23 septembre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

29 octobre 2019

Une vague verte lors des législatives suisses


Sarah-Loup Lessard
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juillet
2012
Confirmation de l’existence du boson de Higgs

octobre
2010
Ouverture du treizième Sommet de la Francophonie

avril
1993
Élargissement de l’accès public au World Wide Web

février
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

août
1975
Signature à Helsinki d'un accord sur la sécurité en Europe

février
1971
Référendum favorable au droit de vote des femmes en Suisse

octobre
1969
Remise du prix Nobel de la paix à l'Organisation internationale du travail

septembre
1961
Début des travaux de l'Organisation de coopération et de développement économiques

janvier
1960
Création de l'Association européenne de libre-échange

août
1955
Ouverture d’une conférence internationale sur l’énergie atomique à Genève

décembre
1950
Création du Haut-Commissariat de l’Organisation des Nations unies pour les réfugiés

avril
1948
Création de l'Organisation européenne de coopération économique

La 51e législature suisse a été formée le 20 octobre 2019 au terme d'un scrutin amenant la préoccupation environnementale en chambre. Cette ascension des partis écologistes marque un changement de couleur au Parlement suisse.

De la rue aux urnes

La Suisse est un État fédéral ayant un système parlementaire. Le gouvernement se doit donc d'être appuyé par le Parlement. Le Parlement suisse est bicaméral, donc constitué d'une chambre haute, le Conseil d'État, qui est composé de 46 sièges représentant les cantons, et d'une chambre basse, le Conseil national, qui comporte 200 sièges. L'élection de la chambre haute se fait au scrutin majoritaire à deux tours, tandis que celle de la chambre basse se fait à la proportionnelle.

L'enjeu principal qui marque la campagne électorale à la législature fédérale est sans contredit l'enjeu climatique. Toutefois, il est à noter que les cantons ont une place importante dans la formation du Conseil national. Or, les réalités respectives des cantons influencent les députations dont une partie est renouvelée. Il reste que la cause climatique s'est fortement imposée dans les débats (1).

Les législatives suisses de 2019 enregistrent un taux de participation inférieur aux trois élections précédentes. En effet, en 2007 le taux de participation a connu une hausse par rapport aux élections antérieures, passant de 45,2 % à 48,3 %, soit une ascension de 3,1 %. Les deux élections suivantes, soit celles de 2011 et de 2015, se situaient à 48,5 %, soit une légère hausse de 0,2 %. Or, les élections de 2019 sont retombées sous le seuil de 46 % (2). Selon un quotidien suisse, cette baisse du taux de participation est due à une campagne plutôt discrète, au cours de laquelle l'Union démocratique du centre (UDC) a perdu du terrain avec son discours anti-immigration et anti-européen alors que l'attention était au climat (3).

Un populisme en déclin

Historiquement, l'UDC est considérée comme le parti garant de l'indépendance de la Suisse, de par sa position traditionnellement anti-intégration dans l'Espace économique européen (EEE). À l'origine un parti d'opposition, sa présence accrue au Parlement depuis les années 1990 lui permet de défendre une politique étrangère de neutralité. Considéré comme un parti de droite, l'UDC privilégie une politique d'immigration restreinte, qualifiée de populiste par certains, depuis le début de la crise européenne des migrants (4).

Tandis que la crise migratoire battait son plein en 2015, l'UDC a bien su mobiliser son électorat en ce sens. Or, les législatives de 2019 voient apparaitre un enjeu de taille : la crise climatique. Les Suisses ont bien reçu l'appel de Greta Thunberg, une jeune activiste suédoise, de se joindre à la cause climatique avec une hausse significative des Verts, tant de gauche que de droite (5). Selon la cheffe des Verts, Regula Rytz, « c'est un changement tectonique (6) », alors que la Suisse est connue pour son paysage politique stable. De son côté, l'UDC, consciente qu'elle allait « perdre des plumes », a plutôt déclaré une « hystérie climatique », tel que l'a rapporté le sénateur sortant de l'UDC, Oscar Freysinger. Tandis que la priorité pour le parti est à la souveraineté suisse (7).

Selon Pascal Sciarini, professeur de sciences politiques à l'Université de Genève, « ce vote est en adéquation avec les préoccupations majeures des Suisses concernant le climat (8). » Or, l'UDC n'a pas su surfer sur la vague de réfugiés tel qu'elle l'a réussi en 2015, c'est pourquoi les Verts connaissent une hausse notable en chambre.

Toutefois, malgré une progression des partis écologistes au Conseil national, l'UDC demeure en tête. En effet, les Verts et le parti Vert'libéraux ont connu une hausse de 17 et de 9 sièges respectivement par rapport à 2019, pour un total de 44 sièges et de 21 % des suffrages. Même si l'UDC a perdu 12 sièges, il reste le premier parti en importance, alors que les Verts passent à la 4e place et les Vert'libéraux à la 6e (9).

Au terme de ce scrutin fort en rebondissements, l'attention se dirige vers la formation du Conseil d'État, soit l'exécutif, le 11 décembre prochain. Les analystes se questionnent à savoir si la formule normalement utilisée pour nommer les ministres de la fédération devra être adaptée au nouveau portrait parlementaire suisse.

Médiagraphie

(1) Quiquerez, Florent, « Quel sera le visage du parlement après les élections fédérales? », 24 heures, 20 septembre 2019, URL [hyperlien] class='liendanstexte' href='/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1630'>parlement-elections-federales/story/26984940, consulté le 29 octobre 2019

(2) Jaberg, Samuel & Marc-André Miserez, « Elections législatives: Un dimanche triomphal pour les écologistes suisses », Swissinfo, 21 octobre 2019, URL [hyperlien] class='liendanstexte' href='/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1630'>parlement-suisse/45209962, consulté le 29 octobre 2019

(3) Loc.cit.

(4) UDC Suisse, « L'histoire de l'UDC », URL [hyperlien] consulté le 29 octobre 2019

(5) Ouest-France avec Reuters, « Élections en Suisse. L'UDC reste en tête, progression confirmée des écologistes », Ouest-France, 20 octobre 2019, URL [hyperlien] consulté le 29 octobre 2019

(6) Perdrero Agnès de l'AFP, « Élections suisses : vague verte, mais la droite populiste reste en tête », La Presse, 20 octobre 2019, URL [hyperlien] consulté le 29 octobre 2019

(7) Loc.cit.

(8) Bourreau, Marie, « Suisse : un résultat électoral historique pour les partis écologistes », Le Monde, 20 octobre 2019, URL [hyperlien] class='liendanstexte' href='/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1630'>parlement_6016214_3210.html, consulté le 29 octobre 2019

(9) Jaberg, Samuel & Marc-André Miserez, « Elections législatives: Un dimanche triomphal pour les écologistes suisses », op. cit., consulté le 29 octobre 2019



Dernière modification: 2019-11-28 14:20:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019