29 octobre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

14 novembre 2017

La situation de l'eau au Koweït : une problématique inquiétante


Alexandre Dumas-Gingras
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

septembre
2020
Décès de l’émir du Koweït, le cheikh Sabah al-Ahmed al-Jabir al-Sabah

janvier
1991
Début d'une intervention militaire au Koweït

août
1990
Invasion du Koweït par l'Irak

octobre
1973
Début du premier «choc pétrolier»

août
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

juin
1961
Proclamation d'indépendance du Koweït

Le Koweït est un pays du golfe Arabo-Persique reconnu pour son climat chaud et aride ainsi que pour ses intenses vagues de chaleur. Il arrive fréquemment que la température grimpe jusqu'à 50 degrés Celsius. En 2016, le pays a notamment été reconnu comme l'endroit le plus chaud sur terre lorsque le mercure a atteint un suffocant 54 degrés Celsius (1).

Le Koweït doit composer avec des contraintes climatiques importantes, mais il est également affecté par des contraintes géologiques considérables, ce qui rend l'accès à l'eau potable difficile. Il s'agit d'une problématique qui inquiète grandement dans ce secteur.

L'accès à l'eau au coeur de toutes les préoccupations

Tout d'abord, ce pays situé au fond du golfe Arabo-Persique ne profite d'aucun point d'eau naturel. Il puise l'eau pour abreuver sa population directement dans la mer. Ce qui nécessite la mise en place de plusieurs usines de dessalement des eaux. En chiffre, plus de 90 % de la demande en eau est comblée par l'eau de mer au Koweït (2). Or, à la demande qui ne cesse de croître avec les années, l'offre peine à suivre.

L'abondance de produits chimiques et de pesticides utilisés et répandus affecte grandement la qualité de l'eau qui se dégrade dans le golfe. Cette situation préoccupe les autorités locales au Koweït, alors que le traitement des eaux devient par le fait même de plus en plus coûteux (3).

De plus, le « sous-sol » du pays est gorgé de pétrole et l'exploitation de cette ressource est sa principale industrie, et ce, depuis plus de 40 ans (4). Pour faire fonctionner cette industrie, une grande quantité d'eau est nécessaire, au détriment de la population.

Qui plus est, au mois d'août 2017, un important déversement de pétrole est survenu en plein coeur du golfe Arabo-Persique, tout près d'un champ exploité conjointement par le Koweït et l'Arabie Saoudite. À ce moment, certains médias locaux rapportent que plus de 35 000 barils de pétrole se sont écoulés dans les eaux au large de la ville de Ras al-Zour (5). Cette marée noire a provoqué la fermeture par les autorités locales de deux centrales qui produisent de l'électricité et qui désalinisent les eaux. Depuis, l'entreprise américaine Chevron a annoncé qu'elle arrive en renfort. Celle-ci participera au nettoiement du golfe en collaboration avec les autorités du Koweït. Cependant, le mal est déjà fait.

Une autre statistique reflète bien l'ampleur du problème : la consommation d'eau par habitant au pays se situe aux alentours de 500 litres par jour. Cela fait de lui un des plus grands consommateurs d'eau au monde (6). La nécessité d'agir est plus que présente. L'ensemble de ces facteurs force les autorités du Koweït à réfléchir et à trouver des solutions.

Vers des pistes de solution

Sheikh Abdullah al-Sabah, à la tête de l'autorité responsable de la question de l'environnement public, ainsi qu'Essen al-Marzouk, ministre du Pétrole, de l'Électricité et de l'Eau du Koweït, devront travailler de pair au cours des prochaines années, question de faire face à cette problématique importante (7).

D'ailleurs, une piste de solution fort intéressante a été amenée sur la table, alors qu'il est proposé de conjuguer les besoins en énergie avec des préoccupations environnementales, notamment par la technique du dessalement dit solaire. En servant à chauffer directement l'eau : « cette technique, adaptée aux petites quantités, pourrait s'appliquer à la construction d'habitations individuelles. Une technologie novatrice, prenant en compte les vents de sable fréquents de janvier à avril au Koweït, pourrait également être employée (8). »

De plus, Hamdan Al-Azmi, un autre membre du Parlement koweïtien, a suggéré une autre mesure qui fait écho ces derniers temps. Il recommande notamment l'implantation de directives claires de la Banque mondiale concernant la rationalisation de la consommation. Il invite également à réfléchir sur la modernisation de la technique d'irrigation des eaux salées (9).

Il sera intéressant de voir ce que le gouvernement du Koweït mettra en place pour contrer cette situation qui ne fera que se dégrader si aucune action concrète n'est entreprise. Les prochaines années seront cruciales.

Médiagraphie

(1) Michaelson, Ruth, « Kuwait's inferno: how will the world's hottest city survive climate change? », The Guardian, 18 Août 2017, URL [hyperlien] (page consultée le 12 Novembre 2017)

(2) Ministère de l'Économie et des Finances de la République Française, « Koweït : le secteur de l'eau », Agence France Trésor, 31 Juillet 2017, URL [hyperlien] (page consultée le 11 Novembre 2017)

(3) Kuwait Times, « Kuwait sounds alarm bell on water scarcity », 20 Avril 2017, URL [hyperlien] (page consultée le 11 Novembre 2017)

(4) Ministère de l'Économie et des Finances de la République Française, Op. Cit.

(5) Agence France Presse, « Le Koweït tente de contenir une marée noire », Huffington Post Maghreb, 13 Août 2017, URL [hyperlien] (page consultée le 12 Novembre 2017)

(6) Kuwait Times, « Kuwait minister calls for sustainable use of water », 2 Mars 2017, URL [hyperlien] (page consultee le 11 Novembre 2017)

(7) The Associated Press, « Kuwait battles oil spill in Persian Gulf waters », CBC, 13 Août 2017, URL [hyperlien] (page consultée le 12 Novembre 2017)

(8) Ministère de l'Économie et des Finances de la République française, Op. Cit.

(9) Kuwait Times, « Kuwait sounds alarm bell on water scarcity », Op. Cit.



Dernière modification: 2017-11-17 06:52:27

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019