11 juillet 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

17 octobre 2019

Une éducation en évolution, aux prises avec des scandales sexuels en Afrique de l'Ouest


Simon Guillette
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

décembre
2000
Élection de John Kufuor à la présidence du Ghana

janvier
1997
Assermentation de Kofi Annan au poste de secrétaire général des Nations unies

décembre
1981
Renversement du gouvernement de Hilla Limann au Ghana

janvier
1979
Retour au multipartisme au Ghana

janvier
1972
Renversement du gouvernement de Kofi Abrefa Fusia au Ghana

août
1969
Tenue d'élections législatives au Ghana

février
1966
Renversement du président Kwame Nkrumah au Ghana

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

avril
1960
Proclamation de l'indépendance du Togo

octobre
1958
Proclamation de l'indépendance de la Guinée

mars
1957
Proclamation de l'indépendance du Ghana

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

février
1951
Premières élections législatives au suffrage universel sur la Côte-de-l'Or (Ghana)

En octobre 2019, un documentaire intitulé « Sex for Grades » a été publié, rendant public un problème de scandales sexuels présent sur des campus universitaires en Afrique de l'Ouest.

Des scandales sexuels dévoilés au grand jour

Ce documentaire choquant est une présentation de la chaine britannique BBC. Elle dévoile une enquête portant sur des scandales sexuels qui se sont déroulés sur les campus de l'Université de Lagos, au Nigeria, et de l'Université du Ghana. En effet, c'est après avoir reçu des témoignages de harcèlements sexuels que deux journalistes ont été envoyés de façon anonyme dans ces deux campus, en se faisant passer pour des étudiantes, afin d'enquêter sur la situation en Afrique de l'Ouest (1).

L'une d'entre elles, Kiki Mordi, journaliste à la BBC âgée de 17 ans au moment du documentaire, a été harcelée par un professeur nigérian. Ce professeur avait verrouillé la porte de son bureau en lui demandant de l'embrasser, sinon il allait la dénoncer pour ne pas être obéissante envers ses désirs. Pendant l'enquête, qui a été menée pendant un an, plusieurs étudiantes font des allégations à l'endroit de professeurs qui auraient fait du harcèlement sexuel sur les campus universitaires. Les professeurs auraient demandé des faveurs sexuelles de la part de leurs étudiantes en échange de meilleures notes. Certaines racontaient leurs propres expériences avec des professeurs de leur établissement. Dans un des cas, une ancienne étudiante raconte que son expérience l'avait conduite à faire plusieurs tentatives de suicide (2).

Le documentaire n'a pas manqué de faire réagir dans les différentes communautés. Après sa diffusion, le professeur Boniface Igbeneghu, qui a été pris en flagrant délit dans ce documentaire, a été suspendu et exclu du campus universitaire (3). Les accusations ne se sont pas arrêtées là, puisque deux autres professeurs de l'Université du Ghana, soit le professeur Ransford Gyampo et le Dr Paul Kwame Butakor, ont été arrêtés pour avoir été indirectement complices des scandales dévoilés à partir du documentaire de BBC. De plus, d'autres membres de cette université ont aussi été accusés d'inconduite sexuelle par des étudiantes (4).

Les scandales ont beaucoup circulé dans les médias des deux pays dont les campus universitaires sont ciblés dans le documentaire. Il y a eu beaucoup de condamnations sur le réseau social Twitter en lien avec les évènements, réclamant des actions rapides pour faire face au problème. Aussi, d'autres étudiants en ont profité pour partager leur expérience tout en dénonçant leur agresseur présumé (5).

Une éducation gratuite, mais aux prises avec des inégalités

L'éducation au Ghana a connu quelques améliorations au cours des dernières années. Pour faire face au problème de l'accès à l'éducation primaire et secondaire, le président a réalisé sa promesse électorale. Il a rendu l'enseignement primaire gratuit, tout comme l'ont fait 42 autres pays africains, en lançant le programme Free High School. Lancé en 2017, celui-ci vise à s'attaquer au problème du décrochage scolaire au primaire. Avant l'adoption du programme, étudier au primaire coutait 500 $ par année pour un enfant. Au moment de l'adoption de cette mesure, 63 % des élèves abandonnaient l'école avant d'avoir complété leur formation au primaire (6).

La mesure a été efficace, puisqu'en 2017 les inscriptions à l'école secondaire ont augmenté de 74 % par rapport à l'année précédente (7). Pour favoriser le maintien des étudiants au secondaire, celle-ci devient aussi gratuite, avec des investissements à la hauteur de 400 000 de cedis (88 millions d'euros) dans le budget de 2017 du gouvernement.

Malgré cela, des problèmes d'inégalité subsistent quant à l'accès à une éducation de qualité. En effet, un rapport des Nations unies de 2015 dévoile que les filles passaient en moyenne 5,8 ans à l'école, tandis que les garçons en passaient 7,8. La situation est meilleure qu'en Afrique subsaharienne (4,5 ans pour les filles et 6,3 pour les garçons), mais nettement inférieure à la moyenne mondiale (8). De plus, des inégalités continuent d'augmenter entre les étudiants en zone urbaine et ceux en zone rurale. Les villes offrent l'apprentissage d'une deuxième langue, tandis que les zones rurales sont privées d'un tel cours (9).

Médiagraphie:

(1) Malaea, Marika, Call for action in response to undercover “sex for grades” university scandal, Newsweek, 08/10/2019,https://www.newsweek.com/call-action-response-undercover-sex-grades-university-scandal-1463982, consulté le 17/10/2019

(2) BBC, Un professeur nigérian suspendu après la diffusion du documentaire BBC Africa Eye “sex for grades” film, 08/10/2019, [hyperlien] consulté le 17/10/2019

(3) Loc. cit.

(4) Ghana Web, “Sex for grades opens pandora's box, The Chronicle dans Ghana Web, 15/10/2019,https://www.ghanaweb.com/GhanaHomePage/NewsArchive/Sex-for-grades-opens-pandora-s-box-789099#, consulté le 17/10/2019

(5) Malaea, Marika, op. cit.

(6) Diallo, Souleymane, Le Ghana offre l'école gratuite à ses enfants, Happy in Africa !, 25/09/2017, [hyperlien] consulté le 17/10/2019

(7) Ganne, Antoine, Ghana: gratuité de l'enseignement pour plus de 400 000 étudiants, LeNouvel Afrik, 21/09/2017, [hyperlien] consulté le 17/10/2019

(8) Lachkar, Michel, Le Ghana mise sur l'école secondaire gratuite, Franceinfo, 7/06/2017, [hyperlien] consulté le 17/10/2019

(9) Danchev, Plamen, Au Ghana, on innove pour améliorer les résultats du secteur de l'éducation, Partenariat mondial pour l'éducation, 02/09/2019, [hyperlien] consulté le 17/10/2019



Dernière modification: 2019-11-04 11:51:16

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019