25 novembre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

19 septembre 2017

Rick Perry comme secrétaire américain à l'énergie : un choix judicieux ou inapproprié?


Pascale Maude Salvail
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2020
Élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis

septembre
2020
Dépassement du million de personnes décédées des suites de la covid-19

mai
2020
Premier vol spatial habité pour l’entreprise américaine SpaceX

mai
2020
Mort violente de George Floyd et émeutes aux États-Unis

mars
2020
Dévoilement d’un plan de stimulation économique de 2 trillions de dollars aux États-Unis

février
2020
Accord de paix conditionnel en Afghanistan entre les États-Unis et les talibans

janvier
2020
Annonce d’un plan de paix des États-Unis dans le différend israélo-palestinien

janvier
2020
Accord commercial préliminaire entre les États-Unis et la Chine

janvier
2020
Assassinat du général iranien Qassem Soleimani

décembre
2019
Vote de la Chambre des représentants pour la destitution du président des États-Unis

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

En janvier 2017, le président Donald Trump s'est installé à la Maison Blanche. L'assermentation du président a été suivie d'une série de nominations dans le but de former son administration. Rick Perry, un ex-gouverneur du Texas, en a fait partie. Il occupe maintenant le poste de 14e secrétaire américain à l'Énergie (1). Certains disent qu'il a une feuille de route particulière pour combler ce rôle, mais ce serait ce parcours qui aurait poussé le président Trump à le sélectionner. Toutefois, les opinions restent mitigées à son égard, surtout quand on se souvient qu'en 2011 il avait dit vouloir abolir le département de l'Énergie (2).

De gouverneur à secrétaire

Perry n'est pas étranger à la scène politique. Jusqu'en 2012, il était le gouverneur de l'État du Texas, remplissant depuis 2000 ce qui serait considéré comme la plus longue présence à ce poste de l'histoire du Texas (3). C'est aussi en 2011 qu'il annonce sa candidature à l'investiture du Parti républicain. Il quitte la course quelques mois après, à la suite d'un incident lors d'un débat télévisé où il oublie un des départements qu'il dit vouloir abolir. Lors de la dernière course à l'investiture, en 2016, Perry s'est présenté de nouveau, cette fois-ci affrontant le président actuel Donald Trump (4).

Plusieurs facteurs ont contribué à la nomination de Rick Perry comme secrétaire à l'Énergie. Ce sont surtout ses expériences antérieures, particulièrement celle en tant que gouverneur du Texas, qui ont été déterminantes. Donald Trump a dit à son égard que Rick Perry était « l'un des gouverneurs les plus brillants de l'histoire moderne, ayant dirigé le Texas à travers une période de croissance et de prospérité économique continue en développant les ressources énergétiques et infrastructures de l'État (5) ». Dans un communiqué annonçant la nomination, le président expliquait son choix en disant qu'« [e]n tant que gouverneur du Texas, Rick Perry [avait] créé un environnement pour le commerce qui produit des millions de nouveaux emplois et [a engendré] une baisse des prix de l'énergie dans son État [...] il apportera la même approche pour notre pays tout entier en tant que ministre de l'Énergie (6) ».

Une nomination qui ne fait pas consensus

Aux États-Unis autant qu'ailleurs, les critiques et les opinions au sujet de la nomination de Rick Perry comme secrétaire de l'Énergie sont mitigées. Certains vont jusqu'à dire que c'est un choix tout simplement parfait, alors que d'autres déplorent le choix du candidat en se basant sur deux grandes raisons.

Selon James Taylor du magazine Forbes, ce candidat serait un choix parfait pour l'implantation d'une politique américaine de l'énergie qui aurait pour but de promouvoir de l'énergie abordable et abondante. Celle-ci permettrait au pays d'atteindre son plein potentiel énergétique, tout comme Perry l'a fait au Texas en tant que gouverneur. Il avait alors créé beaucoup d'emplois, ce qui, à l'époque, avait protégé le Texas d'une grosse crise économique (7).

