22 octobre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

19 novembre 2019

La présence montréalaise et le terrorisme ne font pas bon ménage au Burkina Faso


Santiago Murillo Rincon
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2015
Élection de Roch Marc Christian Kaboré à la présidence du Burkina Faso

septembre
2015
Tentative de coup d'État au Burkina Faso

octobre
2014
Démission du président du Burkina Faso, Blaise Compaoré

novembre
2004
Ouverture du dixième Sommet de la Francophonie

septembre
2002
Tentative de coup d'État en Côte d'Ivoire contre le président Laurent Gbagbo

octobre
1987
Renversement du gouvernement de Thomas Sankara au Burkina Faso

février
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

décembre
1985
Conflit entre le Burkina Faso et le Mali

août
1983
Renversement du président Jean-Baptiste Ouedraogo en Haute-Volta

novembre
1980
Renversement du président Sangoulé Lamizana en Haute-Volta

mai
1978
Élection de Sangoulé Lamizana à la présidence de la Haute-Volta


1974
Famine au Sahel

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

septembre
1961
Création de l'Union africaine et malgache

Traditionnellement, la principale source d'emplois au Burkina Faso était l'agriculture qui constituait près de 80 % des recettes gouvernementales (1). À cette époque, ce pays agricole était considéré parmi les plus sécuritaires du continent (2).

Depuis la dernière décennie, l'industrie minière a pris énormément d'expansion. Le pays est rapidement devenu le quatrième plus grand producteur d'or du continent (3). Des sites d'exploitations, tels que la mine d'Essakane, celle de Youga Gold mine ou la Gold Mining SEMAFO, ont vu leur production grimper en flèche (4).

Contamination terroriste

Depuis 2015, la présence des groupes djihadistes est aussi en augmentation. Ces groupes terroristes visent à affaiblir l'économie du pays. Leurs attaques sont concentrées principalement dans le nord-est du pays. Cette région regorge de sites d'exploitation minière. Ces nombreuses attaques ont causé la mort de près de 650 personnes et l'équivalent de 500 000 déplacés internes (5).

Le choix de cette cible s'explique facilement. L'or représente plus de 70 % des revenus d'exportation au Burkina Faso. Entre 2016 et 2017, l'exportation de l'or a eu pour effet de bonifier le produit d'intérieur brut (PIB) de près de 3,1 % (5).

Du côté des mines, la situation ne cesse de s'aggraver en raison d'une augmentation des attaques terroristes. La compagnie montréalaise Gold Mining SEMAFO en subit les conséquences. Elle a été visée à plusieurs reprises par des attaques terroristes. En moins d'un an, cette compagnie minière a été attaquée à quatre reprises. La troisième a forcé la compagnie à renforcer les mesures de sécurité pour les employés. Ces mesures ont été appliquées uniquement pour les employés expatriés, majoritairement québécois, et les hauts cadres de l'entreprise. Pour eux, le transport vers les mines se fait uniquement par hélicoptère, alors que les employés burkinabè doivent s'y rendre en autobus (7).

La direction de la compagnie minière a tout de même attendu qu'une quatrième attaque se produise avant de cesser toute exploitation. Celle-ci date du 6 novembre 2019. Elle a été considérée comme l'attaque la plus meurtrière au pays dans les cinq dernières années, faisant un total de plus de 37 morts et 60 blessés. L'attaque s'est produite à proximité d'une des mines de la compagnie minière québécoise SEMAFO (8).

Ouagadougou : la capitale de la roulette russe

La montée du terrorisme au Burkina Faso a officiellement débuté en 2016 avec une première attaque. Celle-ci avait trois cibles, soit : l'hôtel Splendid, le café Cappucino ainsi que le bar Taxi Brousse. Elle fait un total de 30 morts et plus de 150 blessés. Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) a revendiqué cette première attaque terroriste visant le cœur de la capitale, Ouagadougou (9). Elle a été l'élément déclencheur d'une série de différents attentats aléatoires qui visaient la capitale nationale ainsi que le nord-est du pays (10).

Le terrorisme s'est propagé depuis les frontières avec le Mali et le Niger. Les provinces qui partagent des frontières avec ces deux pays sont aujourd'hui considérées des « zones rouges » par le gouvernement français. Cela veut dire qu'elles sont fortement déconseillées, voire interdite aux touristes français. Ce qui semble le plus alarmant, c'est que les forces armées burkinabè semblent incapables de contrer la montée du terrorisme (11). En décembre 2018, le gouvernement burkinabè a décrété l'état d'urgence dans les provinces concernées par le terrorisme (12).

Lors du dernier G5 Sahel, le président Roch Marc Christian Kaboré a lancé un appel à la communauté internationale dans le but de promouvoir et d'accroitre les ressources visant à contrer le terrorisme en Afrique, surtout dans la région du Sahel (13). Ces attaques ont des répercussions sur l'ensemble de la société, notamment sur l'éducation. On estime qu'en janvier 2019, plus de 1035 écoles primaires et secondaires ont été fermées en raison du terrorisme. Ce nombre d'écoles fermées équivaut à environ 141 000 enfants privés d'éducation (14).

Cette lutte contre le terrorisme est loin d'être terminée en raison des nombreux conflits qui opposent les groupes terroristes et les entreprises occidentales tirant profit des ressources africaines.

Médiagraphie :

(1) La Banque Mondiale, « Burkina Faso : Vue d'ensemble », URL [hyperlien] consulté le 16/11/19

(2) Douce, Sophie « Au Burkina Faso, la dégradation de la situation sécuritaire gagne du terrain », Le Monde Afrique, le 18 février 2019, URL [hyperlien] consulté le 15/11/19

(3) Coulibaly, Nadoun, « Or: croissance record pour les exploitations burkinabè », Jeune Afrique, le 07 mai 2019, URL [hyperlien] consulté le 16/11/19

(4) Ibid.

(5) Dufour, Richard, « Burkina Faso: une manière montréalaise visée par un quatrième attentat en 15 mois », La Presse, le 07 novembre 2019, URL [hyperlien] consulté le 15/11/19

(6) Boudani, Yaya, « Burkina Faso: l'or l'autre pilier de l'économie à côté du coton, RFI, le 10 octobre 2018, URL [hyperlien] consulté le 16/11/19

(7) Ibid.

(8) Lacroix, Antoine « 37 employés d'une minière du Québec tués en Afrique », Journal de Montréal, le 06 novembre 2019, URL [hyperlien] consulté le 15/11/19

(9) Hée, Lisa, « Burkina Faso : entre démocratie et montée du terrorisme », Le Globeur, URL [hyperlien] class='liendanstexte' href='/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1584'>terrorisme/, consulté le 15/11/19

(10) Douce, Sophie, op. cit

(11) Ibid.

(12) Hée, Lisa, op. cit

(13) Ibid.

(14) Ibid.



Dernière modification: 2019-11-24 14:06:04

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
La présence montréalaise et le terrorisme ne font pas bon ménage au Burkina Faso
>novembre 2019


Transition démocratique réussie au Burkina Faso
>février 2015


Septième sommet sur la bonne gouvernance: les yeux rivés sur Ouagadougou
>novembre 2007


Thomas Sankara : l'enfant chéri des Burkinabés
>octobre 2007


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019