours partagé par l'administration militaire actuelle (9). Bref, l'avenir de la Thaïlande semble incertain avec l'arrivée de ce nouveau chef d'État.

Une situation difficile

L'incertitude entourant le nouveau monarque amplifie les difficultés économiques et politiques du pays. Les tensions politiques illustrées par des manifestations violentes entre les « rouges » et les « jaunes » pourraient reprendre en l'absence d'un roi n'ayant pas la capacité d'unir les deux parties, comme a pu le faire Rama IX (10). La corruption du régime en place alimente également la précarité du système politique thaïlandais. Malgré l'exil de Thaksin Shinawatra, le gouvernement reste imprégné d'une corruption intestine bien illustrée par l'utilisation abusive de la loi de lèse-majesté par la junte militaire (11).

Cette instabilité pourrait affecter l'économie thaïe, déjà affaiblie par la croissance rapide de ses voisins. Effectivement, les investisseurs étrangers, autrefois présents en Thaïlande, se tournent vers des pays plus stables comme le Vietnam, afin d'éviter les répercussions qu'un conflit armé pourrait avoir sur leurs investissements (12).

Par ailleurs, le tourisme représente plus de 10 % du produit intérieur brut (PIB) thaïlandais. Selon Krystal Tan, analyste chez Capital Economics, en cas de reprises des violences, une forte baisse du tourisme, et donc de la croissance économique du pays, pourrait être observée (13). Aussi, la Thaïlande doit faire face à des enjeux structurels importants, tels que le vieillissement de la population ainsi que l'endettement des ménages, qui dépasse les 80 % du PIB.

En somme, l'ascension d'un nouveau monarque, aux antipodes de son prédécesseur, semble jouer en défaveur d'une stabilisation de la situation en Thaïlande. L'attitude de Rama X envers les affaires publiques est le premier point d'interrogation pour la population thaïe. Selon plusieurs experts, comme l'économiste Georges Ugeux, le redressement du pays passe par sa démocratisation (14). Le défi est gigantesque. La critique du gouvernement en place est réduite au silence avec la loi de lèse-majesté, alors que la Constitution offre le plein pouvoir à une élite militaire très puissante.




Références:

(1) Meloche-Holubowski, Mélanie, « 5 questions pour comprendre la crise politique quasi permanente en Thaïlande », Radio-Canada, 16 août 2016, http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/797752/thailan... 12 février 2017

(2) Reuters, « Le roi de Thaïlande est mort », Radio-Canada, 13 octobre 2016, http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/808407/roi-tha... 12 février 2017

(3) Thouvenot, Delphine, « Thaïlande : le nouveau roi, un héritier lointain et imprévisible », AFP, 1er décembre 2016, http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/thailand... 12 février 2017

(4) Philip, Bruno, « Thaïlande : un fêtard à la tête du royaume », Le Monde, 7 décembre 2016, http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2016/... 12 février 2017

(5) Delphine Thouvenot, op. cit.

(6) Loc. cit.

(7) Bruno Philip, op. cit.

(8) Philip, Bruno, « En exil, l'ex-premier ministre Thaksin divise toujours la Thaïlande », Le Monde, 1er février 2014, http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/... 12 février 2017 (9) Bruno Philip, « Thaïlande : un fêtard...», op. cit.

(10) Fierla, Aurelia, « Thaïlande : la mort du roi est une épreuve pour l'économie », Le Figaro, 14 décembre 2016, http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/10/14/2000... 12 février 2017

(11) Ugeux, Georges, « La Thaïlande à la croisée des chemins sous un régime militaire qui s'accroche », Le Monde, 6 février 2017, http://finance.blog.lemonde.fr/2017/02/06/la-thail... 12 février 2017

(12) Aurelia Fierla, op. cit.

(13) Falletti, Sébastien, « Le long deuil royal menace la reprise économique en Thaïlande », Le Figaro, 31 décembre 2016, http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/10/31/2000... 12 février 2017

(14) Georges Ugeux, op. cit.

Autres références

Vejjajiva, Suranand, « Why corruption continues to plague us », Bangkok Post, 21 janvier 2017, http://www.bangkokpost.com/opinion/opinion/1190017... 12 février 2017

Sattaburuth, Aekarach, « Regime ‘part of conflits' », Bangkok Post, 6 février 2017, http://www.bangkokpost.com/news/politics/1193409/r... 12 février 2017

Dernière modification: 2017-04-04 13:29:58

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019