29 novembre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

12 mars 2019

Le procès des indépendantistes catalans vient mettre de l'huile sur le feu


Valeria Pecoraro
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2019
Élection en Espagne d’un gouvernement de coalition dirigé par le Parti socialiste ouvrier espagnol

avril
2019
Élections législatives en Espagne

octobre
2017
Déclaration d’indépendance de la Catalogne

août
2017
Manifestation d’envergure contre le terrorisme à Barcelone, en Espagne

juin
2016
Réélection en Espagne d’un gouvernement minoritaire du Parti populaire

décembre
2015
Tenue d'élections législatives en Espagne

septembre
2015
Élections régionales au Parlement de Catalogne

novembre
2014
Tenue d'une consultation sur l'auto-détermination de la Catalogne

juin
2014
Annonce de l'abdication du roi d'Espagne, Juan Carlos 1er

novembre
2011
Élection du Parti populaire de Mariano Rajoy en Espagne

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

mars
2008
Réélection en Espagne du Parti socialiste ouvrier de Jose Luis Zapatero

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

mars
2004
Élection en Espagne d’un gouvernement minoritaire du Parti socialiste ouvrier espagnol

mars
2004
Attentats terroristes dans le métro de Madrid

mars
2000
Réélection en Espagne d’un gouvernement majoritaire du Parti populaire

juin
1999
Tenue d'élections au Parlement européen

janvier
1999
Passage à l'euro pour onze pays de l'Union européenne

juin
1998
Création de la Banque centrale européenne

Le 12 février 2019 a commencé le procès en justice des séparatistes catalans (1). Ce procès a lieu à Madrid, la capitale de l'Espagne, et non à Barcelone, la capitale de la Catalogne. Il vise à condamner les leaders politiques catalans qui ont organisé la tenue d'un référendum en vue d'obtenir l'indépendance vis-à-vis l'Espagne.

Bien que les séparatistes catalans proclament encore qu'ils ont le droit de décider de leur sort, le pouvoir exécutif espagnol juge ce référendum illégal et inconstitutionnel. En effet, la tenue de ce référendum va à l'encontre de l'article 2 de la Constitution espagnole, qui stipule que « la Constitution a pour fondement l'unité indissoluble de la Nation espagnole, patrie commune et indivisible de tous les Espagnols. [...] (2) ». Le tribunal suprême espagnol jugera 12 leaders catalans, non seulement pour le référendum en soi, mais aussi pour la déclaration unilatérale d'indépendance.

Il est nécessaire de rappeler que le gouvernement régional catalan, présidé par Carles Puidgemont, a organisé en octobre 2017 la tenue d'un référendum pour décider de l'indépendance de la Catalogne, une région autonome située dans le nord-ouest de l'Espagne. Le camp du « oui » a remporté ce référendum avec plus de 90 % des votes. Or, il faut relativiser ce chiffre, puisque le taux de participation de 42,3 % est tout de même assez faible (3).

Plusieurs leaders du mouvement indépendantiste catalan se retrouvent actuellement en prison à Barcelone, en attente de leur procès. C'est notamment le cas d'Oriol Junqueras, vice-président du gouvernement catalan au moment des faits en 2017 (4). L'ex-leader Puidgemont se trouve actuellement en exil auto-infligé en Belgique et il a échappé jusqu'à maintenant à plusieurs mandats d'arrestation émis par Madrid.

L'histoire de l'Espagne à travers la Catalogne

Bien que les tensions entre la Catalogne et Madrid aient atteint leur sommet en 2017, il faut savoir qu'elles ne datent pas d'hier, mais de bien plus longtemps. En fait, selon Barbara Loyer, spécialiste de la géopolitique de l'Espagne, les problèmes auraient commencé au XVe siècle. À cette époque, un roi d'ascendance castillane a monté sur le trône de la couronne d'Aragon, de laquelle l'actuelle Catalogne faisait partie. Il y a eu d'autres troubles significatifs, comme l'accession au trône de Philippe V en 1714 et la perte des quelques colonies qui restaient à l'Espagne en 1898 (5). Toutefois, ce n'est pas cela qui a contribué le plus à la crise politique qui a failli déchirer cette ancienne puissance coloniale. Il faut plutôt regarder dans l'histoire récente de l'Espagne pour bien comprendre tout ce qui y arrive.

Effectivement, en 2006, l'administration de José Luis Zapatero a révisé le statut de toutes les communautés autonomes de l'Espagne, ce qui a octroyé plus de libertés à la Catalogne. Or, en 2010, le Parti populaire fait annuler par le tribunal suprême 14 articles du nouveau statut d'autonomie, car ils étaient jugés inconstitutionnels (6). Cette annulation a entraîné une grande manifestation à Barcelone en 2012 (7).

Un autre ingrédient dans cette recette pour le désastre a été la crise économique de 2008. Cette crise a entraîné un resserrement du contrôle exercé sur les dépenses publiques catalanes par le pouvoir central espagnol (8). Voilà une recette certaine pour le désastre. C'est ce qui a mené à la naissance du mouvement séparatiste catalan tel qu'on le connaît aujourd'hui.

Un procès judiciaire très politisé

En revenant au fameux procès judiciaire de 2019, 12 leaders séparatistes catalans seront jugés cette année par le tribunal suprême espagnol, le plus important tribunal en Espagne. Ces 12 leaders seront traduits en justice, dans un procès qui durera plus de trois mois (9). Ces chefs indépendantistes font face notamment à des accusations de rébellion, désobéissance et malversation de fonds.

Certains séparatistes qualifient le procès de « tromperie », car ils accusent le gouvernement de Pedro Sanchez de faire pression sur les magistrats (10). Il y a même des officiers des forces de l'ordre qui seront jugés aussi (11). Il reste à voir quelles condamnations seront données aux leaders catalans et aux officiers des forces de l'ordre et voir jusqu'à quel point celles-ci vont différer.

Médiagraphie

(1) Samper Ospina, Juanita, « Arranca el juicio contra separatistas catalanes que divide a España », El Tiempo, 12 février 2019, URL: [hyperlien] consulté le 12 mars 2019.

(2) Agencia Estatal Boletín Oficial del Estado, « LA CONSTITUTION ESPAGNOLE », URL: [hyperlien] consulté le 12 mars 2019.

(3) Radio Canada, « Les résultats définitifs du référendum catalan sont transmis au Parlement », Publié le vendredi 6 octobre 2017 à 0 h 43-Mis à jour le vendredi 6 octobre 2017 à 14 h02, URL : [hyperlien] , consulté le 12 mars 2019.

(4) El Pais, « Juicio del Procés: los protagonistas », 12 février 2019, URL: [hyperlien] consulté le 12 mars 2019.

(5) Wemaëre, Alcyone, « Catalogne : une longue histoire de tensions avec Madrid », France 24, 22 septembre 2017, URL : [hyperlien] consulté le 12 mars 2019.

(6) Ibid.

(7) Ibid.

(8) Ibid.

(9) SAMPER OSPINA, Juanita, Op. Cit.

(10) AFP et Efe, « ¿Por qué la justicia española es criticada por juicio a separatistas? », El Tiempo, 11 février 2019, URL: [hyperlien] consulté le 12 mars 2019.

(11) El Pais, Op. Cit.



Dernière modification: 2019-03-18 08:55:21

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019