30 novembre 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Valeurs     Jeux   

28 octobre 2020

La question des inégalités : grande oubliée de la présidentielle 2020!


Khalid Adnane
économiste,
enseignant à l'École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2020
Élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis

septembre
2020
Dépassement du million de personnes décédées des suites de la covid-19

mai
2020
Premier vol spatial habité pour l’entreprise américaine SpaceX

mai
2020
Mort violente de George Floyd et émeutes aux États-Unis

mars
2020
Dévoilement d’un plan de stimulation économique de 2 trillions de dollars aux États-Unis

février
2020
Accord de paix conditionnel en Afghanistan entre les États-Unis et les talibans

janvier
2020
Annonce d’un plan de paix des États-Unis dans le différend israélo-palestinien

janvier
2020
Accord commercial préliminaire entre les États-Unis et la Chine

janvier
2020
Assassinat du général iranien Qassem Soleimani

décembre
2019
Vote de la Chambre des représentants pour la destitution du président des États-Unis

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

Le moins que l'on puisse dire est que la question des inégalités sociales aura été la grande oubliée de la campagne présidentielle aux États-Unis en 2020. Et même si celles-ci ne cessent de s'aggraver pour atteindre aujourd'hui des niveaux inquiétants non observés au pays depuis la Seconde Guerre mondiale, rien ne laisser présager que cette question aura une tribune ou un quelconque intérêt dans ce dernier droit de la campagne.

Pourtant, les inégalités représentent un défi de taille aux États-Unis, et ce, pour trois raisons fondamentales. Premièrement, il y a leur ampleur considérable qui s'inscrit dans une tendance lourde, dont l'élan semble irrésistible depuis le début des années 1980. Deuxièmement, face à cette évolution, les administrations qui se sont succédé ont semblé impuissantes à renverser cette tendance et n'ont rien pu offrir comme solutions tangibles aux populations touchées par ce phénomène, notamment la classe moyenne. Enfin, cette fracture sur le plan de la richesse devient un handicap majeur parce qu'elle anime un sentiment de désarroi et de résignation incompatible avec l'idéal de cohésion sociale.

Chiffres troublants

Premièrement, il faut rappeler que le phénomène des inégalités n'est pas nouveau dans l'histoire récente des États-Unis. Il trouve son ancrage dans la révolution néolibérale de Ronald Reagan en 1980 (et de Margaret Thatcher en 1979 au Royaume-Uni) avec un nouveau paradigme dominant qui s'impose très rapidement à la Maison-Blanche : recul du rôle de l'État, déréglementation et, surtout, baisse des impôts. Il n'est donc pas étonnant qu'encore aujourd'hui, au chapitre de la fiscalité, les baisses d'impôt les plus significatives consenties aux mieux nantis (notamment sur les bénéfices) sont encore celles établies pendant cette période.

Le résultat de ce changement de paradigme est littéralement implacable sur le plan de la répartition de la richesse au pays et de son corollaire, les inégalités. Ainsi, la part des revenus détenue par le 1 % de la population le plus riche qui avoisinait les 11 % en 1980, culmine aujourd'hui à près de 21 %. Pire encore, ce portrait s'assombrit davantage lorsqu'on s'attarde à la part du patrimoine personnel net capturée par le 1 % le plus riche : elle totalise aujourd'hui 40 % du patrimoine total du pays contre près de 20 % il y a quarante ans. Inversement, pendant la même période, le 40 % du milieu de la population américaine a vu sa part s'effriter : celle-ci passant de 39 % à 27 % (Données de WID, 2019).

Il est vrai que les inégalités ont crû un peu partout dans le monde, notamment dans les pays de l'OCDE et les pays émergents. Toutefois, quand on prend le groupe restreint des pays du G7, les États-Unis font clairement bande à part en affichant le pire score dans le classement du coefficient de GINI (mesure traditionnelle des inégalités dans une société), loin de la moyenne de ce groupe.

Immobilisme et résignation

Cependant, il serait malhonnête de mettre tout sur le dos des années 1980. En fait, aucune administration, depuis, n'a fait mieux en matière de rétablissement d'une plus grande répartition de la richesse ou en termes d'une plus grande équité fiscale entre les ménages les plus fortunés et le reste de la population. Républicains et démocrates ont laissé le « party » se poursuivre et ont proposé presque les mêmes politiques à quelques différences « cosmétiques » près : c'est comme si la question des inégalités n'avait plus de couleur politique au pays. Même sous l'administration Obama qui insufflait beaucoup d'espoir, le bilan est somme toute très mitigé, si on fait exception de l'Obamacare (qui concernait plus l'accessibilité aux soins de santé).

Cet immobilisme et cette impuissance des élites politiques à redresser la situation expliquent pourquoi une bonne partie de la population américaine, notamment la classe moyenne, est de plus en plus résignée face aux solutions proposées par ces élites, surtout depuis la grave crise financière de 2008. C'est que la classe moyenne a longtemps symbolisé « ce vouloir-vivre ensemble » américain, qui reposait en grande partie sur cet espoir, voire cette foi, que tout un chacun a des possibilités d'améliorer son sort et de rêver à un avenir meilleur.

Ce sentiment de résignation est encore plus grand chez les communautés noires. Aujourd'hui encore, le revenu médian d'un ménage de race noire représente 61 % du revenu médian d'un ménage de race blanche. C'est à peine 5 points de pourcentage de plus depuis 1970 : un maigre rattrapage depuis près d'un demi-siècle (Données de Pew Research Center, Février 2020).

Rêver encore!

Paul Krugman, prix Nobel d'économie en 2008, résumait très bien cet esprit, avec nostalgie, dans son livre « L'Amérique que nous voulons » (version française de The Conscience of a Liberal). En ciblant sa propre expérience familiale, il disait : « L'Amérique d'après-guerre était d'abord une société de classe moyenne. La grande ascension des salaires inaugurée par la Seconde Guerre mondiale avait fait passer des dizaines de millions d'Américains dont mes parents- des taudis urbains ou de la pauvreté rurale à une vie de propriétaire et de confort sans précédent. Les riches, eux, ont régressé : il y en avait fort peu et, par rapport à cette classe moyenne prospère, ils n'étaient pas si riches que cela. Quant aux pauvres, s'ils étaient plus nombreux que les riches, ils constituaient malgré tout une minorité assez réduite. Il y avait donc un sentiment très fort de communauté, d'égalité économique : la plupart des Américains vivaient dans des conditions matérielles assez homogènes et tout à fait décentes. ».

C'est cet esprit qui devrait animer la classe politique américaine dirigeante dans les prochaines années. Car, c'est la seule et unique voie par laquelle l'Amérique pourra rêver à nouveau!



Dernière modification: 2020-10-31 13:36:04

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019