Toutefois, le département de l'Énergie a d'autres responsabilités et de là proviennent les autres critiques. Sous le président Barack Obama, plusieurs politiques et programmes pour lutter contre les changements climatiques avaient été implantés. Or, plusieurs craignent le fait que le secrétaire Perry soit ouvertement climato-sceptique (8), et que ces programmes soient oubliés ou même abolis (9).

La seconde critique qui semble la plus courante est que malgré une grande expérience de gestion bureaucratique, Perry ne semble pas avoir les connaissances pour gérer le programme nucléaire. Or, depuis 2001, celui-ci figure parmi les grandes responsabilités du département de l'Énergie (10). Environ 60 % du budget du département serait alloué à l'Administration nationale pour la sécurité nucléaire (11). C'est pourquoi les deux derniers secrétaires à l'Énergie avaient des bagages universitaires en physique.

En avril 2017, le secrétaire Perry a annoncé qu'il ne recommanderait pas au président de se retirer de l'Accord de Paris sur le climat, mais de le renégocier (12). Depuis, une conférence regroupant tous les signataires de l'accord, dont les États-Unis, a eu lieu à Montréal. La ministre de l'Environnement canadienne, Catherine McKenna, a été très claire sur le fait que l'accord était non-négociable et que les signataires avaient des obligations (13).

Les États-Unis semblent avoir reconnu ces faits. Leur réaction pourrait nous en dire long sur l'orientation que Perry donnera au département de l'Énergie.




Références:

(1) U.S DEPARTMENT OF ENERGY, « Rick Perry Secretary of Energy », 2017, https://energy.gov/contributors/rick-perry , Page consultée le 17 septembre 2017.

(2) SAKUMA, Amanda, « Skeptics Rip Rick Perry as Trump's Pick to lead Department of Energy », NBC News, 15 décembre 2016, https://www.nbcnews.com/politics/politics-news/ske... Page consultée le 11 septembre 2017.

(3) US Department of Energy, Op. cit.

(4) AGENCE FRANCE-PRESSE, « Rick Perry nommé Secrétaire de l'Énergie des États-Unis », Le Devoir, 14 décembre 2016, http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/4... , Page consultée le 17 septembre 2017

(5) Loc. cit.

(6) Loc. cit.

(7) TAYLOR, James, « Rick Perry is the Perfect choice for Energy Secretary », Forbes, 14 décembre 2016, https://www.forbes.com/sites/jamestaylor/2016/12/1... Page consultée le 17 septembre 2017

(8) ANONYMOUS, The role of religion in climate change denial prelude to a keynote, The Ardell Wellness Report, 1-414 avril 2017, http://ezproxy.usherbrooke.ca/login?url=https://se... Page consultée le 18 septembre 2017.

(9) DAVENPORT, Coral, « Rick Perry, Ex-Governor of Texas, is Trump's pick as Energy Secretary », The New York Times, 13 décembre 2016, https://www.nytimes.com/2016/12/13/us/politics/ric... Page consultée le 17 septembre 2017.

(10) DAVENPORT, Coral, Op. cit.

(11) KRAUSS, Lawrence M., « Rick Perry is the wrong choice for Energy Secretary », The New York Times, 3 décembre 2016, https://www.nytimes.com/2016/12/13/opinion/rick-pe... Page consultée le 17 septembre 2017.

(12) AGENCE FRANCE-PRESSE, « Washington doit rester dans l'accord de Paris, dit Rick Perry », La Presse, 25 avril 2017, http://www.lapresse.ca/environnement/201704/25/01-... Page consultée le 17 septembre 2017.

(13) BRAIBANT, Marc, « Accord de Paris : la menace de retrait des États-Unis demeure », Agence France-Presse, Le Devoir, 16 septembre 2017, http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-s... Page consultée le 18 septembre 2017.

Dernière modification: 2017-09-25 12:08:51

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019