6 août 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

12 février 2019

Greta Thunberg galvanise les mouvements étudiants pour l'environnement


Olivier Duquette
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mars
2017
Élections législatives aux Pays-Bas

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

avril
2001
Entrée en vigueur du mariage entre conjoints de même sexe aux Pays-Bas

juin
1999
Tenue d'élections au Parlement européen

janvier
1999
Passage à l'euro pour onze pays de l'Union européenne

juillet
1998
Signature du Statut de Rome prévoyant la création de la Cour pénale internationale

juin
1998
Création de la Banque centrale européenne

juin
1994
Tenue d'élections au Parlement européen

février
1992
Signature du traité de Maastricht

juin
1989
Tenue d'élections au Parlement européen

juin
1979
Tenue d'une première élection au suffrage universel au Parlement européen

mars
1979
Création du système monétaire européen

août
1975
Signature à Helsinki d'un accord sur la sécurité en Europe

janvier
1962
Adoption de la politique agricole commune à Bruxelles

septembre
1961
Début des travaux de l'Organisation de coopération et de développement économiques

mars
1957
Signature des traités de Rome créant la Communauté économique européenne

décembre
1949
Création des États-Unis d'Indonésie

mai
1949
Création du Conseil de l'Europe

Fin 2018, l'adolescente suédoise Greta Thunberg, alors âgée de 15 ans, devient le nouveau visage de la jeunesse militante pour la protection de l'environnement et une source d'inspiration pour toute une génération conscientisée au problème majeur des changements climatiques. En plus de recevoir de nombreux prix et d'être citée comme une des 25 adolescents les plus influents au monde en 2018 par le magazine Time, elle prononce une allocution devant les Nations unies.

Depuis, on observe plusieurs mobilisations étudiantes prendre de l'envergure à travers le monde pour mettre de la pression sur les élus afin qu'ils en fassent davantage dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Rappelons que dans son dernier rapport, en octobre 2018, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a alerté la communauté internationale qu'une augmentation globale des températures de plus de 1,5 °C aura des conséquences catastrophiques, autant sur le climat que sur les êtres vivants (1). Présentement, même en atteignant les objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre (GES) fixés dans l'accord de Paris en 2015, on se dirige vers un réchauffement planétaire de 3 °C ou même 4 °C d'ici la fin du siècle (2).

Par ailleurs, ce traité n'a aucune obligation légale et jusqu'à maintenant moins d'une dizaine de pays sur les 153 à l'avoir signé font des efforts pour atteindre leurs cibles (3). Sans compter le retrait des États-Unis, un des plus gros émetteurs de GES.

Greta pour le climat

C'est à l'été 2018 que Greta commence sa grève de l'école pour le climat. À trois semaines des élections législatives suédoises, la pionnière arrête d'aller à l'école pour passer ses journées à protester devant le Parlement afin que les élus respectent leurs engagements de diminution des émissions de GES relatifs à l'Accord de Paris. « Pourquoi devrait-on faire en sorte qu'un jeune étudie pour un avenir alors que personne n'en fait assez pour sauver cet avenir (4) », s'est-elle exprimée aux médias.

Ses propos sont diffusés et Greta reçoit l'appui massif des militants écologistes à travers le monde. Invitée à livrer un discours devant les dirigeants mondiaux à la COP24 à Katowice en Pologne, en décembre 2018, elle tient un discours poignant, affirmant qu'ils sont « irresponsables » et « pas assez matures pour dire les choses telles qu'elles sont (5) », en plus de détruire le futur de leurs enfants sous leurs yeux.

La jeunesse inquiète pour la planète

Les actions de Greta ont reçu un écho mondial et on voit maintenant s'organiser des manifestations étudiantes un peu partout en Occident : Belgique, Pays-Bas, Royaume-Uni, Canada, Allemagne, Suisse, Finlande, France et aux États-Unis.

Contrairement aux accusations de certains décideurs envers les organisations et partis environnementaux de récupérer le mouvement, ces mobilisations semblent être entièrement à l'initiative des jeunes (6). Elles sont décentralisées, non-partisanes et pacifiques. Jusqu'à présent, ce sont des centaines de milliers d'étudiants qui ont séché les cours un jeudi ou un vendredi, journées de prédilection, pour manifester. Le phénomène s'établit sur une base hebdomadaire et, malgré les réticences de plusieurs politiciens, il est appuyé par la plupart des corps professoraux.

Le mouvement commence à prendre de l'ampleur et se concrétiser dans plusieurs pays. En Belgique, après quatre semaines consécutives de grève, le mouvement « Youth for Climate » est passé de quelques milliers à plusieurs dizaines de milliers de jeunes manifestants, notamment grâce aux réseaux sociaux. Celui-ci met la pression sur les partis politiques bientôt en campagne électorale et provoque la proposition de la loi Climat. Celle-ci prévoit, entre autres, une plus grande réduction des émissions de GES ainsi que « [d'] alléger et coordonner les prises de décisions (7) » en matière de protection de l'environnement.

De leur côté, les Pays-Bas ont fait appel aux tribunaux pour obtenir gain de cause. En octobre 2018, « la Cour d'appel de La Haye a confirmé le jugement, affirmant que l'État agissait "illégalement" et faisait "trop peu pour prévenir un changement climatique dangereux" (8) ».

La lutte prend donc différentes formes à l'international, mais reçoit surtout une réponse favorable de plusieurs populations. Deux grèves étudiantes mondiales pour le climat sont annoncées le 15 mars et le 27 septembre 2019.




Références:

(1) IPCC, Global Warning of 1.5°C: Summary for Policymakers, https://report.ipcc.ch/sr15/pdf/sr15_spm_final.pdf, consulté le 10/02/19.

(2) DELAGE, Thomas et François GEMENNE, Géopolitique du réchauffement climatique, Diplomatie, n. 30, décembre 2015, p. 8.

(3) JOLLY, Anthony, Accord de Paris : quels pays respectent leurs engagements?, Francetvinfo, 03/08/18, https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentiel... consulté le 10/02/19.

(4) TAN, Ashley, 9 quotes that made headlines in 2018, Eco-Business, 19/12/18, https://www.eco-business.com/news/9-quotes-that-ma... consulté le 10/02/19.

(5) CHOUINARD, Marie-Andrée, COP24 : la colère de Greta, Le Devoir, 18/12/18, https://www.ledevoir.com/opinion/editoriaux/543828... consulté le 10/02/19.

(6) Le Soir, Anuna De Wever au Soir : « Aucune organisation ou association ne nous conseille », 09/02/19, https://www.lesoir.be/205814/article/2019-02-09/an... consulté le 11/02/19.

(7) MUELENAERE, Michel, Que dit vraiment la loi?, Le Soir, 05/02/19, https://plus.lesoir.be/204917/article/2019-02-05/q... consulté le 11/02/19.

(8) AFP, Climat : la justice des Pays-Bas ordonne à Amsterdam de redoubler d'efforts, Radio-Canada, 09/10/18, https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1128750/clima... consulté le 11/02/19.

Dernière modification: 2019-02-18 22:06:19

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019